Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13676 membres inscrits

Montréal: 26 oct 23:33:42
Paris: 27 oct 05:33:42
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La tribu des hommes-guêpes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Erédys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
50 commentaires
Membre depuis
12 septembre
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 9 oct à 12:06 Citer     Aller en bas de page


La tribu des hommes-guêpes



Que j'aime ces peuples que l'on nomme sauvages
Et qui, tels Kayapos*, au tréfonds des forêts,
Ont gardé leurs rites, leurs illustres usages,
Leurs coiffes guerrières en livrées perroquets.

Aux confins du Brésil, dans la brume du fleuve,
Un homme se baigne tels faisaient les anciens.
Il se prépare au test, à cette ultime épreuve,
Pour devenir guerrier admis parmi les siens.

Haut, sous la canopée, un nid de guêpes bruit
Imposant et discret ; l'insecte est dit tueur,
Sa piqûre est atroce et malaise s'ensuit
Aux corps trop fragiles de leurs persécuteurs.

Mais l'ancien est formel, pour prouver sa bravoure
Il faudra l'affronter et détruire l'essaim
Des acerbes Amyus* bourdonnant alentour,
Surmonter la douleur que livre leur venin.

Une échelle est dressée, de troncs fins charpentée,
S'appuyant sur l'écorce et noyée dans les feuilles
Du géant centenaire, impavide beauté
Qui tutoie les cimes pour flatter son orgueil.

Les élus s'exaltent en attendant l'assaut
Et sur leurs visages, un trait d'inquiétude
Ne trahit pas leurs chants, leurs rites ancestraux
Ils grimpent, agiles, ils défient l'altitude.

Les guêpes n'ont rien vu du danger qui les guette
Mais elles vrombissent et, sur le poing levé
Qui s'abat et détruit, de leur dard mitraillette
Elles cousent les chairs de ces infortunés.

Ils sont redescendus tels des turlupins ivres
Désireux, en leur corps, d'acquérir l'énergie
Que cet affront vainqueur, cruellement, délivre.
Prostrés dans leur fièvre, ils restent en léthargie.

Les aiguillons ôtés, leur fougue retrouvée,
La tribu accueille les nouveaux fiers guerriers.
Au point final du jour, là-haut dans la feuillée,
Mille insectes penauds ne cessent de voler.


Erédys


Kayapos : tribu des « hommes-guêpes »
Amyus : nom de guêpes dites tueuses dont la piqûre est très douloureuse.

 
Cyrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
153 commentaires
Membre depuis
25 août
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 10 oct à 16:14 Citer     Aller en bas de page

Merci pour cette lecture prenante et enrichissante.
Pertinence du propos, une fine observation de ces peuples… peut-on prétendre les comprendre? Par quel dispositif (le leur n'est pas numérique), ou plutôt par quel ensemble d'expériences et de croyances arrivent-ils à vivre?
Le titre, La tribu des hommes-guêpes est déjà un poème en soi.

Bravo
et amitiés

 
Dominique Bouy

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
594 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
11 octobre
  Publié: 11 oct à 10:21 Citer     Aller en bas de page

Les Kayapos avec d’autres tribus défendent leur terre, mis en péril par les éleveurs.
Merci, important d'en parler. Cordialement

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26161 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 11 oct à 16:13
Modifié:  12 oct à 11:31 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Je suis comme DOMINIQUE, j'approuve.
Merci pour tant de richesses de connaissances à nous faire partager.
Bises amicales ODE

  OM
Erédys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
50 commentaires
Membre depuis
12 septembre
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 12 oct à 09:33 Citer     Aller en bas de page

Bonjour à tous et merci à mes lectrices et lecteurs qui, au-delà de leur lecture, ont laissé leurs mots sympathique en retour.
Merci donc à Cyrille, Dominique et Ode.

Au-delà de leur apparence primaire et de leurs coutumes ancestrales, le peuple Kayapo a déjà un pied dans la triste modernité. Ils ont la TV, des téléphones portables, certains portent des vêtements aux marques bien connues et ils ont aussi une pollution de plastiques ... Hélas !
Une modernité qui les emportera car le gouvernement brésilien a projet de réaliser un barrage hydroélectrique qui engloutirait tout ou partie de leur territoire.
Les jeunes veulent devenir guerrier pour combattre cette situation. Une situation qui semble perdue d'avance ....
Ce texte désire - bien symboliquement et modestement - leur porter hommage et soutien.

Amitiés

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26161 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 12 oct à 11:34 Citer     Aller en bas de page

Un soutien de tout mon coeur, crime que de supprimer leur terre.
Un gouvernement encore un de plus pour nous révolter de tant d'injustice.
Bises ODE

  OM
Erédys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
50 commentaires
Membre depuis
12 septembre
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 16 oct à 16:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Un soutien de tout mon coeur, crime que de supprimer leur terre.
Un gouvernement encore un de plus pour nous révolter de tant d'injustice.
Bises ODE


Merci Ode.

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 17 oct à 03:49 Citer     Aller en bas de page

Piqué par la curiosité et le titre, je ne suis pas déçu, loin de là. Je ne connais pas ce peuple mais d'autres qui ne sont pas massacrés qu'avec des fusils et des armes blanches. Je pense à ceux auxquels on ôte leur environnement, leur rites et que l'on exploite. Je pense aux esclaves de Monsanto. Je pense à tant d'êtres humains exclus de toute humanité.
Mais l'indignation n'est pas acte. (je ne parle pas pour vous qui avez écrit un texte dense et riche en informations, tout en restant dans un registre poétique).
In fact, tout le monde s'en fout...ou presque.

Amicalement.
Riagal.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Erédys

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
50 commentaires
Membre depuis
12 septembre
Dernière connexion
26 octobre
  Publié: 17 oct à 04:56 Citer     Aller en bas de page

Bonjour et merci Riagal. Vous soulevez là un paradoxe de ce Monde. On s’apitoie et rien ne change parce que le rouleau compresseur des gouvernements et des lobbies est une machine infernale. Mes mots n'y changeront rien. Modestement, je cultive leur souvenir parce que, même s'ils existent encore, ils sont en sursis.
Amitiés.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 177
Réponses: 8
Réponses uniques: 5
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0201] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.