Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 19
Invisible : 0
Total : 19
13199 membres inscrits

Montréal: 11 août 16:03:11
Paris: 11 août 22:03:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Exil vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Mémé Passtèke
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
30 commentaires
Membre depuis
22 mars 2020
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 16 sept 2021 à 05:23
Modifié:  19 sept 2021 à 05:44 par Emme
Citer vertical_align_bottom

UNE PART D'AILLEURS



La buée dans mes yeux peine à éteindre le feu de mon cœur

J'ai abandonné la barbarie et apporté la violence collée sur mon front

On me juge et on me plaint, la folie s'évente quand je passe comme un livre ouvert, je fais peur

De même un héritage, mes attaches culturelles m'embarrassent en une longue et ténébreuse procession

Fantôme de mes souvenirs, ma maison et mes espoirs enterrés sous mes pieds si frêles, je me déplace pourtant sans bruit ni ardeur

Tantôt des chuchots, ou des revêches jérémiades, qui fulminent en froufrou dans mon sillage par désapprobation

Alors je rêve haut perchée sur un cerf-volant arc-en-ciel délié de sa traîne, d'une vie meilleure, d'un ailleurs où moi aussi j'ai une part de bonheur

Et je laisse en plan, à la charité, les élans de ma propre considération.


 
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
6117 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 16 sept 2021 à 06:36
Modifié:  16 sept 2021 à 06:38 par Lacase
Citer vertical_align_bottom

Quel bonheur de vous relire ce midi.
Joli texte hélas de brûlante actualité.
Un bonheur de lecture.
Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
monthery
Impossible d'afficher l'image
… la sottise de s’imposer d’autre gêne que celle de plaire, ou d’intéresser, en vers. (Beaumarchais)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
565 commentaires
Membre depuis
9 décembre 2019
Dernière connexion
11 août
  Publié: 16 sept 2021 à 08:45
Modifié:  16 sept 2021 à 08:47 par monthery
Citer vertical_align_bottom

Bonjour Mémé Passtèke , quelle vue objective et sincère sur la vie et si bien rendu ! Mais vous ne devez pas être si "mémé" que ça ?
m.

 
Cidnos
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
3281 commentaires
Membre depuis
6 novembre 2015
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 17 sept 2021 à 02:05 Citer vertical_align_bottom

Bonjour
J'ai lu votre texte en me mettant à la place d'un migrant arrivant en France et devant subir tous nos mauvais regards.
J'ai aimé ma lecture
Bonne journée
Cidnos.

 
Mémé Passtèke
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
30 commentaires
Membre depuis
22 mars 2020
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 22 sept 2021 à 09:49 Citer vertical_align_bottom

Merci pour vos précieux retours qui ajournent un peu ma mue et me retiennent au printemps. Et peut-être y taquiner aussi la Muse en toute modestie dans une jolie prairie fleurie et sans mentir comme si on m'arrachait les dents (celles qui me restent)..

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 367
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0234] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.