Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 24
· Cyrille · C.j.Kiin
13351 membres inscrits

Montréal: 23 sept 07:17:56
Paris: 23 sept 13:17:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Avec Cendrillon Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Sitting Bull


Est ce que je suis envahissante ? Terriblement lorsque tu n’es pas là
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
14 commentaires
Membre depuis
3 mai
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 3 mai à 12:45
Modifié:  4 mai à 00:47 par Sitting Bull
Citer     Aller en bas de page

Au téléphone avec Cendrillon, rue de Rome, apprenant par la même occasion qu’elle fut la putain de César.
Tout cela a besoin de beaucoup de cynisme et de peu de cœur à présent, puisque du cœur il ne m’en reste guère.

C’est comme si j’avais anticipé qu’avec ou sans porte, elles feraient le casse du siècle dans mon appartement, rue prestance, sans passer par la fenêtre, sans chercher à forcer la serrure, parce que comme un con, je l’avais installé plein cœur de mon méridien.

Elle m'a dit « j’me casse » et en la regardant franchir la porte j’ai compris qu’elle oubliait tout derrière elle.
Elle s’est barrée en oubliant de se barrer de ma tête, elle s’est tirée sans même se péter un ongle, oubliant jusqu’à son talon-aiguille, planté, avec tous ses remerciements, dans le ventricule gauche de mon cœur.

Elle est un jeudi noir, ce jeudi noir de la Luftwaffe où sorti de sa cavité, mon cœur fut survolé à l’heure où on ne la regarde pas par un sunlight collé à son bombardier. La bataille d’Angleterre à côté ne fut qu’une simple partie d’échecs. Tout comme notre histoire.
Elle est un jeudi noir, le jour du krach boursier de New York où sûre d’elle, me donnant des coups entre les jambes, elle réinventa la façon d’investir en bourses.

Elle a joui sur la conquête de la haute et de la basse Égypte de mon empire.
La chimère de Dieu, ou ce que j‘appelle le point de « Non Retour » c’est de s’imaginer qu’on ôta une côte à l’homme, pour concevoir la femme qui lui arrachera le cœur.
Le point d’effet, c’est quand on sniffe cette douleur avec autant de conneries qu’un rail de coke, en écoutant penser cette femme que je ne connais plus, que dans mon cas « dandy » s’écrit avec un « B ».

  Alpha
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1039 poèmes Liste
16776 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 3 mai à 14:17 Citer     Aller en bas de page

J'avoue que j'ai l'impression d'une révolution dans le choix des images distillées tout au long de cette lettre ouverte. Mes représentations changent et s'élargissent, entre bataille d'Angleterre et krach boursier. On s'attend si peu à croiser cela.
Le tout est assez sombre, j'aimerais que puisse succéder quelque chose qui vous éclaire, si bien sur ces mots parlent de vécu.
Amicalement.
pyc.

 
Sitting Bull


Est ce que je suis envahissante ? Terriblement lorsque tu n’es pas là
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
14 commentaires
Membre depuis
3 mai
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 4 mai à 00:39
Modifié:  4 mai à 00:52 par Sitting Bull
Citer     Aller en bas de page

Merci pour ton commentaire pyc
Quelque chose qui m’éclaire ? Hum j’aimerai trouver cela.
C’est ce que je suis revenu chercher ici un peu de clarté.
Un peu d’ailleurs, un peu d’autre chose.

  Alpha
***Cocci***

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
387 poèmes Liste
1298 commentaires
Membre depuis
11 septembre 2006
Dernière connexion
24 août
  Publié: 5 mai à 09:18 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Tim', les images sont fortes, claires, nettes.
Le mélange des références souligne bien ce noun qui semble s'être installé à l'intérieur de toi...
Toutefois, sache que si tu cherches un peu de lumière, tu la trouveras sans doute ici...
Mes amitiés.

Bénédicte.

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 6 mai à 03:56 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Spartiale,

À la recherche de la lumière, je rejoins les commentaires, et à vrai dire
j'aime ce genre d'écrit qui dénonce un peu tout

Mes amitiés

James

  Membre de la Société des poètes Français.
Sitting Bull


Est ce que je suis envahissante ? Terriblement lorsque tu n’es pas là
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
14 commentaires
Membre depuis
3 mai
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 6 mai à 04:51 Citer     Aller en bas de page


Merci béné,
J’espere en effet trouver un peu de lumière.

Merci james pour ton commentaire encourageant.

  Alpha
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 7 mai à 05:11 Citer     Aller en bas de page

bonjour SPARTIATE
- tu es un menteur.
Le point d’effet,
c’est quand on sniffe cette douleur avec autant de conneries qu’un rail de coke,

en écoutant penser cette femme que je ne connais plus,
que dans mon cas « dandy » s’écrit avec un « B ».

puisque tu parles encore d'elle.
- une anecdote de mon maitre Esope.
"une femme devant le gué d'une rivière, ne voulait pas mouiller sa robe.
deux moines, un jeune et un vieux, se sont proposés à aider cette femme.
le vieux la fit s'assoir, la femme aux robes relevées, sur ses épaules, et traversa en monture ce cours. la déposant de l'autre côté, les deux moines reprenant leur route.
deux heures plus tard, le jeune moine reprocha au vieux moine, de s'être avili à ce genre de sensualité.
le vieux de lui dire, "tu y penses encore".
- ces mots t'ont-ils été utiles ?
à bientôt peut-être de SAM

 
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1925 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 août
  Publié: 8 mai à 21:47
Modifié:  8 mai à 21:50 par Flora Lynn
Citer     Aller en bas de page

Spartiate,
Des expressions fortes pour dire votre douleur avec des images marquantes qui comportent des jeux de mots originaux. L'emploi par moments d'un langage plus familier donne l'impression d'une révolte et tout l'ensemble nous fait penser que vous êtes en quête d'une forme d'écriture poétique neuve.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 247
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0247] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.