Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 710
Invisible : 0
Total : 710
13395 membres inscrits

Montréal: 8 déc 22:53:50
Paris: 9 déc 04:53:50
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: tranche de vie ou quand le chien n'est pas l'ami de l'homme Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
valou1


l'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on en a pas, on s'écrase.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
3 juillet 2012
Dernière connexion
21 septembre 2018
  Publié: 31 oct 2015 à 08:18
Modifié:  1er nov 2015 à 02:24 par Ishtar
Citer     Aller en bas de page

Là, tout de suite, à l'instant présent, j'ai le pied gauche coincé entre les mâchoires acérées et baveuses d'un molosse brun au regard étrange et franchement pas serein. Je tente d'oublier la douleur fulgurante bien que continue qui martèle ma chair pédieuse et je lui susurre des mots doux, du style gentil toutou, t'es bon comme un cœur, t'es beau comme un camion mais je t'avouerai que je ressens un gros tourment quant au dénouement rapide de notre situation respective, tout en lui caressant l'échine d'une main mal assurée et tremblante. Il me regarde d'un air torve, ou contrit, faut dire que je ne sais plus, c'est difficile à évaluer quand t'as mal, très mal , t'as tendance à prendre des vessies pour des lanternes, alors tu nourris l'espoir d'un relâchement d'au moins une mâchoire sur deux, voire les deux dans le meilleur des cas, pour libérer ton pied que t'as envie de lui foutre à travers la gueule, mais bon faut pas rêver, c'est le genre de cerbère qui lâchera pas le morceau, tu le devines à son tempérament de feu et son impétuosité démesurée, l'étincelle de folie qui réside dans sa pupille te dit que c'est un signe à ne pas négliger, alors, j'essaie de l'amadouer, je regrette de ne pas avoir emporté avec moi un morceau de bidoche qui serait tombé à pic, même si ça allait lui donner le cancer il paraît, mais je savais pas que j'allais me faire agresser, alors la bidoche, elle est restée au frigo dans le compartiment viande, au-dessus des légumes et des laitages, bien au frais, qui sert à rien, et que peut être je ne reverrai jamais si je ne me sors pas de cette panade simplement peu hilare. Je disais donc que l'amadouer est devenu ma seule échappatoire et je le caresse depuis 5 mins sans grand succès je dois avouer, j'observe mon environnement et personne pour me sauver, je compte sur moi seule, et dans un coin de mon œil j'aperçois une courge aussi grosse qu'un ballon de foot, oui, j'étais dans un champ, oups, un champ privé parmi des champs pas privés, je l'attrape tant bien que mal , je l'arrache sans une goutte de sueur, et j'assomme ce fichu clébard à lui en éclater la tête, j'ai vu des étoiles dans ses beaux yeux surpris et me suis libéré de son étreinte passionnée, j'ai enfourché mon beau vélo et fichu le camps taïo taïo sans demander mon reste. Je me suis soignée en rentrant à la maison, et suis allée régler mes affaires avec le proprio de la bestiole affreuse. Il avait le même regard que son chien...rien à en tirer. Alors, je suis allée arracher une autre de ses courges et l'ai assommé de la même manière que son affreux toutou. C'était beau. C'était magnifique. Il est tombé raide par terre, je me suis penchée, lui ai enlevé ses godillots, lui ai mordu le pied gauche de toutes mes forces, oh que c'était bon...elle est pas belle la vie ?

  valérie, bla bla bla bla
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
820 poèmes Liste
23005 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 31 oct 2015 à 09:18 Citer     Aller en bas de page

Ho Valou comme ça tombe à pic, cette histoire de courge en plein Halloween !

Je sais maintenant que si je n'aime pas les chiens, ce n'est pas seulement pour leur fidélité imbécile, leur poil rêche, leur odeur insoutenable les jours de pluie ou cette façon flagorneuse qu'ils ont de vous regarder avec un œil vitreux (ce que certains ont tendance à prendre pour une indéfectible affection). Je ne les aime pas parce qu'ils aboient et qu'ils bavent, et qu'ils mordent ceux qui ont le malheur d'outrepasser les limites de la propriété de leur maîtres. Des douaniers, en somme.

J'aime les chats parce qu'ils n'existe pas de chats policiers.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
valou1


l'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on en a pas, on s'écrase.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
3 juillet 2012
Dernière connexion
21 septembre 2018
  Publié: 1er nov 2015 à 12:41 Citer     Aller en bas de page

Hello there!

merci à toi amie des chats!

j'aime les chiens mais seulement quand ils ne sont pas armés de dents aussi grosses que des courges!

ouarf...

valérie

  valérie, bla bla bla bla
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
609 poèmes Liste
26434 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 26 nov 2015 à 11:51 Citer     Aller en bas de page

Amis chiens, VALOU 1, n'est pas un " met d'or " mais son texte n'est qu'un loufoque....Et cela m'a fait sourire.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
valou1


l'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on en a pas, on s'écrase.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
3 juillet 2012
Dernière connexion
21 septembre 2018
  Publié: 4 déc 2015 à 12:52 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Amis chiens, VALOU 1, n'est pas un " met d'or " mais son texte n'est qu'un loufoque....Et cela m'a fait sourire.
Bien amicalement ODE 31 - 17



le sourire est roi!
merci à toi

  valérie, bla bla bla bla
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 695
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0176] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.