Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 29
Invisible : 1
Total : 31
· ode3117
13738 membres inscrits

Montréal: 30 juil 02:52:17
Paris: 30 juil 08:52:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La jonglerie du visage Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 5 mai à 07:47 Citer     Aller en bas de page

L A J O N G L E R I E D U V I S A G E





Grimace blanche de clown au relief rouge des lèvres
Une autre bouche noire à la pointe dure de l'œil
Le doigt en tranchet avec la violence des mots
À poursuivre en circonférence l'acharnement du geste
J'arrive en silence de caricature à lire ton visage
Seconde lumière écrasante à fulgurer aux paupières
L'intouchable négation imposant la courbure du front
Et la joue nerveuse en-dessous austère et rigide
Et je m'étonne des nerfs exposés avec ce feu des mains
La contrainte satisfaisante et volubile du pas-grand-chose
L'imbécile colère comme une possible peur au ventre
À défaire sans amour le cercle chaleureux des entourages
Rond de la lampe sous la nuit et la chair dorée endormie
L'aorte au ralenti heureusement sous la foudre opposée
Mon attente simple du néant jusqu'au décès de ta phrase.

Ainsi le temps de respirer à fond j'aurai évaporé les réponses
Les blasphèmes conduisant à plus fort encore en retour
Alors la prière traversant le feu dévié de la langue
Nul ne pourra me tracer dans l'étroitesse des questions
L'irritable chemin des veines gonflées et des injures
Les répliques s'achèveront avant même leur naissance
Et mes yeux pourront se clore avec la consolation
Sur des fragments dispersés des oublis souverains
J'ai demandé le pardon et toi ma femme vite un sourire
Ton cri achevé comme une bulle et ta rougeur soudain pâle
Jamais regard ne fut plus fragile ainsi suffisamment
Serrement et pincement au pli du sang à la base du cou
Ensuite doublure intense ta main et ma main à se chercher
L'aussitôt supprimant les pourquoi sur la folie du présent
Maintenant plus près ton visage à aimer sans grimace.



Extrait de "Métamorphoses" dans 3LES PREDICALES"

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
276 poèmes Liste
7362 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
29 juillet
  Publié: 8 mai à 05:25 Citer     Aller en bas de page

Une première partie comme un portrait tracé, peint à l'image d'un personnage peut-être drôle ou pathétique...

une seconde plus en retrait, comme un regard d'émotion, de surprise à aimer cette personne, toute entière...

Un ressenti qui sonne encore un peu étrange dans le style d'écriture, mais qui mène à quelque chose d'essentiel...

Amitiés...

Hubix.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 13 mai à 10:58 Citer     Aller en bas de page

Hubix-jetée : tu as très bien suivi la progression de ce poème et je t'en remercie
Mes Pluriels habituels

 
saldday


Lorsque souvent au fond de mon coeur penetre comme un trait le souvenir de tes mots....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
2355 commentaires
Membre depuis
28 août 2007
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 13 mai à 11:23 Citer     Aller en bas de page

...Qué dire...Tu sais bien comme je sens tes mots
et ô combien je ne peu pas remedier
a te lire, a trouver en eux
un âme que dit y que nous parle
du plus profond de nous même
C'est comme une vague qui
monte...qui monte..y te prend
les émotions .


"...Et mes yeux pourront se clore avec la consolation
Sur des fragments dispersés des oublis souverains
J'ai demandé le pardon et toi ma femme vite un sourire
Ton cri achevé comme une bulle et ta rougeur soudain pâle
Jamais regard ne fut plus fragile ainsi suffisamment
.....
....et moi, là, je regarde en ce moment même la pluie qui
tombe .
bisous ami-caux
Saldday.

  Nous sommes le temps qui nous reste.
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 14 mai à 09:57 Citer     Aller en bas de page

Saldday : toujours la même ferveur à me lire et à pénétrer au plus profond de mes mots

Merci
Des Pluriels de bisous amicaux pour ton retour

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 100
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0207] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.