Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 369
Invisible : 0
Total : 369
13363 membres inscrits

Montréal: 27 sept 22:29:17
Paris: 28 sept 04:29:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Carnets de voyage: Afrique Resurrections Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 4 août 2005 à 11:49
Modifié:  19 août 2007 à 07:47 par (...)
Citer     Aller en bas de page

Me voilà au commencement de Tout,
Au cœur de ma vie ou se noie le Passé.
Me voilà à contre courant, la main dans le néant.
Le pied dans la course frénétique aux pages vierges.
J’essaye de souiller le papier monotone avec le cri des mots

Qu ils s’enfouissent dans la chair de l’Afrique !

Afrique, belle amante au visage lacéré,
Donne moi encore le sein
Ton sein noir et lourd de famines
Ton lait âpre et rouge est un poison vital.

Mourrons ensemble comme Mère et Fils!

Qu’importe tes Soleils, Ils ne brillent plus pour toi !
Gardiens des étoiles qui guident ton sépulcre.
La Nuit pour châtiment est un long calvaire.
N’aie crainte cher Christ, Je te veille jusqu’à l’ aube:

Ton jour aussi viendra !

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 4 août 2005 à 14:37 Citer     Aller en bas de page

Un poème très lourd de souffrance, l'Afrique, l'amante lascérée, le sein au lait rouge, le sein lourd de famine, la nuit de calvaire comme une crucifixion, la résurrection est pour bientôt!

Oui mon frère rêveur de terre, la résurrection est pour bientôt

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 4 août 2005 à 23:15 Citer     Aller en bas de page

Merci Yvan de toujours comprendre mes poèmes et t associer à mes révolutions mort-nées.
J espère que ces rêves deviendront un jour realite

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 5 août 2005 à 22:02 Citer     Aller en bas de page

Merci Arianelle je suis content que tu aies apprécié, l Afrique est tantot amante tantot mère parfois fille blessée la décrire est une douleur et un soulagement à la fois. En espérant que la résurrection viendra...

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1440
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0248] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.