Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 4
Invisible : 0
Total : 5
· jeromenardi
13356 membres inscrits

Montréal: 25 sept 21:01:25
Paris: 26 sept 03:01:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Lettre au Maître Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 13 juin à 13:11
Modifié:  27 août à 15:06 par Xuyozi
Citer     Aller en bas de page


[Avertissement pour les âmes sensibles : âmes sensibles, si vous êtes sensibles, eh bien… tant pis pour vous !]

Cher Maître incompris,

Subrepticement saisi d’un doute métaphysique incoercible, plutôt blanc que noir, plutôt même gris si on les mélange bien, et, au fond, bien risible si on en rit, je me tourne en enfant docile vers mon Pair en Poésie pour solliciter de sa sagesse méconnue un jugement relatif et temporaire sur ce poème* en prose (WIP) que je vous soumets très humblement (si si) d’une main nerveuse et insomniaque :

1— Croyez-vous que cet innocent poème puisse passer la rampe verticale de la stupide censure de… française ?
2— Croyez-vous que sa facture et sa fracture outrée outrepassent les limites du sens inconsidérément admis des insensés ?
3— Croyez-vous que vous pourriez me prodiguer les augustes conseils que seul un Délirant lucide soit à même de délirer sans fausses certitudes ?
4— Croyez-vous qu’un écorché doive en plus se mutiler par le plus ou par le moins dans ses élans progestatifs et soucieux de la suite infinie du monde ?
5— Croyez-vous enfin que j’ai oublié une question inutile ?
6— Croyez-vous, ultimement, que j’ai hésité une seconde avant de vous envoyer ce message ailé ? Vous auriez tort dans tous les cas…
7— Et croyez-vous, sans considération chronologique, que la poésie puisse rendre fou son poète ou poétique la folie, ou plus sage la prose, ou plus rose la sagesse ?

* Poème que je vous confie en exclusivité mondiale jusqu’à preuve du contraire. Considérez-le aussi comme un hommage, car j’ai l’hommage facile, vous le savez — c’est génétique.

X.

---

À la Déesse esseulée

Faut-il, pour dénouer la Beauté, lui coller un sourire au bec de gaz romantique ? Ou lui verser sur la tête des nuages d’étoiles cucutes en poudre ? Non, elle n’aime que les Poètes disloqués aux doigts* de prose qui font de si jolis nœuds aux bottines d’Apollon.

Ah ! rejoue-moi, Muse, que Baudelaire a cru connaître, les airs dépassés d’un passé pas si iste ou trop iste, comme tu voudras, mais chante, à la fin ! Oui, ils les ont vus, elles, les énigmes des vers inversés et des inversions versifiées ! Ô Beauté, je meurs à tes pieds parfumés aux doigts d’osmose, de narcose, de névrose, de glucose, de chose et de fructose ! Et quel Olympe enrhumé saura pour mon cha(n)t éternuer jusqu’à 12 pieds bien tassés, dans mon salon de préférence ? Oui, voici venir le Temps des Poètes sages cons sacrés par les fols cousins sapiens de Socrate aux doigts de pisse en lie (bon, ça change des clichés, ça, au moins…) !

Tout au long d’Éons rajeunis et sans âge, mais surtout indifférents aux commentaires du Siècle, je chanterai la peine des amants séparés par au moins 12 kilomètres sous la pluie… Et vous, venez à moi, petits enfants, venez écouter la complainte du phoque en Alaska, qui faisait tourner des ballons sur son nez, avant déjeuner (à 47 sous zéro dans ses rêves les plus fous), et uniquement pour nous, âmes sensibles et périmées ! Car les temps viennent du Jugement poïétique où tous les génies du verbe seront classés selon le rang qu’ils habitent dans nos vertes et rurales campagnes souriantes !

Mais, qu’à cela ne tienne, le sujet est trop sérieux, trop vaste et trop subjectif pour ne pas mourir de rire sur le champ ensemencé de vos doctes doutances de savants autocequevousvoudrez ; c’est pourquoi, ô fidèles croyants, à tout et à rien (je m’en fous), je vous ronronne un adieu bien camouflé dans ma barbe fleurie de barde épanoui dans des Arcadies inévitables, cruelles, mais stériles et parcourues par les fils putatifs du terrible ours Arcas ! Adieu ! Adieu donc !, jusqu’au retour ! à la ligne ! sur ma vieille ! Remington ! — qui vous salue bas, en passant… dans son tic métallique, bien que rien moins que nostalgique, mais très centenaire… et dont le ronron sans cesse me fait fricrêver (de la racine verbonéologique fricrêv*, récemment approuvée par l’Académie Franfraise… Car enfin, si la Poésie n’est plus une richesse, à quoi sert donc-t-elle, ô Grands Dieux ?

Adieu ! Adieu donc ! chers, à bientôt… Je vous quitte, car je crois avoir tout dit [croyez-vous ?], car, en vérité, en vérité, je vous le dis, il est présentement 15 h 30 à ma montre, et le temps commence à s’impatienter.

* J’écraserai, quelque jour, tous les doigts de fleurs à grands coups du marteau de Thor, et j’en ferai une bouillie pour les chats nostalgiques, qui tous raffolent des pâtées du passé, bien que très indigestes à leurs estomacs jadis idéalement poétiques… Le chat moderne, lui ou elle, est très actuel.le et visionnaire.e, il.le miaule.e tous les mots dans tous les sens, inversement et retour, sans attente ni parti pris aucun tant que la souris grise est crue prise dans ses griffes de bête à mots…

X.


  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
6475 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 15 juin à 05:06 Citer     Aller en bas de page

Wahou !
Première lecture...
Je repasserai commenter.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 15 juin à 15:33 Citer     Aller en bas de page

Ce passage me suffit, Maître...

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
6475 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 20 juin à 05:59 Citer     Aller en bas de page

Double mètre STP

Je ne me sens pas fondé à répondre à ces questions, d'autant que les réponses y sont...

Ceci dit, si la Muse rejoue, je veux bien un billet, mais pas en Alaska please.

J'aime ta fantaisie.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 20 juin à 13:36 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, Maître Maître In Poésie,

Ma Muse ? Soyons patients, elle est bien lasse, je crois même que son inspiration s’est déjà tarie (déjà qu’elle est plutôt tarée).

Ma fantaisie ? Ce n’est qu’une façade, cher double Mètre, si vous saviez comme je suis sérieux, et si triste, si triste… plus même qu’Ovide dans ses Tristes et ses Pontiques… mon exil en a perdu son nom…

Heureusement que certains commentaires, parfois, viennent répandre comme un baume inespéré sur mon âme blessée des noirceurs accablantes de la vie… Ah ! la souffrance de vivre ! Ah ! le malheur que de naître, ô dieux ! ô In Poésie ! — Quelle heure est-il déjà ? Ah bon, alors je patienterai…

Partez joyeux, Maître Mètre, je m’en remettrai, va… mais préparez-vous, si vous saviez comme je m’en amuserai, moi, de cette foutue Muse à la noix !



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 174
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0258] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.