Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 24
Invisible : 0
Total : 26
· JYL · Jean-Claude
13217 membres inscrits

Montréal: 2 déc 14:18:28
Paris: 2 déc 20:18:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Une bouffée d'infini... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Dukes Cet utilisateur est un membre privilège



Je suis pauvre - tu es ma richesse ; sombre - tu es ma lumière ; je ne possède rien, je n'ai besoin de rien. Je suis heureux comme un enfant qui ne peut et ne doit rien posséder. (Kierkegaard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
212 poèmes Liste
2154 commentaires
Membre depuis
5 mai 2002
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 15 juin à 23:37
Modifié:  19 juin à 16:05 par Emme
Citer vertical_align_bottom

Une bouffée d'infini

La route défile sous mes yeux, elle s'efface sous le passage des roues. Je vois, mais je ne vois rien. J'entends, mais je n'entends rien. Je roule, mais la voiture est vide de mon esprit.

Car ce soir j'ai goûté à l'infini. J'ai goûté à ce bonheur si pur, que mes lèvres en tremblent encore. Mes mains brûlent toujours de la douceur de ta peau. Chaque inspiration me ramène ton parfum, à tel point que je peux sentir la caresse de tes cheveux sur mon visage.

J'aurais passé la nuit entière à te regarder assise là, dans la voiture, à mon côté. J'aurais passé la nuit entière à regarder ta beauté et m'en imprégner. Dieu que tu es belle ! Dieu que tu es l'incarnation même de la magie ! Dieu seul sait à quel point tu es faite pour moi, à quel point tu es parfaite pour moi ! Et j'ai envie d'être celui qui est fait pour toi…

Je suis fatigué, délicieusement épuisé ! Et je cherche un moyen qui me permettrait de créer du bonheur et de la joie pour t'en couvrir ! Car tu me rends fort ! Mes incertitudes sont légion et pourtant, j'ai envie de hurler mon bien-être, de gueuler ce bonheur jusqu'à me casser la voix !

Tu me rends fort, tu me rends meilleur, tu me rends vivant !

Je voudrais que tu me dises oui, je voudrais t'ensevelir sous une montagne d'amour, de joie, de bien-être, de douceur, de bonté, de rire, de respect… De tout ce que la vie a de mieux à offrir !!

Je voudrais que tu n'aies plus jamais à t'excuser. Je veux que tu n'aies jamais à t'excuser avec moi. Car il n'y aura jamais rien à pardonner entre nous, peu importe ce qui arrivera ou non.

J'ai envie de te dire que je serai là, que je suis là. J'ai envie d'être là aussi longtemps qu'il le faudra pour que nous soyons réunis un jour. J'ai envie de te dire que nous vaincrons cette vie de merde ! J'ai envie de te dire que tu peux puiser en moi tout ce que tu voudras, si cela peut t'apporter force et résilience. J'ai envie de te donner tout de moi, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien, si cela pouvait te permettre de couler des jours heureux pour toi et les tiens.

Parce que tous ces sacrifices et toute cette résilience t'ont menée jusqu'ici. J'ai envie d'être une source de réconfort et de bien-être dans laquelle tu pourras puiser une force nouvelle.

Dans peu de temps, je pourrai t'offrir ce gage. Il est aussi vieux que l'histoire de nos avatars. Mais résilient, il s'est affranchi de l'épreuve du temps, pour se retrouver entre nos mains. Sa valeur est inestimable, tant il est unique. Il a été au cœur de tant de combats pour sa liberté... Tout comme toi.

Je ferme les yeux, je les ouvre… Rien à faire, tes yeux espiègles ne peuvent que me faire sourire !!

Je t'aime !!!

  Je ne possède rien, car je n’appartiens qu’à toi, je n’existe pas, j’ai cessé d’exister afin d’être à toi. (Kierkegaard)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 361
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0160] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.