Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 41
· ATLAS
13199 membres inscrits

Montréal: 13 août 11:51:21
Paris: 13 août 17:51:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Hier, aujourd'hui, demain... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Hérivale
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
51 commentaires
Membre depuis
4 juillet 2021
Dernière connexion
5 juillet
  Publié: 18 juil 2021 à 15:03
Modifié:  18 juil 2021 à 15:07 par Hérivale
Citer vertical_align_bottom

Au commencement, il y a la naissance,
Petit être que l’on ne peut que protéger.
Puis le temps nous fait enfant, sans que l’on y pense.
L’adolescence surgit, on se sent âgé,
On veut prendre son envol, sans obéissance.

Puis il faut prendre des décisions, s’engager.
C’était si bien avant ! Mais où est mon enfance ?
Le travail, les soucis, les jours si peu légers,
Cachent des années, qui passent sans défaillance.
Peu à peu, les cheveux se retrouvent enneigés.

Un matin, le miroir, nous montre une évidence,
La vieillesse au fond de nous a emménagé.
Les rides nous creusent le visage, sans nuance
Les douleurs sans remède nous rendent enragé.
Et l’on se rapproche de la fatale échéance.

Non ! la vie n’est pas finie, à peine engagée,
Un demi-siècle, ce n’est pas la déchéance.
Et l’amour peut encore notre cœur assiéger,
Alors soudainement, c’est une renaissance
Le début d’un nouvel horizon dégagé.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 286
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0191] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.