Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Les parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 94
Invisible : 0
Total : 95
· Naej
13295 membres inscrits

Montréal: 21 février 15:54:09
Paris: 21 février 21:54:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Les je de Rafael Alberti vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Eric Hardy
Impossible d'afficher l'image
« Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l'une vers Dieu, l'autre vers Satan. L'invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade ; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre. » Charles Baudelaire (1821-1867), « Mon Coeur mis à nu ».
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
12 commentaires
Membre depuis
21 novembre 2023
Dernière connexion
Il y a -299 minute
  Publié: 10 févr à 14:50 Citer vertical_align_bottom

LES JE DE RAFAEL ALBERTI




Rafael Alberti écrivit
Son premier recueil dans la Sierra
De San Rafael
Poèmes furent-ils jamais écrits
Sous de meilleurs auspices

Il savait lui
Puisqu'il était aussi peintre
Qu'une peinture offre au regard une réalité
Dont aucun œil ne se rassasie
Que nous ne nous lasserons jamais
De visiter les salles et les couloirs
Du Prado

Mais savait-il que je est un autre
Quand il est en Abyssinie
Qu'il y a autant d'endroits que de je
Que le je du bordel n'est pas le même
Que celui de l'alcôve
Qui diffère de celui de l'église
Ou de la mosquée
Qui diffère du je de la salle à manger
Et celui-ci du je du bureau

Bien sûr qu'il le savait
Puisqu'il connut d'autres je
Durant la guerre civile
Où son je noir
Son je stalinien
Vit le jour
Ce je épurateur d'intellectuels contre-révolutionnaires
Et même d'anciens amis

Puis Rafael
fit connaissance avec ses je
De l'exil
Son je français
Angoissé
Son je argentin
Son je italien
Des je apaisés
Nostalgiques

Mais le je qu'il préféra
Fut sans doute celui
Qui naquit le 27 avril 1977
À son retour dans sa chère Espagne

Merci Alberti
Pour cet éventail de je
Et nous ne laisserons personne
Détruire votre monument
Qui trône dans votre ville natale




  Eric Hardy
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
806 poèmes Liste
31359 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
Il y a -298 minute
  Publié: 11 févr à 11:42 Citer vertical_align_bottom

Un bel hommage, ce n'est pas un jeu de chercher à le découvrir mais un plaisir.
Merci
Bien amicalement ODE

  OM
Eric Hardy
Impossible d'afficher l'image
« Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l'une vers Dieu, l'autre vers Satan. L'invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade ; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre. » Charles Baudelaire (1821-1867), « Mon Coeur mis à nu ».
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
12 commentaires
Membre depuis
21 novembre 2023
Dernière connexion
Il y a -299 minute
  Publié: 18 févr à 04:43 Citer vertical_align_bottom

Citation de ode3117
Un bel hommage, ce n'est pas un jeu de chercher à le découvrir mais un plaisir.
Merci
Bien amicalement ODE




Bonjour et merci, Ode, pour votre commentaire.

  Eric Hardy
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 48
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0155] secondes.
 © 2000 - 2024 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.