Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 256
Invisible : 0
Total : 257
· datura.✿
13354 membres inscrits

Montréal: 24 sept 17:06:04
Paris: 24 sept 23:06:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Canicules Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 11 août 2005 à 20:53 Citer     Aller en bas de page

Canicules,

Ces nuits ont la chaleur du souffle du néant,
Le murmure d’une tombe à l’épitaphe usée,
Le cœur halète et rit de tristesse :

La déclaration d’une sœur vaut bien une larme,
L’amour d’une sœur vaut bien un cœur battant.

Certains silences rendent sourds nos étés.
On s’enterre sous nos vies pour en être plus libres,
Sot comme un premier né, calme comme un illettré :

Je mâche mes nuits au goût de solitude.
Je me lave dans leur moiteur furtive.

Certains soirs, tout s’éclaire ou s’éteint
Et Notre Terre a la beauté d’une larme.
Et Notre ciel est plus bleu qu’un désert.

On tue la Liberté comme on arrache une âme.
Souriez : nos révolutions sont mort-nées !

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 11 août 2005 à 20:54 Citer     Aller en bas de page

Petit problème de grammaire...
Est ce qu'on dit mort-nées ou mortes-nées. Désolé si j ai fait une faute

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 12 août 2005 à 06:01 Citer     Aller en bas de page

Merci de ton passage hypérion, je suis content que tu apprécies bien que je connaisse ton affection pour le classique. Les idées sont plutot incoherentes car je me laissais vraiment guider par l écriture. En gros c'est surtout l'incompréhension et le désespoir qui nous touchent certaines nuit quand la chaleur est accablante et que la vie et les regrets pèsent très très lourds sur nos épaules...

Merci

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 12 août 2005 à 13:19 Citer     Aller en bas de page

Tu as exprimé tout ce que je voulais dire de bien plus belle facon que moi...
Je te remercie de si bien comprendre mes poèmes

Amitiés

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 16 août 2005 à 05:56
Modifié:  16 août 2005 à 06:01 par Andjik
Citer     Aller en bas de page

"Certains silences rendent sourds nos étés.
On s’enterre sous nos vies pour en être plus libres,
Sot comme un premier né, calme comme un illettré :"

Une double contrainte : captivité et liberté! Et le besoin de révolutions pour passer de l'une à l'autre. "Nos révolutions sont mort-nées". Peut-être parce que nous aurons rendu l'âme quand elles auront abouti...

Il me serait intéressant d'y penser encore!

J'ai aimé ma lecture!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 16 août 2005 à 09:42 Citer     Aller en bas de page

je suis content que tu aies aimé ta lecture et je suis content de ton interprétation, nos révolutions sont également mort-nées du fait qu'elles ne restent que des révolution de papier qui s'évanouissent une fois la page tournée...

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1024
Réponses: 5
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0264] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.