Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 100
Invisible : 0
Total : 102
· LanaLuve · M@ry Re@d
13207 membres inscrits

Montréal: 26 sept 15:44:00
Paris: 26 sept 21:44:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Paris Gare de Lyon vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Poète Ferroviaire

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
16 commentaires
Membre depuis
3 mai
Dernière connexion
27 juillet
  Publié: 3 mai à 16:14 Citer vertical_align_bottom

Vois cette horloge dominant de son beffroi
Chaque jour, le nombre de tours s'accroît
Veillant le boulevard Diderot, fière,
Qui rythme nos premiers pas vers la Canebière.

La verrière abrite toute la performance,
Des volutes vaporeuses de la Crampton,
Aux TGV que la modernité affectionne.
Ayant donc vécu l'histoire des trains de France.

La légende surplombe toujours les butoirs
Car malgré les routines, du matin au soir,
Ressuscitant les rames bleu nuit oubliées,
Aussi l'euphorie des premiers congés payés.

En réalité, contemporaine, débarquent
Plus de banlieusards que de monarques
Mais autant d'attachés-cases que de routards
Se présentent au tableau des départs.

Les imposantes fresques de la grande salle
Nous offrent l'esprit de la ligne impériale.
Histoire des terres liées à cette gare,
La patience et distraction des regards.

Hier la vapeur dans un fracas du tonnerre,
Aujourd'hui crépitement de la caténaire,
En partance pour la Bourgogne ou bien Marseille,
Au bout des fils de rail se lève le soleil.


  Ferroviairement votre
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 4 mai à 03:54 Citer vertical_align_bottom

Ah ! L'ancien cheminot que je suis ne peut que se réjouir de cet écrit, moi, qui ayant habité longtemps le sud-est, atterrissais à Paris GDL (jargon interne). Les fresques m'ont toujours fait rêver... et continuent à distance, puisque maintenant c'est la gare de l'Est qui me voit arriver à Paris.

Petit détail, file de rail, avec un E, parole d'ancien de VB, l'équipement.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Poète Ferroviaire

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
16 commentaires
Membre depuis
3 mai
Dernière connexion
27 juillet
  Publié: 4 mai à 05:13 Citer vertical_align_bottom

Merci pour ce gentil retour. Quant à "fils" effectivement le terme technique est files mais ici je voulais voir le rail comme une histoire qui se déroule. Bien cordialement Poète Ferroviaire

  Ferroviairement votre
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6890 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 4 mai à 06:07 Citer vertical_align_bottom

Citation de Poète Ferroviaire
ici je voulais voir le rail comme une histoire qui se déroule



Oui, bien sûr, c'est plus poétique, alors que file est technique.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19463 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 4 mai à 16:49
Modifié:  4 mai à 16:49 par Bestiole
Citer vertical_align_bottom

Ayant habité dans le quartier, j'y reconnais bien l'ambiance. C'est vraiment bien écrit

Bienvenu !

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 168
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0197] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.