Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 39
13206 membres inscrits

Montréal: 7 oct 02:14:35
Paris: 7 oct 08:14:35
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Aliénation erronée vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
plume-éphémère

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
110 commentaires
Membre depuis
Avant-hier
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 13 sept à 06:25
Modifié:  13 sept à 07:19 par Emme
Citer vertical_align_bottom

Aliénation erronée



Une cellule capitonnée pour m'endormir
quand un autre jour vient à disparaître
ils sont dans l'incapacité à me guérir
pourtant ils martyrisent tout mon être

la vérité du monde se lit sur mon visage
mes aveux sont griffonnés sur les murs
ils m'enferment alors dans cette cage
afin que mes cris deviennent murmures

j'ignore les frayeurs et même le désarroi
pour ma souffrance leurs remèdes sont faux
ils dévorent mon innocence et restent cois
pronostiquant le pire, ils me gavent de placebos

la perspective de mon sursis devient décadente
par la crucifixion de ma santé mentale
ils se réjouissent alors de mon isolement
alors que pour moi rêver reste vital

peu importe les notes que vous prenez
vous trouverez jamais quel est mon mal
vous ne pourrez jamais me diagnostiquer
mais faites-moi éviter l'injection létale

on me dit assez aliéné pour être enfermé
je ne suis pourtant que poète même parfois rêveur
ce qui a été perdu ne peut être récupéré
alors je garde pour moi ce qui se fait de meilleur

pour ceux qui ne comprennent pas ma folie
je ne pourrai hélas jamais vous en guérir
mais qu'importe s'ils s'égarent dans ma vie
je garderai le sourire au moment de mourir

 
Jevousaime


Jusqu'à l'amour
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
185 commentaires
Membre depuis
24 juillet
Dernière connexion
5 octobre
  Publié: 13 sept à 06:42 Citer vertical_align_bottom

Oui le Poète primordial, l'âme du monde et de leur enfance doit mourir, doit être crucifié pour qu'ils s'afranchissent de leur amour et survivent..
Mais chasse le naturel, et il revient au galop .
La vérité ne peut pas disparaître; et elle gagne toujours.
Un mensonge est voué à être anéanti, écarté par la lumière de l'amour
La vérité ne peut pas être changée
Croyez

  Pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, pour tous ceux qui ont dans leurs yeux quelque chose d'horizon perdu, car l'amour est plus fort, pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, peace and love 4 ever
plume-éphémère

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
110 commentaires
Membre depuis
Avant-hier
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 13 sept à 09:42 Citer vertical_align_bottom

merci pour ce commentaire, je passerai aussi vous visiter

plume-éphémère

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
5101 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
5 octobre
  Publié: 13 sept à 16:25 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir,

Je vous souhaite la bienvenue parmi nous.

Par-delà ce cri, venant du fond de l'âme, j'aurais grand peine à m'exprimer car,

" À quoi servent les mots
Face à celui qui meurt !

Pourtant
Ils apprivoisent l'abime
Désamorcent les peurs

Ramifient la tendresse
jusqu'au seuil de l'obscur."

Andrée Chédid

jlouis

  Poésie, la vie entière
plume-éphémère

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
110 commentaires
Membre depuis
Avant-hier
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 13 sept à 16:40
Modifié:  13 sept à 16:40 par plume-éphémère
Citer vertical_align_bottom

merci jean-louis pour votre commentaire et de ce merveilleux extrait de Andrée Chedid

plume-éphémère

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
6524 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 15 sept à 05:54 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Plume- éphémère

L’humain craint ce qu’il ne comprend pas et ce lui fait dire des inepties comme déclarer des gens ´ fous’´ Uniquement parce qu’ils ne seraient dans la norme établie mais que je sache:
ceux qui sont à l’asile ne sont pas tous fous, tous ceux qui le sont n’y sont pas!
Un peu d’humour pour alléger ce sujet lourd:
À tous ces millions déracinés qui voudraient ´demeurer’´ en Europe, faudra-t-il qu’ils se déclarent fous pour obtenir un droit d’asile ?
Amicalement
JC

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
plume-éphémère

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
110 commentaires
Membre depuis
Avant-hier
Dernière connexion
15 septembre
  Publié: 15 sept à 06:02 Citer vertical_align_bottom

merci jc pour ce commentaire dont je partage le sens et l'ironie des mots

plume-éphémère

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 131
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0225] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.