Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 62
Invisible : 0
Total : 63
· ode3117
13207 membres inscrits

Montréal: 26 sept 14:22:27
Paris: 26 sept 20:22:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Inapte au printemps vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
108 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 4 févr à 18:29
Modifié:  5 févr à 16:35 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom

Nul ne comprend jamais l'idée des fleurs sauvages
De s'en aller au loin à l'abri des jardins
Et de laisser ailleurs sur le quai du voyage
Les rires des moqueurs descendant des gradins
Nul ne comprend jamais le verbe du pendu
Les marques bleues que font les noeuds au cou des braves
J'ai long vécu, ce que j'ai pris, je l'ai rendu
Demandez-leur pourquoi j'y suis puisqu'ils le savent
Puisqu'ils savaient, puisqu'ils sauront, jamais lassés
Demandez-leurs et s'ils sourient prenez courage
L'oubli c'est sûr est un ami que j'aime assez
Compagnon d'espoir et compagnon de naufrage
Je viens ici pour Mélody que j'ai plantée
Qui a poussé, qui a fleuri et puis d'un souffle
A disparu de mes mains nues désenchantées
Et mort de honte et froid de peur, je les camoufle
Comme un bagage handicapant que je renie
Je vois vos yeux se régaler ravis d'avance
D'être invités au festival des calomnies
La nuit connaît mon amertume et c'est ma chance
J'ai choisi un couteau pour ma gorge postiche
À ta santé 'lody, aux éclairs de passage
La tristesse a ses lois mais les oiseaux s'en fichent
Elle a brûlé nos peaux l'idée des fleurs sauvages



 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
539 poèmes Liste
11090 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 5 févr à 02:25
Modifié:  5 févr à 02:25 par Catwoman
Citer vertical_align_bottom

Bonjour,

J'aime beaucoup ce texte. Comme un cri dans la nuit. Dans cette ambiance, nul ne peut se camoufler.

Catherine

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
363 poèmes Liste
11700 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 5 févr à 03:59 Citer vertical_align_bottom

merci TIZEN

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19463 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 5 févr à 16:36
Modifié:  5 févr à 16:36 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom

Merci, les fleurs sauvages sont de loin mes préférées.... et le printemps une saison particulière aussi à mon coeur... souvent il ne tient pas ses promesses

- toujours un plaisir de te lire -

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
224 poèmes Liste
13467 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 6 févr à 03:48 Citer vertical_align_bottom

J'ai bien aimé, merci pour cette lecture !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Dominique Bouy Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
1039 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
2 septembre
  Publié: 6 févr à 15:43
Modifié:  7 févr à 03:48 par Dominique Bouy
Citer vertical_align_bottom

Merci.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
862 poèmes Liste
3279 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 10 févr à 01:43 Citer vertical_align_bottom

Un bel amour ...sombre mais fort !



Mes Pluriels d'un autre rêve non oublié

 
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
108 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
22 août
  Publié: 7 juin à 05:57 Citer vertical_align_bottom

> Catwoman : la nuit qui nous protège et souvent nous révèle aussi. Dieu a bien fait de mettre la nuit à la fin de la journée (!). C'est plus pratique pour s'abriter et écrire.
Merci

> samamuse : merci à toi.

> Bestiole : Merci de continuer de passer, de sentir, de ressentir. Je me fais silencieux souvent mais ça me touche.
Les promesses non tenues des printemps successifs. Il faudrait en faire tout un ouvrage.
Et on en connaît tant, qui ont tant promis et n'ont jamais fleuri.

> Maschoune : de rien, merci de t'être arrêtée.

> Dominique Bouy : merci du passage

> pluriels : j'aime beaucoup la phrase de Sagan "J’ai aimé jusqu’à atteindre la folie. Ce que certains appellent la folie, mais ce qui pour moi, est la seul façon d’aimer."
Merci

 
IciOuLa

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
98 poèmes Liste
1480 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2004
Dernière connexion
28 août
  Publié: 28 août à 17:24 Citer vertical_align_bottom

Une trace sous celui-ci (mais cela aurait pu être sous n’importe quel autre) : toujours ce sentiment de lire une boule de feu et de manquer de mots pour en parler…

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 546
Réponses: 8
Réponses uniques: 8
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0240] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.