Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 23
· ode3117 · Jean-Claude · Lou Malou · Avraham · monthery
13660 membres inscrits

Montréal: 29 jan 02:59:15
Paris: 29 jan 08:59:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Fragilités ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
174 poèmes Liste
3947 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 janvier
  Publié: 31 déc 2021 à 16:05 Citer     Aller en bas de page




Je n’ai rien à perdre, pas plus à gagner,
Coupable d’un tout, innocent d’un rien,
Ténu est le fil, fragile est le lien.
Sillonne, sillonne en réseau de veines
Les peines des joies et les joies des peines.

Pour battre ma vie à son propre jeu,
J’ai marqué la carte, j’ai trompé l’enjeu,
Sans songer à mal, j’ai pipé les dés
Au poker menteur de mes vérités.

Quand nous nous rêvons, nous sommes l’Eveil
De ces frondaisons filtrant des soleils,
Nous nous débattons d’un vieux cauchemar
- Mille fois répété, mille fois ressassé -
De nos âmes anciennes battant le rappel
Dans un « haut les chœurs », une mélopée
Qui vient de nulle part, qui vient de la vague,
Ou d’un rien du tout, ou du tout d’un rien.

En ce point du jour dans sa robe jaune,
Ecoute ! Aucun bruit. L’Inquiétude monte,
Efface les passants d’un champ de vision
Qui se rétrécit comme une avenue
Devenue ruelle, une sente escarpée
Gravie pas à pas, la sueur aux tempes
Les sens chavirés, les cheveux mouillés
Inondés de pluies venues d’Outre-Riens.

Quand la vraie question s’oppose aux victoires
Être ou ne pas naître ? Monter ou descendre ?
A gauche ou à droite, ou bien droit devant ?
En ce soir serein dans sa robe d’or
Nous nous réveillons – est-ce déjà l’Aurore ?






Riagal - Le 31 janvier 2021 -

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
531 poèmes Liste
10744 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 1er jan à 05:35 Citer     Aller en bas de page

Bonjour frérot,

Un ru peut apporter son lot de découvertes, avec une lueur, une lumière si tenue soit-elle. L'aube, l'aurore sont beaux, vive les couleurs. Lux, calme, sérénité.

Je t'embrasse mon Capucin,

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
622 poèmes Liste
26795 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 1er jan à 05:37
Modifié:  1er jan à 05:39 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Être la première à te répondre, c'est une grande joie pour moi, pas par prétention, mais parce que je partage tant tes ressentis et dans ce poème, je te retrouve tel que tu es, sans approfondir réellement nos combats,
"Une mélopée qui vient de la vague" j'apprécie cette réflexion
Quand la mer se retire, une autre marée arrive avec ses remous, ses vagues messagères.
Que l'aurore qui arrive ou l'aube sereine, ne nous apporte que des bienfaits.
"Rien du tout ou de tout un rien"
Continuons nos rêves sans trop de cauchemars
Plein de bonnes choses pour toi

Ta CIGOGNE
Prends soin de toi surtout
Un texte avec de fortes images que j'apprécie
Un coup de coeur
Pardon, CAT m'a devancée et je trouve agréable son message.
Bisous à elle aussi

  OM
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7519 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 1er jan à 06:02 Citer     Aller en bas de page

Pour prendre la bonne direction, est-ce que la vie a un sens?

Le doute, le droit à l'erreur, de parallaxe, de parallèles (?), tout peut se métamorphoser, devant nos yeux, en un instant, sans que l'on sache pourquoi...

La vie est (très) loin, d'être un long fleuve tranquille, bien au contraire...

Amitiés...

Hubix.

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
67 poèmes Liste
6395 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
10 janvier
  Publié: 1er jan à 07:36
Modifié:  1er jan à 08:02 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

Salut mon Riaga

Ben oui nous nous réveillons un 1re janvier comme tu finis ton poème posté le 31 je crois , tu dis que tu n’as rien à perdre ça tombe bien moi je suis venu te voir pour récupérer un peu de temps perdu, m’enfin Riaga ne te méprends pas les pieds dans le tapis magique c’est moi je suis le fakir royal à la recherche du temps perdu pour le ramener à son propriétaire moyennnant finances bien entendu.
Comme tu vois j’ai à peine commencé que ça part à la dérive voire en sucette!
Le doute t’honore en fait et ce que tu qualifies de fragilités est plutôt pour moi une force, celle de prendre conscience de la dualité des choses et des êtres, rien n’est ni ne devrait être sûr, la certitude c’est l’ennui, si j’étais certain que Dieu n’existe pas je serais vraiment déçu
Ténu est le fil qu’importe pourvu qu’il soit bien tenu ou maintenu comme moi( avec des tuteurs!)
Donc réveillons nous en ce 1re de l’an neuf avec la gueule de…….guingois, pour changer de celle de bois ! Oui si tu veux ou la gueule aux abois!
Tu parles de vraies questions de filousophes mon Riaga :
Être ou ne pas naître m’enfin si tu n’es pas né tu ne te poses pas la question et ça me permet de me reposer sur la question tout en posant un lapin en guise de réponse, c’est vrai ça on peut être né et pané en même temps et même trépané ( la c’est très beaucoup pané) enfin de la dernière pluie c’est …..
Métaphysique de jeune premier le Riaga: Monter où descendre? Chéri descends mon thé ça te va comme réponse !
À gauche ou à droite ou droit devant ah ça me fait penser au grand politicien Juppé qui même par grand vent restait planté droit devant ses bottes, t’imagines ses lèches bottes !
Non non Riaga tu ne m’auras pas avec tes questions mégaphysiques à deux balles dans le barillet, n’essaies pas avec moi un remake du voyage au bout de l’enfer même s’il est pavé de tes bonnes intentions!
En fait tout ça pour te dire que je vis bien mes rêves, la preuve c’est que dès que je me sens dans la merde , je me réveille, c’est donc bien que je con troll tout!
Ah nos rêves tant de choses remontent en surface que ça nous fait descendre au plus profond de soi: et sans bouteille rien qu’en apnée à nez avec soi même !!!
Ami calmant ( n’est-ce pas😃

PS: À l’aube la robe jaune, la robe d’or au couchant
et la robe pourpre au Saint-Emilion 2015!🍷
JC

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
5051 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 1er jan à 09:53 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Riaga,

Cette dichotomie des sentiments (Fragilité...oui, mais le point d'interrogation ne commande-t-il pas ?) me fait penser à tous ceux qui marchent à la rencontre du temps.

" Avec la Raison
Qui avive les arêtes
Défriche les rêves
Ajuste le regard
Brocarde les hiatus du coeur
Machine l'avenir

Le sens est-il plus évident ?

Avec la Passion
Les buées du songe
Les édifices du rêve
La surprise des sens
Les tumultes de l'âme
L'avenir sans desseins

Le sens est-il plus évident ?"

Par-delà les mots (Andrée Chédid)

Peut-être qu'à l'aurore chavire les chimères, chaque matin est alors à saisir dans nos mains fragiles...

"En ce soir serein dans sa robe d’or
Nous nous réveillons – est-ce déjà l’Aurore ?"

Que 2022 nous soit favorable,
Amitiés
jlouis



  Poésie, la vie entière
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
17288 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 1er jan à 10:49 Citer     Aller en bas de page

Très plaisante
lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Cyrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
10 poèmes Liste
303 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 1er jan à 15:42 Citer     Aller en bas de page

Impressionné par cette virevolte poétique et cérébrale.

Avec vous, on remonte avec plaisir l'avenue d'un cheminement de vie qui se rétrécit à l'approche de la destination, comme une allégorie du temps qui, devenu rare, ne nous laisse plus d'autre option que celle d'être vrai avec nous-mêmes!...

Amitiés

 
PapillonMystere
Impossible d'afficher l'image
N'entres pas dans mon âme avec tes chaussures.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
798 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2014
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 2 jan à 05:09 Citer     Aller en bas de page

Ria
Je n'ai pas de mot.....alors je passe
le meilleur pour 2022 je te souhaite.

  Tuer le nomade c'est tuer la part de rêve où toute la société va puiser son besoin de renouveau.
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
51 poèmes Liste
816 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 2 jan à 10:03 Citer     Aller en bas de page

Remarquable, merci. Amitié.

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
759 poèmes Liste
16135 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 2 jan à 12:20 Citer     Aller en bas de page




Nous nous reveillerons et savourerons encore mille aurores...c' est notre belle damnation !

Le reste ?....c ' est la vie !



Lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
ladysatin


Ma plume est une brodeuse de mots .
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
219 poèmes Liste
4201 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
3 janvier
  Publié: 3 jan à 02:56 Citer     Aller en bas de page

Un régal de lecture pour cet nouvelle année cadenassée


bisettes Ria

  Septembre ronronne aux couleurs de Charlie
marchepascal


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
353 poèmes Liste
2984 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 4 jan à 01:21 Citer     Aller en bas de page

Il est vrai que cela n'existe pas possible d'y croire à toutes ces manigances de la vie vents et marées !
Puis, plus rien que de la poussière...
Entre, nos pensées s'égarent, divaguent, nous sommes pourtant là n'est-ce pas !

Je profite de ma présence pour te souhaiter une excellente année aux doux rêves élévateurs, où la lumière irradie !!!

marché

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Jean-Baptiste Cilio Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
6734 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 4 jan à 08:48
Modifié:  5 jan à 05:23 par Jean-Baptiste Cilio
Citer     Aller en bas de page

Au bout du compte qu'est-ce qui compte ?
L'important est d'être en accord avec ce soi-même changeant.
L'illusion, comme celle du train voisin que tu vois partir alors que c'est le tien qui roule, est une parfaite compagne, inoubliable, incontournable.
Peut-être que le réveil n'est pas toujours la réalité.

Paka fratello

JB

  La vie commence à chaque instant.
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
6687 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
4 janvier
  Publié: 4 jan à 09:56 Citer     Aller en bas de page

La fragilité c'est une force! Personnellement j'ai horreur des chemins balisés et des routes pavées de certitudes. j'ai adoré cette lecture.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Sol_M


« Le poème - cette hésitation prolongée entre le son et le sens ». Paul Valéry
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
37 poèmes Liste
448 commentaires
Membre depuis
29 août 2019
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 4 jan à 16:43 Citer     Aller en bas de page

Tout est dit, ou presque...
Tout reste à faire, ou rien !
Nous serons encore là.
Bonne année
Amitiés
Léo

  Leo du 85
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
174 poèmes Liste
3947 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 janvier
  Publié: 14 jan à 17:14
Modifié:  15 jan à 10:13 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Cat, Ode, Jc, Papillon, Léo, JB, J.Louis, Patrick, Dominique, Mido, Lilia, Cyrille, Marché, Lady, Hubix, avec beaucoup de retard comme toujours, un grand merci pour vos com's et aussi des non-dits qui me touchent tout autant. Ils sont chacun un plus sous ce texte . (c'est un passage de nuit assez silencieux, comme les ailes d'un hiboux mais je reviendrai vers vous, step by step)...
Amitiés et
Riaga...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
174 poèmes Liste
3947 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
15 janvier
  Publié: 15 jan à 09:21
Modifié:  15 jan à 11:21 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Bonjour frérot,

Un ru peut apporter son lot de découvertes, avec une lueur, une lumière si tenue soit-elle. L'aube, l'aurore sont beaux, vive les couleurs. Lux, calme, sérénité.

Je t'embrasse mon Capucin,


Priviet you...j'aime bien ta façon de le "lire". Dans l'optimisme de ta lumière.

Citation de ode3117
Être la première à te répondre, c'est une grande joie pour moi, pas par prétention, mais parce que je partage tant tes ressentis et dans ce poème, je te retrouve tel que tu es, sans approfondir réellement nos combats,
"Une mélopée qui vient de la vague" j'apprécie cette réflexion
Quand la mer se retire, une autre marée arrive avec ses remous, ses vagues messagères.
Que l'aurore qui arrive ou l'aube sereine, ne nous apporte que des bienfaits.
"Rien du tout ou de tout un rien"
Continuons nos rêves sans trop de cauchemars
Plein de bonnes choses pour toi

Ta CIGOGNE
Prends soin de toi surtout
Un texte avec de fortes images que j'apprécie
Un coup de coeur
Pardon, CAT m'a devancée et je trouve agréable son message.
Bisous à elle aussi



Premier, dernier, quelle importane ma Cigogne....et je sais bien que c'est sans prétention aucune que tu as mis ce message qui est autant une joie pour moi que pour toi. Alors vois-tu, nous sommes à égalité ^^.
(et pour les bonnes choses, je t'envoie non pas de rêves arides et ensommeillés, mais des rêves en éveil, vivants et bienveillants.)

Citation de Hubix-Jeee
Pour prendre la bonne direction, est-ce que la vie a un sens?

Le doute, le droit à l'erreur, de parallaxe, de parallèles (?), tout peut se métamorphoser, devant nos yeux, en un instant, sans que l'on sache pourquoi...

La vie est (très) loin, d'être un long fleuve tranquille, bien au contraire...

Amitiés...

Hubix.


"Pour prendre la bonne direction, est-ce que la vie a un sens?" Telle est la question, Hubix. Et qui peut en donner le "oui" ou le "non". Car comme ce fleuve agité que tu cites, elle a divers affluents. Tout est risque, la vie est un risque et d'une rivière à l'autre, on navigue à vue, et parfois/souvent des chutes d'eau nous emportent...on se croit perdu, on ne croit plus en rien et paf ! On rebondit, va savoir comment. Par courage, par cette force inconnue qui nous anime. Un mystère...et tout se recommence à n'en pas finir.
Merci pour avoir pris le "temps"...et amitiés.



Citation de rimarien
Salut mon Riaga

Ben oui nous nous réveillons un 1re janvier comme tu finis ton poème posté le 31 je crois , tu dis que tu n’as rien à perdre ça tombe bien moi je suis venu te voir pour récupérer un peu de temps perdu, m’enfin Riaga ne te méprends pas les pieds dans le tapis magique c’est moi je suis le fakir royal à la recherche du temps perdu pour le ramener à son propriétaire moyennnant finances bien entendu.
Comme tu vois j’ai à peine commencé que ça part à la dérive voire en sucette!
Le doute t’honore en fait et ce que tu qualifies de fragilités est plutôt pour moi une force, celle de prendre conscience de la dualité des choses et des êtres, rien n’est ni ne devrait être sûr, la certitude c’est l’ennui, si j’étais certain que Dieu n’existe pas je serais vraiment déçu
Ténu est le fil qu’importe pourvu qu’il soit bien tenu ou maintenu comme moi( avec des tuteurs!)
Donc réveillons nous en ce 1re de l’an neuf avec la gueule de…….guingois, pour changer de celle de bois ! Oui si tu veux ou la gueule aux abois!
Tu parles de vraies questions de filousophes mon Riaga :
Être ou ne pas naître m’enfin si tu n’es pas né tu ne te poses pas la question et ça me permet de me reposer sur la question tout en posant un lapin en guise de réponse, c’est vrai ça on peut être né et pané en même temps et même trépané ( la c’est très beaucoup pané) enfin de la dernière pluie c’est …..
Métaphysique de jeune premier le Riaga: Monter où descendre? Chéri descends mon thé ça te va comme réponse !
À gauche ou à droite ou droit devant ah ça me fait penser au grand politicien Juppé qui même par grand vent restait planté droit devant ses bottes, t’imagines ses lèches bottes !
Non non Riaga tu ne m’auras pas avec tes questions mégaphysiques à deux balles dans le barillet, n’essaies pas avec moi un remake du voyage au bout de l’enfer même s’il est pavé de tes bonnes intentions!
En fait tout ça pour te dire que je vis bien mes rêves, la preuve c’est que dès que je me sens dans la merde , je me réveille, c’est donc bien que je con troll tout!
Ah nos rêves tant de choses remontent en surface que ça nous fait descendre au plus profond de soi: et sans bouteille rien qu’en apnée à nez avec soi même !!!
Ami calmant ( n’est-ce pas😃

PS: À l’aube la robe jaune, la robe d’or au couchant
et la robe pourpre au Saint-Emilion 2015!🍷
JC


Sp'as grae mon JC que tu dérives (la robe jaune n'a rien à voir avec l'ivresse d'un vin, mais comme c'est un bon cru, why not). Loin de me déplaire, tes divagations me font sourire...d'autant plus que oui, je suis honoré que tu m'honores du fait de douter ; -). A partir du moment où on ne reste pas cloué au sol, le doute est amical quand il nous accompagne sur la route. Mais bon, cela étant acquis, je creuse un peu, voire beaucoup dans ce que je ne peux expliquer ici et dc ma réponse à la tienne sera succinte. Et ma philosophie se contente des répliques d'un Shakespeare ^^ mais pas seulement. A toi de porter tes regards sur ce qui t'interpelle. Ces fragilités ne t'en voudront pas.:-)




Citation de Jean-Louis
Bonjour Riaga,

Cette dichotomie des sentiments (Fragilité...oui, mais le point d'interrogation ne commande-t-il pas ?) me fait penser à tous ceux qui marchent à la rencontre du temps.

" Avec la Raison
Qui avive les arêtes
Défriche les rêves
Ajuste le regard
Brocarde les hiatus du coeur
Machine l'avenir

Le sens est-il plus évident ?

Avec la Passion
Les buées du songe
Les édifices du rêve
La surprise des sens
Les tumultes de l'âme
L'avenir sans desseins

Le sens est-il plus évident ?"

Par-delà les mots (Andrée Chédid)

Peut-être qu'à l'aurore chavire les chimères, chaque matin est alors à saisir dans nos mains fragiles...

"En ce soir serein dans sa robe d’or
Nous nous réveillons – est-ce déjà l’Aurore ?"

Que 2022 nous soit favorable,
Amitiés
jlouis




Jean-Louis : Alors là, un grand spassibo pour ces mots d'Andrée Chédid (dont j'ai des ouvrages et qui vient ici par toi comme une aimable connaissance).
"Le sens est-il plus évident ?"
Oui, le point d'interrogation n'est pas là par hasard. C'est comme un capitaine qui tient la barre d'un vaisseau fragile.
"A tous ceux qui marchent à la rencontre du temps " ou à l'encontre du temps.
Amitiés et oui que cette année nous soit bénfique...je doute encore mais te le souhaite.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
4031 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
27 janvier
  Publié: 21 jan à 03:13 Citer     Aller en bas de page

Un bilan existentiel qui met en lumière, car c'est terriblement beau les fragilités d'une vie bien entamée avec ses questions, ses doutes, mais aussi ses croyances.
Je crois que nous avons été heureux sans le savoir, et que nous souffrons plus tard de ne pas l'avoir su et apprécier.
Un jour il y a longtemps, ma fille m'a dit, comme un reproche : Je n'ai pas demandé à naître.....
Mais qui l'a demandé ?
J'ai aimé "les âmes anciennes", celles que nous n'oublions pas ... celles que nous deviendrons sans doute
Je te souhaite, je peux encore, une merveilleuse année 2022 : que tu sois heureux.

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 295
Réponses: 18
Réponses uniques: 17
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0522] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.