Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 45
Invisible : 0
Total : 46
· Jean-Claude
13356 membres inscrits

Montréal: 25 sept 19:36:58
Paris: 26 sept 01:36:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Non ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 5 juin à 22:19
Modifié:  13 sept à 08:09 par Xuyozi
Citer     Aller en bas de page

Non ! je ne boirai pas ce calice de fiel,
Me flageller, jamais, ma nature est trop fière ;
Ma liberté transcende et le Mal et le Ciel ;
Non ! je ne braderai pas l’or de ma crinière.


J'a vu la Femme nue, éperdue sans amour,
Et l’Homme seul déchu, et les saints sans substance,
Les Soleils assombris, aveuglés en plein jour,
L’Univers à vau-l’eau, les diables sans vacances.

Ô, vivants dieux du Monde, apprêtez le Repas !
Et rendez à la vie, abattue et peu fière,
Son âme restaurée, qui fait fi du trépas.

De tous les dons des Cieux, la vision est première,
La noirceur de nos nuits, le fléau d'ici-bas —
Dessillons nos yeux clos et nos pensées altières !

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
527 poèmes Liste
10593 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 6 juin à 06:28 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Tu as raison, reste fier et le plus libre possible avec une possibilité de s'indigner.

Catherine

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 7 juin à 09:08 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, Catwoman,

Merci pour votre encouragement, je garde la tête haute.

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
340 poèmes Liste
10830 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 8 juin à 05:01 Citer     Aller en bas de page

bonjour cher poète.
La poésie est une drogue plus dangereuse que la prose.
- je dois être un ignare, la poésie ne me semblait pas être que versification, la prose me semblait en faire partie.
- ton texte est une telle richesse, que j'ai dû le relire deux fois.
un joli sonnet, peux-tu m'expliquer ces trois vers suivants.
Ô, vous, clairs dieux des Mondes, ouvrez-nous la Lumière !
Et rendez à la vie qui ne vous souille pas,
Son âme restaurée, qui fait fi du trépas.

- avec tous mes remerciements de SAM

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 8 juin à 09:30 Citer     Aller en bas de page

Cher Samamuse,

La prose poétique n'est déjà plus de la prose, mais de la poésie. La contradiction n'est qu'apparente.

La poésie est une drogue plus dangereuse que la prose quand la prose n'est que de la prose.

Lire deux fois un poème est toujours une bonne idée, parce qu'on ne sait jamais quelle pépite insoupçonnée viendra enrichir notre lecture et notre compréhension.

Je vais vous décevoir, mais on n'explique pas la poésie, on la lit, on la vit. Si elle ne vous dit rien, c'est qu'elle n'est pas pour vous.

Merci pour votre commentaire, vous êtes impliqué, c'est encourageant.

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
775 poèmes Liste
3124 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 10 juin à 02:25 Citer     Aller en bas de page

Merci

Un beau travail de libération où tes mots agrandissent le verbe

Mes Pluriels tous doux

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 10 juin à 14:59 Citer     Aller en bas de page

Oui, Pluriels, je travaille comme un chien pour briser ma chaîne et réduire le silence à ses quartiers d'hiver. Et que le Soleil éclate !



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 166
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0341] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.