Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 121
Invisible : 0
Total : 122
· Jean-Claude
13362 membres inscrits

Montréal: 27 sept 15:01:33
Paris: 27 sept 21:01:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Exaltation Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1]
Avraham
Impossible d'afficher l'image
Chaule aime Aaron
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
3 commentaires
Membre depuis
17 juin 2020
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 12 sept à 02:04 Citer     Aller en bas de page

Comment suis-je arrivé – le nez plaqué à terre -
Jusqu’à cette hauteur emplie d’apesanteur
Venue d’un espace né d’un monde enchanteur
Où le temps permanent chemine avec lenteur ?

Comment ai-je pu sans que mon pas s’accélère
Avancer à un rythme étranger à l’humain
Ignoré du tempo de l’agenda romain
Réunissant hier, aujourd’hui et demain ?

Comment ai-je bien pu voler dans l’exosphère
Où la réalité des confins ne vaut rien
Qu’une idée soutirée d’un cerveau de terrien
Affirmant qu’ils sont nés avant le cambrien ?

Je plane de manière assez spectaculaire
Entre la Grande Ourse, les Gémeaux, le Verseau
Sur le dos, sur le ventre, au recto, au verso
Dans le drap de lin blanc qui couvrait mon berceau !

Les déserts d’ions fins se mêlaient de poussière
Que soulevaient mes pieds fumants de vagabond
Marchant contre l’hiver, hagard et moribond,
A la quête d’un monde où l’air est pur et bon.

Les altitudes sont des altesses princières
Trempées de caractère et rient du vieux volcan
Qui crache son magma et fait lever le camp
Des habitants d’en bas fuyant lave et boucan.

Le trou des Univers boit les eaux, les matières
Qu’il avale d’un coup la nuit après le soir
Quand la montagne et la campagne sans se voir
S’enlacent en s’aimant comme amants dans le noir.

De mon lointain exil, je vois les cimetières
Peuplés de corps, alors, où verrai-je la mort ?
Mon esprit éthéré nourrira des remords
De ne pas sentir dans ma vie de dent qui mord.

Excessif univers plénipotentiaire,
Trop pourvu d’étoiles, trop riche, trop puissant,
Tu m’accueilles chez toi et en moi tous mes sangs
Me tournent, me tournent… attends : je redescends.

Laisse s’étendre mon être tendre et agraire
Au fond d’un vallon loin de la tentation
Du bonheur passager de l’excitation
A grimper les hauteurs de l’exaltation.

 
Page : [1] :: Réponses non permises

 

 



Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 63
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0164] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.