Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 21
Invisible : 1
Total : 23
· Fried
13217 membres inscrits

Montréal: 2 déc 17:30:44
Paris: 2 déc 23:30:44
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La jeune femme vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
gillesdepont


Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruit
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
770 commentaires
Membre depuis
24 avril 2015
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 14 août à 05:32
Modifié:  19 août à 04:48 par Emme
Citer vertical_align_bottom

La jeune femme



Il s’éloignait dans le soleil couchant.
Il s’éloignait inexorablement.
Son ombre s’étirait semblable à un élastique
Qui claqua comme un fouet
Quand elle se détacha de sa vue.

Alors la jeune femme hurla de désespoir.
Son cri déchirant fut prolongé,
Enveloppé par le barrissement
De l’éléphant du parc animalier.

La fleur rouge, qu’elle avait mise
Dans ses cheveux noirs, tomba
Violemment, inexorablement,
Comme le rideau des radio-crochets,
De mon enfance disparue.

Le clap de fin n’était ni romantique
Ni rêvé. Il était cruel comme la vie.

Mais les Dieux, touchés par l’émotion,
Séchèrent ses yeux par une légère brise.
Une nuée d’oiseaux ramassa son âme disloquée.
Le Roi Corbeau lui offrit ses ailes et en para son cœur
Afin qu’il ne soit plus prisonnier de sa cage thoracique
Mais libre de voler où bon lui semble.



Gilles

  gilles
Suprême JTM


Jusqu'à l'amour
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
226 commentaires
Membre depuis
24 juillet
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 14 août à 05:44 Citer vertical_align_bottom

Très joli mais dur comme poésie
Je relirai

  Pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, pour tous ceux qui ont dans leurs yeux quelque chose d'horizon perdu, car l'amour est plus fort, pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, peace and love 4 ever
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
348 poèmes Liste
6794 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 14 août à 13:15 Citer vertical_align_bottom



Yvon

  YD
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13538 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 15 août à 03:19 Citer vertical_align_bottom

J'ai l'impression que tu as changé de style avec ce poème...

Jolie lecture en tout cas, merci pour ça !

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Quel était ton VISAGE ORIGINEL avant la naissance de tes parents ? — Houei-neng (638-713)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
164 poèmes Liste
1264 commentaires
Membre depuis
17 mai 2021
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 15 août à 10:58 Citer vertical_align_bottom



Joli, j'ai aimé ma lecture...

Les images sont belles et suggestives...

Citation de gillesdepont
Son ombre s’étirait semblable à un élastique
Qui claqua comme un fouet



Je n'ai jamais vu d'ombre en élastique claquer comme un fouet... Ça doit donner tout un choc au propriétaire...

Mais bon, c'est de la poésie, après tout...

X.

  La poésie naît du silence et transcende le bruit des mots... — Xuyozi
gillesdepont


Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruit
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
108 poèmes Liste
770 commentaires
Membre depuis
24 avril 2015
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 16 août à 03:51 Citer vertical_align_bottom

Merci de vos passages et de vos encouragements, c'est vrai que ma poésie a évolué. Il y a longtemps maintenant que j'écris ici. Au début ce n'était qu'un beuglement pour ne pas mourrir et avertir les secours. La passion des poèmes m'a accompagné, m'a tenu la main pour que je progresse. J'ai eu aussi le bonheur de rencontrer une très jeune femme qui m'a donné des cours de français pour avoir certaines bases. Je fais encore des fautes et celui-ci et un des rares textes qui n'a pas nécessité de correction. J'applique aussi le conseil de Aude Derose qui est d'attendre avant de publier. Je prends plus de temps pour écrire et travailler mes textes. Ce site est extraordinaire pour les hommes et les femmes amoureux des mots. La diversité, la compètence est là, présente partout. Certains auteurs m'ont vraiment touché. Certains commentaires m'ont vraiment fait un bien fou. Je ne suis pas régulier dans mes visites chez vous mais j'ai l'impression que chaque fois que je publie un texte d'être chez moi.

Vraiment merci à toutes et à tous pour votre amitié épistolaire.

Gilles

  gilles
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1056 poèmes Liste
17043 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 11 sept à 14:13 Citer vertical_align_bottom

Il y a de la tristesse mais ton poème ne peut se résumer à cela et en ce sens, j'apprécie sa palette d'émotions. On se retrouve pris par la force dramatique du moment, sans être assommé à la fin.
Amitiés chaleureuses.
pyc.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 192
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0228] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.