Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 50
Invisible : 0
Total : 52
· RiagalenArtem · Lafleurquirime
13198 membres inscrits

Montréal: 19 sept 00:06:18
Paris: 19 sept 06:06:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: sombre ruelle Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
Katanès


♥the shop of the violent love♥
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
650 commentaires
Membre depuis
26 janvier 2003
Dernière connexion
15 février 2010
  Publié: 15 juil 2004 à 15:36
Modifié:  3 déc 2010 à 10:35 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

J'étais dans une ruelle à peine éclairée
Plus j'avançais et plus les lumières se faisaient occasionnelles
Mais rien ne m'effrayait car je savais que bientôt j'allais être à tes côtés
Tout près de toi à contempler le ciel

Et cette ombre est apparue soudainement
Comme un vent froid au printemps
Je me suis mise à marcher plus rapidement
Par peur que ça soit un esprit malfaisant

J'ai vite su que c'était un inconnu
Qui m'observait depuis le début
Pour finir par agripper mon bras et me pousser contre un mur
Me dévêtir et me souiller de son sperme impur

J'aurais bien voulu me défendre
Mais cet homme était plus puissant
Avec force, il me frappait de ces bras
Jusqu'à ce que ma peau se fendre

Ce soir, je ne suis pas allée chez toi
Je suis restée à sangloter sous un toit
Mais je ne me suis pas tuée
Le lendemain, je suis venue te voir
Je n'ai pu me retenir de fondre en larmes
Quand tu m'as demandé ce que j'avais
J'ai répondu que mon oncle, hier, avait cessé de vivre
Et...tel un naïf, tu m'as cru...

Oupires

  Chaque os cassés me rapelle tout les fois que je t'ai suivi
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 878
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0161] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.