Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 23
· Joker
13351 membres inscrits

Montréal: 13 juin 04:11:03
Paris: 13 juin 10:11:03
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Renaître / Rimer avec Rimbaud Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
561 poèmes Liste
25112 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 9 juin à 10:21
Modifié:  10 juin à 03:00 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Contre le mur de pierres se dresse un laurier rose,
Des maisons endormies sont clos des volets bleus.
Après son dur labeur un homme se repose
Recherchant la douceur sur un paillis moelleux.

Il a veillé des nuits, craignant les saints de glace
Ne comptant plus les heures, la peur de certains soirs
Que peuvent-ils donc penser ces gens, la populace
Ce qu'est un producteur sombrant dans les trous noirs.

De sa chair blessée, bien plus qu'égratignée
Ne tenant qu'à un fil, appelant l'araignée
Pour éviter la corde, qu'il voulait à son cou.

Chasser tous ces tourments qui lui tournaient la tête
Retrouver sa maison, comme niche la bête
Et respirer la vie, elle qui offre beaucoup.

ODE 31 - 17

  OM
Xuyozi


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
93 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
12 juin
  Publié: 9 juin à 11:22 Citer     Aller en bas de page

Richesse et lumière des images, contrastées par l'ombre passagère d'une pensée noire, que rachète l'espoir de la vie toujours prometteuse... mais qui ne tient pas toujours...

Oubliez mon commentaire, la poésie est allergique aux annotations des glossateurs...

Bonjour, Ode.



X.

  La poésie est une drogue plus dangereuse que la prose.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
561 poèmes Liste
25112 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 9 juin à 11:45 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir XUYOZI, très heureuse de savourer ton commentaire, et ta présence me réconforte.
Merci beaucoup
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
519 poèmes Liste
10444 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 9 juin à 12:26 Citer     Aller en bas de page

Ode, Bonsoir,

J'attendais ton texte. Tu n'étais pas très sûre de toi. Tu t'en sors avec les honneurs. J'ai beaucoup aimé cette historiette.
Une belle image, je veux y être dans ta maison aux lauriers roses.

Catherine

 
Jean-Claude Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
39 poèmes Liste
175 commentaires
Membre depuis
4 mars
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 9 juin à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir ODE et merci pour ton joli poème qui me fait penser à l'ANGELUS...Bonne soirée ...amitiés JC

 
André


La poésie se nourrit aux sources de la prose et s'embellit au concerto des mots. (André Laugier)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
289 commentaires
Membre depuis
7 avril
Dernière connexion
12 juin
  Publié: 9 juin à 13:19 Citer     Aller en bas de page


Bonsoir ODE,

Tu as brossé un bien charmant tableau sur ce thème imposé qui implique la contrainte. Et quelle contrainte, puisqu'on le sait, le poète n'est vraiment à l'aise que lorsqu'il est maître de ses propres rimes et d'une entière indépendance d'écriture. Or, là, l'élément essentiel, autrement dit la rime, est déjà fixé à l'avance.

Malgré ces impératifs, tu as commis un exercice dans lequel tu t'es bien libérée de l'exigence en donnant libre cours à ton imagination, et en concoctant, comme dit CATWOMAN, une historiette dans laquelle tu te joues de la difficulté sans que n'en souffre le canevas de ton écriture.

Bien balle soirée à toi, ODE.

BISOUS marseillais.

ANDRÉ



  ANDRÉ
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
561 poèmes Liste
25112 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 9 juin à 15:46 Citer     Aller en bas de page

Merci CAT, de cette maison qui semble bien tranquille avec comme décor le laurier rose scotché au muret, plus le mystère des volets bleus qui s'en dégage, j'ai voulu après cette reposante image, décrire ce qui s'est passé dans les récoltes saccagées par le gel et la détresse des agriculteurs. J'avais pourtant autre chose de plus gai à parler. Ce sera pour une autre fois.
Bises ODE 31 - 17

Merci JEAN-CLAUDE, si je ne me trompe, je pense au tableau de Millet, l'image est différente vu le contexte actuel, mais c'est bien ressenti.
Bien amicalement ODE 31 - 17

Ah! cher ANDRE, je sais quand tu me fais pareille éloge, que quelque part dans ce poème, le lecteur assidu a ressenti la difficulté du sujet.
J'ai voulu intentionnellement décrire le début comme une paisible image et ensuite conter le drame des cultivateurs si récent.
Merci ANDRE
Marseille ville du soleil et si près de la Corse, pace salute et un petit peu d'air marin de chez moi d'une autre île.

  OM
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
6062 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 10 juin à 02:31
Modifié:  10 juin à 05:48 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Ode l'a fait !!! Youpi !

Tu n'avais pas à douter de toi. Tu as pleinement respecté les contraintes. Je dis donc bravo !

Comme tu l'as écrit en commentaire, chez moi, t'inquiète, tu auras à nouveau l'occasion de t'exercer sur un autre poème "Rimer avec ..." début juillet. Voilà pour la forme.

Sur le fond. Moi aussi j'ai tremblé pour mes semis, y compris dans ma serre. Certains ont rendu l'âme. Je suis jardinier amateur et pour moi il est relativement facile de refaire quelques semis, rien de vital donc, mais pour quelqu'un dont les revenus en dépendent, c'est la catastrophe... après l'angoisse.

Mon grand-père, petit paysan, prenait les choses avec philosophie. Il pouvait, car ses productions étaient tellement diversifiées que si les fraises, par exemple, gelaient, eh bien ! il y avait beaucoup d'autres productions pour sauver ses revenus. Mais avec les années 60 est arrivée l'agriculture "moderne" et surtout la monoculture. Une catastrophe annoncée.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
561 poèmes Liste
25112 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 juin
  Publié: 10 juin à 03:05 Citer     Aller en bas de page

Merci JB, je suis très émue sur ce que tu me dis sur ton grand-père, tout le changement avec l'agriculture moderne a tué le savoir et les bons côtés de nos anciens. On en subit la catastrophe.
Refais de beaux semis, j'apprécie les jardiniers amateurs.
A juillet pour que je me mette à "couver"
Bien amicalement ODE 31 - 17.

  OM
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
17011 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
11 juin
  Publié: 10 juin à 12:11 Citer     Aller en bas de page

Défi relève haut la main
très beau texte

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
561 poèmes Liste
25112 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
13 juin
  Publié: Avant-hier à 00:59 Citer     Aller en bas de page

Merci cher MIDO, ton avis me fait très plaisir et ta présence me réjouit chaque fois
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 112
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0292] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.