Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 7
Invisible : 0
Total : 9
· jeromenardi · Sihläryn
13356 membres inscrits

Montréal: 25 sept 20:56:43
Paris: 26 sept 02:56:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Le clan des Lpdpiens (limerick) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 20 juin à 13:52 Citer     Aller en bas de page

J’ai rejoint le clan des LPDPiens,
bien heureux d’être reçu en leur sein ;
à l’instar d’autres poètes,
je me fais une belle tête,
en snobant les verbeux LPDRiens.

[J’ai tenté au mieux d’honorer l’anapeste initial ; pour les accents, c’est couci-couça, le français les portant moins bien que l’anglais ; la chute pourra ne pas plaire, mais la pointe du limerick en constitue comme l’essence]

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
3862 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 20 juin à 14:58
Modifié:  20 juin à 17:07 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Que voulez-vous dear X, vous suscitez les "comment-(non)taires"...
Pour le Limerick -well done, une découverte pour moi, et foin de l'accroc sur la frome, l'esprit irrévérencieux y est.
J'aime bien... C'est jouer avec les mots malicieusement mais sans méchanceté...
(En aparté sur le fond, j'approuve... Y'a t-il quelque qui peut se "nommer" en "soi-même" "Poète" ici ? Ou ailleurs...?
Des plus célèbres aux plus méconnus, ce serait prétentieux et ridicule.. (Pas plus Beau-de-l'ère que ce pauvre Mal-armé et son loup totem (c'est un symbole - une énigme légère pour X, le loup de mer pour changer du loup-phoque, rien de plus normal pour un Parnassien).....

En revanche dire de l'autre qu'il est "Poète", ça c'est tt à fait sympathique, quand c'est sincère, apprécier de grands Poètes (jamais disparus) qui captent notre âme et enrichissent cette vie si éteinte, oh que oui !..( Boileau doit se retourner dans son tombeau et j'en retire une pointe de plaisir ; -))....
Paka ! ; -)
R.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
3862 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 20 juin à 17:24
Modifié:  22 juin à 13:20 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Sorry so pour ce mal'entendu X. Mais j'étais pressé et j'aurais rectifié later. Ainsi que les coquilles (ce qui est fait).
Voilà ce que c'est que les réponses immédiates parce qu'on apprend de nouvelles choses (si j'avais lu Ménard, je le saurai).

Je me reportais simplement au corps du Limerick et y ai semé un grain de poivre qui épouse le vôtre. Se nommer et être nommé sont choses bien différentes. Je ne connais ici personne le fasse..
Et j'ai lu le journal analytique Poète (limerick too, indeed ^^) commenté par notre Ode. J'ai répondu par un sourire amusé...et un sourire ne s'écrit pas (j'aime vos journaux de fantaisie d'une belle griffe).

Faute de temps on se loup(e). C'est dommage. Et je ne parle pas que pour vous.
Voilà, c'est du brut de brut en live...et pardon d'avoir heurté une sensibilité à vif. (je sais ce que c'est)..(I'm a little bit exhausted perhap's))....
Good night ....
R.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 20 juin à 17:34 Citer     Aller en bas de page

R.,

Vous avez lu le Ménard des Larmes de Godzilla ?

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
3862 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 20 juin à 17:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Xuyozi
R.,

Nos messages se sont croisés ; j'ai rectifié mon précédent commentaire ; c'est le commentaire à Ode dans « Cri du coucou (poésie cucul pour l'été) » qu'il faut lire pour savoir si je suis poète ou non, et « La confession d'un poète » dans Autres Poèmes pour les brocards.



X.


Oui, j'ai vu, on s'est croisés "sans se voir", j'étais dans ma boîte aux lettres qui déborde d'anciens mp.....J'ai rectifié de moi-même dans mon mono-neurone pour le références de lecture (coucou pas cul cul mais cuit, y'en a presque plus).

"Vous avez lu le Ménard des Larmes de Godzilla ?"
Non, mais vous m'avez donné l'envie de le lire...je rognerai encore un peu plus sur le temps qui n'est qu'une illusion d'heures que l'on étire ou rétrécit, c'est selon...
Je file...
Bien Amicalement...
R.
(sûr que je l'avais fais sciemment pour le Loup- de mer...j'ai le pied marin ; -)...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 21 juin à 08:55
Modifié:  21 juin à 11:40 par Xuyozi
Citer     Aller en bas de page

Salut, ô R.,

Je médite encore vos paroles doublement sensées. Saluez votre mono-neurone tentaculaire pour moi.

Edit : Si quelque curieux hasard vous conduit renifler vos traces ici, pour des raisons vous appartenant et à vous seul, sachez que j'ai dû réparer un gravissime manquement aux règles du site en péchant d'auto-publicité sur mes poèmes ici publiés - et, publiés, ils ne peuvent que par eux-mêmes parler ; si j'en parle de surplus, je me rends coupable, mais aux yeux de qui déjà ? J'ai donc biffé quelques messages qui font des vôtres un lancer dans une mer de vide. Mais qu'importe, nos plumes à venir se vengeront dans des envols inaperçus des aveugles. Est-ce trop dire et m'attirer d'autres flèches zélées ?



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
6475 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 22 juin à 00:53
Modifié:  22 juin à 11:44 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Passer de la poésie latine et grecque à la poésie anglaise. Voilà, c’est fait.
Quant à elpédéRien, j’avoue avoir souri.

Un peu pour mon frérot, s’il repasse, on est tous poète quelque part, je ne dirai pas où. À Limerick peut-être… futur Hollywood irlanadais, et c’est pas du cinoche.

Et pour l’auto-citation, l’ancien modo que je suis n’a rien vu. Of course

Espérant ne pas avoir été trop verbeux,

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 22 juin à 09:25 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, In Poésie,

Ne me dites-pas où se niche ce quelque part, je le sais déjà : dans la tête. D'ailleurs, rien ne se situe hors de cette tête, mais n'allons pas trop loin ni trop vite...

Pour la modération, je me fais à l'avenir paranoïaque, mais critique, comme Dali, mais plus discret...



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
170 poèmes Liste
3862 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
23 septembre
  Publié: 22 juin à 13:17
Modifié:  22 juin à 14:36 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Xuyozi
Salut, ô R.,

Je médite encore vos paroles doublement sensées. Saluez votre mono-neurone tentaculaire pour moi.

Edit : Si quelque curieux hasard vous conduit renifler vos traces ici, pour des raisons vous appartenant et à vous seul, sachez que j'ai dû réparer un gravissime manquement aux règles du site en péchant d'auto-publicité sur mes poèmes ici publiés - et, publiés, ils ne peuvent que par eux-mêmes parler ; si j'en parle de surplus, je me rends coupable, mais aux yeux de qui déjà ? J'ai donc biffé quelques messages qui font des vôtres un lancer dans une mer de vide. Mais qu'importe, nos plumes à venir se vengeront dans des envols inaperçus des aveugles. Est-ce trop dire et m'attirer d'autres flèches zélées ?



X.


Salut,X....Je ne renifle pas mes traces, je ne suis pas un urinoir ou un chien fut-il d'Hécate ; -)...je passe quand je le peux ou je le veux (nights and days, y'a du taf' et aussi certaines tâches pas toujours gratifiantes mais essentielles). Bref, le robot pas Jojo a sévi mais il n'y a pas péril en la demeure puisque le poème vit toujours.
Pour mes messages, qu'ils se perdent dans la mer comme des bouteilles de vers qui finiront par ronger les algues vertes, I don't care).


"Un peu pour mon frérot, s’il repasse, on est tous poète quelque part, je ne dirai pas où. À Limerick peut-être… futur Hollywood irlanadais, et c’est pas du cinoche." Limerick, un Lost Angel(less) irlandais...parle pas de malheur...déjà qu'ils l'on bien abîmé.
On est tous poètes quelque part ? Certo, fratello. Dans une région inconnue...chacun la sienne (si c'est "géographiquement spirituel, hors espace-temps") et si c'est une allusion au côté poète de tout un chacun porte en soi, poètes ignorés mais des plus savoureux, j'irai en parler au Dédé du Morvan qui nous a ravi de ces récits derrière le cul de vaches où se situe l'araignée dont tu es friand). Limerckien en diable ! (toi verbeux ? En aucun cas, en revanche, moi, )

X, au vu des "non-senses", il est temps peut-être de rogner mes réponses ou de les effacer...à vous de le dire, c'est votre "posting" après tout.
Paka ! R....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 22 juin à 20:36 Citer     Aller en bas de page

My Dear R.,

Seul un curieux hasard aurait pu vous ramener sur vos traces. Alors tout est sauf. Relaxons.

Je salue votre flegme très British — que nous importe en effet nos vers de maintenant et ceux qui les suivront dans la tombe ? Car nos vers survivront à nos indifférences, n'est-ce pas ?

[je passe sur des références que j'ignore]

Si vos non-senses ont une pointe comme ceux de Lear, alors ça fait sens, et d'ailleurs je n'ai pas ce pouvoir d'effacer ce qui ne m'appartient pas (enfin, je ne crois pas).

En cédant à mon incorruptible curiosité, qui dirige toujours mes hasards, j'ai rencontré les tchastouchkas/i, sorte de limerick slave, dont le suivant, en référence à l'introduction d'alors de l'heure d'été en Union Soviétique, si je peux me permettre de citer sans qu'on se jette sauvagement sur mes doigts :

Sur le globe soviétique
L'heure avance — une belle astuce !
Je bandais au lit tranquille...
Là, je bande dans le bus.

привет! R. — Dorénavant, vous serez mon professeur de russe.

X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
594 poèmes Liste
26070 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 3 juil à 05:33 Citer     Aller en bas de page

Ne vous querellez pas, ça ne peut que peiner les lecteurs et lectrices.
Mais enfin XUYOZI, le bus n'est pas fait pour ce genre d'activités;
RIAGA est un excellent prof de Russe, je pense que ce sera parfait.
Les vers survivront à tout le monde, les verres aussi, on pourra toujours boire un verre de vodka ensemble, avec deux glaçons pour moi.
Qu'est-ce les tchastouchkas?
ODE 31 - 17

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 3 juil à 10:17 Citer     Aller en bas de page

Bonjour, curieuse Ode,

Tchastouchka :

La tchastouchka ( en russe : часту́шка ) est un type de poésie traditionnelle russe écrit sous forme de quatrain en tétramètres trochaïques avec un rythme en ABAB, ABCB ou moins fréquemment AABB. Souvent humoristiques, satiriques, ou ironiques, les tchastouchki (pluriel de tchastouchka) sont souvent mises en musique, accompagnées de balalaïka ou d'accordéon. La structure rigide, courte, et, dans un moindre degré, le type d'humour utilisé, peut être comparée au limerick, type de poème anglo-saxon. Le nom tchastouchka vient du russe части́ть, qui signifie « parler vite ».

La suite ici.

Ciao, ô Ode.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
594 poèmes Liste
26070 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 3 juil à 10:59 Citer     Aller en bas de page

Et moi qui croyais que c'était un gâteau...Tintin ODE, tu vas te nourrir de poésie russe et ça te fera du bien de n'être plus aussi ignorante.
Merci
ODE

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
762 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
24 septembre
  Publié: 3 juil à 17:29 Citer     Aller en bas de page

Belle Ode,

On ne peut pas bouffer tous les gâteaux, comme on ne peut pas bouffer toutes les poésies. Nous sommes tous ignorants, l'important n'est pas de tout savoir, mais de tout savoir goûter, ou de goûter à tout savoir, mais sans s'en empiffrer.



X.

  “Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens.” ― Friedrich von Schiller, Die Jungfrau von Orleans
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 245
Réponses: 13
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0321] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.