Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 62
Invisible : 0
Total : 63
· Jules Vieille Cabane
13208 membres inscrits

Montréal: 24 sept 17:50:17
Paris: 24 sept 23:50:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Voyage au pays du sommeil paradoxal. vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
ANyel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
646 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2021
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 2 juil à 03:35
Modifié:  3 juil à 05:07 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom


Voyage au pays du sommeil paradoxal.


Ma chérie.

J'ai fait un rêve

J'étais seule dans un bar à gouines que nous avions déjà fréquenté toutes deux, ou peut-être que c'était en quelque sorte toutes nos plongées fusionnant soudainement en un composite intergalactique, un trou noir pailleté, une queue de billard polie jusqu'au doux bouton bleu.
Imagine un amas ouvert d'étoiles réussissant à se stabiliser pour toujours dans l'espace sans qu'un quelconque quidam ne cherche à faire fermer l'endroit.
Bref, je cherchais quelqu'un là-bas que nous n'avions pas vu depuis des années dans ce qui aurait pu être le 3W Café, le So What, La Mutinerie, le Rive Gauche, La Champmeslé, ou Chez Moune.
La salle était sans fin et ne possédait pas de plafond, même si je pouvais voir toutes nos amies ou ex(e)s les coudes en l'air ou les doigts entrelacés qui tournaient autour des tables comme des boomerangs.
Peut-être que les tables tournaient aussi.
Je ne peux en être sûre.
Mais tout comme le piège qui se déclenche juste avant de tuer une souris n'est pas humain, l'ambiance avait changé - était-ce parce que l'alarme que je porte dans ma poche de poitrine lorsque que suis dans ma vie éveillée, venait de m'avertir.
En effet. Dans le rêve, trois personnes, juchées sur des tabourets de bar - hétéros ou intimes ? Mais surtout bien allumées et hargneuses - se sont retournées et la pièce s'est rétrécie comme un pull dans lequel un régiment de mites affamées seraient en train de festoyer.
C'étaient des humains, bien sûr, mais pas là pour aimer.
Avec des mâchoires réglées pour lancer des épithètes semblables à des fléchettes qui peuvent se planter, s'entrechoquer ou voltiger au loin aussi erratiquement qu'elles étaient envoyées.
On pouvait dire que leur hostilité était un tourbillon nébuleux pareil au gaz et à la poussière, aussi diffus que le stress qu'un corps emmagasine méticuleusement.
- Comme lorsque, dans mon jean de garçon, j'avais été renversée à l'école primaire sur le bitume. L'instituteur m'avait demandé si j'avais mangé une fraise parce que la blessure, aussi fraîche que de la confiture, brillait telle la pulpe de ce fruit éclaté. -
J'étais dans le rêve et, naturellement exposée aux intempéries, mais je ne me souciais pas de qui me regardait en m'assimilant à une plaque de métal déformée à marteler, je leur ai fait un magnifique doigt d'honneur... Était-ce dû à mon majeur venant de crever un abcès ou à un hasard cosmique purement impudent mais, les lumières stroboscopiques se mirent à stroboscoper * plus vite pour, en se réfléchissant sur les verres plus ou moins remplis - plutôt moins que plus - que les trois individus tenaient négligemment dans la main, projeter sous l'immense voute d'infinies combinaisons de motifs asymétriques pendant qu'au même moment, les sirènes anti incendie faisaient entendre leur complaintes animales et qu'une énorme trombe d'eau venant des nues s'abattait sur le trio d'anti fiertés.
Soulevé par la déferlante, aussi lourde qu'un gospel s'élevant des bayous de la Louisiane, le groupe de patibulaires fut emporté je ne sais où.

Il me semble qu'ils auraient été accueillis dans les égouts par Charon lui-même. Il leur aurait permis de franchir le grand collecteur principal pour se retrouver parmi des rats célébrant une messe.
Mais, cela, je ne pourrais l'affirmer car les pixels du rêves devenaient de plus en plus flous; le chapitre "sommeil paradoxal" étant en phase d'évanescence.


* Néologisme

 
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
779 commentaires
Membre depuis
12 juillet 2021
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 2 juil à 10:37 Citer vertical_align_bottom

Grâce à ma pratique du zen, je fais des voyages astraux toutes les nuits, beaucoup de ces voyages sont à connotations sexuelles, j'apprécie Anyel la retranscription de vôtre rêve, bien qu'entre un rêve et un voyage astral au niveau des sensations ressenties c'est le jour et la nuit...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
380 poèmes Liste
7679 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 2 juil à 12:33 Citer vertical_align_bottom

Le rêve étant un acte conscient, je trouve celui-ci des plus plausibles...

Boites de nuit, luminosité intense, sensation épidermique, régression mémorielle, tout fait sens à la lecture d'un lecteur qui ne nie pas les paradoxes de l'être humain...

Amicalement...

Hubix.

 
ANyel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
646 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2021
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 3 juil à 03:32 Citer vertical_align_bottom

Citation de Morteüs
Grâce à ma pratique du zen, je fais des voyages astraux toutes les nuits


J'en suis heureuse pour vous, mais que voulez-vous que cela me fasse ?

Citation de Morteüs
beaucoup de ces voyages sont à connotations sexuelles


Alors, je ne voudrais pas être à la place des draps, vu le nombre de « cartes de géographie » peccamineuses et empesées que vous devez y trouver à votre réveil.

Chacun prend son pied comme il veut.
Que vous ayez choisi de suivre la voie de Bodhidharma vous regarde.
En ce qui me concerne, ma pratique du zen est totalement différente, mais elle me permet à chaque fois d’atteindre les étoiles.
Quant aux sensations, pour rien au monde, je n’échangerais ce que je ressens avec celles que vous procurent vos voyages intérieurs; la lecture de vos commentaires des textes érotiques révélant une libido en bien mauvais état….



Citation de Hubix-Jeee
Le rêve étant un acte conscient, je trouve celui-ci des plus plausibles...

Boites de nuit, luminosité intense, sensation épidermique, régression mémorielle, tout fait sens à la lecture d'un lecteur qui ne nie pas les paradoxes de l'être humain...

Amicalement...

Hubix.



J’apprécie grandement votre commentaire d’autant qu’il sont rares mais toujours très pertinents.
Merci.


 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 593
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0216] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.