Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 66
Invisible : 0
Total : 67
· Jean-Claude
13393 membres inscrits

Montréal: 21 juin 21:47:32
Paris: 22 juin 03:47:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Le revers du verbe aimer. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 19 nov 2005 à 16:05
Modifié:  12 avr 2010 à 08:27 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Le revers du verbe aimer.

L'horizon tangue, et sa ligne se brise.
Le ciel flanche, et le gris se déverse
Sur la Terre malade, en pleine crise.
C'est mon monde, qui tombe à la renverse...

J'ai le coeur qui s'épanche, malade.
Ma soif qui ne s'étanche, maussade.
J'ai le mal de mer, de terre, de toi, l'aimé.
J'ai l'envie amère, par terre, émois mêlés...

Mon corps balance, et mon coeur se brise,
Déverse son avalanche, qui me grise.
Je ne suis plus en vie, juste évanescence...
De sentiments, d'émois, de ton absence.

Tous mes maux sales, se sont renversés
Tachant mes mots livides et sans sens.
En pleine crise, tout droit vers la décadence,
J'étouffe, et je meurs dans le revers du verbe aimer.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
patrick dabard


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
6611 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
16 juillet 2020
  Publié: 19 nov 2005 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

C'est triste, mais la tristesse n'altère pas la beauté de ce texte.
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
299 poèmes Liste
18938 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
21 juin
  Publié: 20 nov 2005 à 14:01 Citer     Aller en bas de page

Superbe !
Je dois dire que tu es douée dans ce registre (comme moi, enfin je crois)
Une belle intensité ...

Bravo amie !
Bisous
Vinie

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
16 juin
  Publié: 21 nov 2005 à 06:58 Citer     Aller en bas de page

Une asphyxie qui ne te sera point mortelle, sois-en sûre Julie!

J'ai été touché par ma lecture!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 21 nov 2005 à 14:12 Citer     Aller en bas de page

Patrick, merci beaucoup, ça me touche de savoir que tu le trouve beau malgré tout.

Vinie, m'ci pour le compliment, ça me fait très plaisir. J'sais pas trop si je suis "douée", mais en tout cas, pour les choses un peu triste, j'arrive mieux à obtenir c'que je veux. (Et oui oui, comme toi, j'confirme, mais sûrement moins bien quand même).

Yvano, oui j'espère aussi. J'veux m'en remettre. Et puis, j'm'en remettrais. Ce qui me gène un peu, c'est surtout : quand ? Quand est-ce que je serais complètement relevée ?

Merci à vous trois ,
Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
sylvian


Ce que ma voix tait, mon regard te le dit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
79 commentaires
Membre depuis
14 février 2007
Dernière connexion
4 février 2014
  Publié: 23 mai 2007 à 13:21 Citer     Aller en bas de page



Ton poème me touche beaucoup.
As-tu remarqué comme on peu dévaler aussi profondément la montagne que l'amour nous a fait escalader?

Amitiés,

Sylvain

  Sylvian-Catherine
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 25 mai 2007 à 17:30
Modifié:  25 mai 2007 à 17:36 par Julie
Citer     Aller en bas de page

Heureuse que ça te touche sylvain. Oui, j'ai remarqué... A croire qu'on est tous un peu des Sisyphe : on finit toujours par regrimper cette montagne en poussant notre pierre, pour qu'elle finissent par retomber encore et toujours...

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1963
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0367] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.