Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 18
· monthery · Dimitryet · actuaire
13218 membres inscrits

Montréal: 8 déc 05:41:15
Paris: 8 déc 11:41:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Guerriers vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Filiquier
Impossible d'afficher l'image
Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
596 commentaires
Membre depuis
3 octobre 2019
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 27 juil à 09:07 Citer vertical_align_bottom


Voici le jour passé des idéaux fragiles
Sous la féroce vocifération des peurs
Que reste-t-il de nos idylliques mirages
Vers quel azur forcé conduiront nos forfaits

Vieux monde des misères exhibant ses outrages
Au goût amer des arbres qui n'ont plus de fruits
Il n'y aura jamais de repos cathartique
Tant les propos lancés sont flèches au curare

Rageusement l'Histoire aligne ses excès
La haine dans les coeurs obérant la pensée
Tout concourt au désastre et sonne l'hallali
Quand de méchants acteurs aux masques d'acier hurlent

Ces cupides guerriers aux paroles létales
Hommes de peu de joie jamais désaliénés
A trop aimer la lutte en ses ardeurs rouillées
Ont le souffle qui manque à la Fraternité

  TF
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
330 poèmes Liste
6957 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 27 juil à 09:19 Citer vertical_align_bottom

Je sens à travers tes mots toutes les lourdeurs et douleurs de la guerre.
Ton texte fait mouche.
Oui, cette terre est peuplée de drôles de gens pour qui tuer restera toujours la solution de n'importe quel conflit.
Nous tournons aujourd'hui nos yeux vers l'Est, et parce que c'est si proche de nous, mais demain ?

Ce fut une lecture pénétrante.

Amicalement,

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Suprême JTM


Jusqu'à l'amour
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
229 commentaires
Membre depuis
24 juillet
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 27 juil à 11:03
Modifié:  27 juil à 11:03 par Suprême JTM
Citer vertical_align_bottom

Bien ce poème réaliste, j'aurai terminé par "ont le souffle qui manque à l'amitié" au lieu de fraternité
Sinon on sent bien les abimes de la haine et sa catastrophe. Jolie manière d'écrire

  Pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, pour tous ceux qui ont dans leurs yeux quelque chose d'horizon perdu, car l'amour est plus fort, pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, peace and love 4 ever
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


La vie est la farce à mener par tous. — Rimbaud, Mauvais sang
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
165 poèmes Liste
1269 commentaires
Membre depuis
17 mai 2021
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 27 juil à 12:10 Citer vertical_align_bottom

Salut, F.,

Votre indignation est louable, et personne de sensé ne peut souhaiter la guerre. Je vous invite à visionner la vidéo suivante d'une série Arte sur la civilisation :

Aux origines des civilisations — Deuxième épisode

Qui porte sur la guerre et qui commence par ces mots : La civilisation repose sur un paradoxe ; être civilisé, c'est être cultivé et accéder au savoir, mais ce savoir a un prix, et le prix de la civilisation, c'est la guerre.

X.

  Une langue pauvre ne peut accoucher que d'une pauvre poésie... — Xuyozi
Emme

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
150 poèmes Liste
4287 commentaires
Membre depuis
22 août 2011
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 27 juil à 12:53 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir,

Un poème puissant et bien construit
Les images sont percutantes de vérité.
Poignant !
Emme

  la vida son dos dias...vivelos !
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
75 poèmes Liste
6684 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 27 juil à 13:31 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir Filiquier
J’apprécie guère voire plus ce genre de personnages que tu évoques ici.
Je dirai que pour eux on ne peut même pas parler de haine c’est pire que ça, c’est l’indifférence de la vie humaine, au moins la haine est encore un sentiment humain..
Hélas je partage largement ton pessimisme.
Amitiés
JC

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
704 poèmes Liste
28531 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 27 juil à 13:52 Citer vertical_align_bottom

La haine je ne sais mais un dégout et une révolte c'est certain. tout semble bousculer mes idées;

  OM
Filiquier
Impossible d'afficher l'image
Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
596 commentaires
Membre depuis
3 octobre 2019
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 1er août à 09:29 Citer vertical_align_bottom

À vous qui avez bien voulu vous arrêter sous ce cri de colère, totalement inefficace j'en conviens, un très grand merci.
Comme vous, j'ai pensé à ce qui se passe à l'est de l'Europe bien sûr. Mais l'idée de départ, c'était la mise en cause d'une certaine manière de faire de la politique, aujourd'hui particulièrement. D'une certaine façon, j'ai raté mon coup.
Je tiens cependant grand compte de vos propos et vous en remercie encore.
À vous lire également bientôt.
Avec toutes mes amitiés.
Filiquie

  TF
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
4182 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 14 août à 11:16
Modifié:  14 août à 15:46 par RiagalenArtem
Citer vertical_align_bottom

Comme j'aurais aimé pouvoir commenter le poème que tu as laissé...mais je suis pour de bonnes ou mauvaises raisons assez en marge ces derniers mois...Et c'est en cela que malgré tout, je tient à dire que ce qui m'anime (et me "tue" et suscite mes indignations et préoccupations et mes lassitudes) trouvent sous tes lignes beaucoup "à dire". Le mot final est l'un des plus beaux qui soit. "Fraternel". Il a sa place et bien plus encore dans les archives de mon coeur...guerrier d'une autre étoffe et qui ne se berce pas d'illusions...(les cris de colère sourdent et parfois, ce n'est qu'en les chuchotant qu'ils ont le plus d'impact)...

Amitiés....
Riaga....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Filiquier
Impossible d'afficher l'image
Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
596 commentaires
Membre depuis
3 octobre 2019
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 29 août à 08:40 Citer vertical_align_bottom

Merci infiniment Riagalen pour ces mots qui partagent une même sensibilité et, peut-être, la même désespérance...
Je doute de l'humanité, mais je crois encore en l'être humain, au moins par volonté.
Parce qu'il y aura toujours, ici ou là, une oasis de fraternité.
Amitiés bien fraternelles.
Filiquier

  TF
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 264
Réponses: 9
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0281] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.