Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 151
Invisible : 0
Total : 152
· Lilu
13218 membres inscrits

Montréal: 10 déc 04:27:02
Paris: 10 déc 10:27:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Déambulations primaires vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 2 févr 2008 à 03:29 Citer vertical_align_bottom

Mes pas essuyaient le chemin
Tracé de veines couleur d'ambre
Ils m'emmenaient toujours plus loin
Dans la panique d'antichambres
Et je les voyais s'effacer
Laissant la place à de la cendre
La neige s'est mise à tomber
Et mon coeur s'est mis à se fendre

Comme un hiver toujours plus froid
Comme un été un peu moins tendre
Mes saisons volent en éclat
Mon dernier cri vient de se pendre
La corrosion dans ma nature
S'est infiltrée jusqu'à la tordre
Frappant mes synapses en désordre
Les éclatant dans un murmure

Mon âme souillée de mercure
Qui ronge en vain mes os usés
Vient modifier jusqu'à mes traits
Dans des relents d'hydrocarbures
Tel un silence contaminé
Sentant creuser mille rayures
Dans mon soleil d'éternité
Pleurant le temps d'une fracture

J'ai renoncé au vide obscur
Qui dévorait mes ailes noires
En les trempant dans le sulfure
Pour n'en garder qu'un bout d'ivoire
Que j'ai suspendu à mon cou
Pour me souvenir du soir
Où j'ai rencontré An Ankoù
Lui disant d'aller se faire voir

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19523 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
4 décembre
  Publié: 2 févr 2008 à 05:14 Citer vertical_align_bottom

"Mon dernier cri vient de se pendre"

Beau texte imbibé de douleurs et de frustrations, mais c'est vraiment bien écrit ...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 2 févr 2008 à 08:32 Citer vertical_align_bottom

Bestiole, merci de ton passage, en effet, je suis quelqu'un qui aime broyer du noir dans mes textes, c'est là dedans que je me sens bien

Maureen, ma modestie s'est pris une baffe mais je te rassure, rien de grave, ça allait déjà mieux la seconde suivante
Que dire sinon que je suis touché, content de pouvoir faire ressentir mes émotions via mes textes, c'est vrai que le monde moderne offre une large palette de sujet et j'aime m'en servir.

Amitiés partagées, a bientôt

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2102
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0187] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.