Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 121
Invisible : 1
Total : 123
· vudrone
13219 membres inscrits

Montréal: 7 mai 18:11:25
Paris: 8 mai 00:11:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (janvier 2021) : "Addiction" :: Maman Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Marjaneshka

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
49 commentaires
Membre depuis
13 mai 2019
Dernière connexion
26 mars
  Publié: 5 jan à 18:54
Modifié:  6 jan à 02:13 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page


Maman

Je ne suis plus ton enfant,
Ni ta partenaire,
Ni ta copine.
J'ai changé.
Je ne t'appartiens plus.
Je ne me soucie pas de toi.
Pas de la façon dont tu voudrais.
Je ne me soucie plus que de me défoncer.
Je veux me défoncer.
Je ferai n’importe quoi pour me défoncer.
J'aime me défoncer.
J'ai besoin de me défoncer...
et je te marcherais dessus s’il le faut.
Quand je te regarde, je ne te vois pas.
Je vois seulement un moyen d'arriver à mes fins.
Tu as du fric.
Je le veux.
Point final.
Je me fiche que tu ne puisses plus payer le loyer.
Je me fiche que tu aies besoin de te nourrir.
Je m'en fiche quand tu me menaces de ne plus me donner d'argent.
Je me fiche que tu mentes à papa.
Je me fiche que tu sois fauchée.
Vends tes bagues, tes bijoux,
Fais un prêt,
Épuise tes cartes de crédit,
Emprunte l'argent à quelqu'un d'autre,
Parce que si tu ne le fais pas, je le volerai.
Je trouverai toujours un moyen pour en avoir.
Tu penses pouvoir me changer !
Me sauver !
Tu as tort !
Quelque chose de froid et de mort s’est glissé en moi.
Je ne ressens plus d'amour,
J’ignore où se trouve la vérité.
Tu peux pleurer tant que tu veux.
Je m'en moque.
Mon intégrité, mes valeurs ?
La morale, il y a longtemps que je l’ai enterrée.
Je dirai n'importe quoi,
Ferai n'importe quoi,
Blesserai n'importe qui
Pour avoir mon prochain shoot.

Bien qu’avec toi je joue le jeu,
Ne te méprends pas.
Je ne le fais pas parce que je t'aime,
Mais parce que je veux ma dope.
Je dirai tout ce que tu veux entendre,
Je te promettrai le monde,
Je te regarderai dans les yeux
Et je te briserai le cœur.
Encore et encore,
Car je n'en ai plus.
J’ai seulement une immense faim, à la place,
Calculatrice,
Manipulatrice
Et elle me possède.

C’est paradoxal mais tu devrais lui en être reconnaissante
Car, tu es anxieuse sans moi
Et, quand je la sens venir, tu me retrouves.
Tu me donnerais toujours quelque chose
Pour que je sois avec toi…
Comme avant.
Parce que ton besoin est presque aussi grand que le mien.
Je ne peux pas rester ainsi sans toi.
Tu ne peux pas respirer sans moi.

Tu crois que tu m'aides.
Tu crois que ce tu fais est normal,
Mais ce que tu aides vraiment,
C'est mon addiction
Et, au fond de toi, tu le sais bien.

Si nous continuons comme ça,
L’une de nous ou les deux mourront;
Moi d'une overdose, que tu auras payée,
Et toi d'une crise cardiaque,
Ou d'un accident vasculaire cérébral
Car, pour que je change,
Que je revoie la lumière,
Et que tu en profites pleinement
Il te faudrait attendre des années.

Tu gardes mes secrets,
Tu me protèges de mes mensonges.
Tu répares mes conneries,
Tu m'aimes à l'exclusion de toute autre personne
Mais, tu es amère et pleine de ressentiments.
Tu te caches de tes amis,
Tu t'isoles.
Tu n’es que haine.

Ton monde tourne autour d'une seule chose…
Moi.

Mais ton amour deviendra-t-il jamais plus grand que ta peur ?
Seras-tu assez forte pour demander de l'aide ?
Apprendras-tu à dire non ?
Me permettras-tu d'assumer les conséquences de mes actes ?
M'aimeras-tu assez
Pour ressentir ton propre malaise
Et cesser de permettre ma dépendance ?

Que tu le veuilles ou non,
Je suis prisonnière,
Je suis accro à un serpent noir et froid
Qui m’a injecté son venin
Et je suis...
Déjà morte.

 
naroic

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
15 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2002
Dernière connexion
2 mars
  Publié: 5 jan à 19:42 Citer     Aller en bas de page

L'amour est rarement un sentiment clairvoyant - et l'amour d'une mère - plus enveloppant, organique que celui du père - empêche le détachement propice aux voies de la raison - l'amour d'une mère est incommensurable sinon à être soi même mère - poème cruel que j'éspère pas autobiographique - sinon bonne chance pour t'en sortir.

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
330 poèmes Liste
6005 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
7 mai
  Publié: 6 jan à 08:53 Citer     Aller en bas de page

J'espère que c'est pour de "faux" - bien que se type de situation existe malheureusement.

Yvon

  YD
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
118 poèmes Liste
5921 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 20 jan à 00:16 Citer     Aller en bas de page

Un texte très juste...
hélas
Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Marjaneshka

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
49 commentaires
Membre depuis
13 mai 2019
Dernière connexion
26 mars
  Publié: 13 févr à 23:07 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous trois

 
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
896 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
7 mai
  Publié: 15 févr à 00:17 Citer     Aller en bas de page

Une mère complice-victime de son enfant junkie... J'en ai connu, et cet "amour" m'a toujours révoltée.
Un texte lucide et sans concession.

  MariePaule
monthery
Impossible d'afficher l'image
… la sottise de s’imposer d’autre gêne que celle de plaire, ou d’intéresser, en vers. (Beaumarchais)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
376 commentaires
Membre depuis
9 décembre 2019
Dernière connexion
6 mai
  Publié: 28 févr à 04:22 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Marjaneshka , les parents sont souvent pris dans ce dilemme sans issue et dramatique.
Remarquablement décrit, de la la poésie pure,

m.

 
Marjaneshka

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
49 commentaires
Membre depuis
13 mai 2019
Dernière connexion
26 mars
  Publié: 26 mars à 19:32 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 293
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0255] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.