Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 32
Invisible : 0
Total : 34
· In Poésie
Équipe de gestion
· Maschoune
13734 membres inscrits

Montréal: 24 juil 03:43:05
Paris: 24 juil 09:43:05
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Dans quel état j’erre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 16 juil 2013 à 14:20
Modifié:  17 juil 2013 à 09:40 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page



Dans quel état j’erre



Un sentiment de légèreté me lie à l’Univers
Quand le goudron est chaud
Et que tout Paris m’envoie ses baisers

Je garde au cœur
Des parcelles de vous
Qui m’avez bien aimée
Qui m’avez prise
Puis rendue à moi-même

Reposée, comme un objet de désir
Sur mon socle comme une mécanique
Dont vous avez percé le secret

J’ai fait trois petits tours
J’ai plongé dans l’ivoire de vos dents
Et je me suis rafraîchie à vos fantasmes

Merci et l’on ne se doit rien.

Libres comme des comètes
On se perdra dans la nuit bleue
Jusqu’au prochain big-bang

Je vais attendre, sur mon étagère
La prochaine main, la prochaine clé
Car la patience me tient lieu de vertu.



  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 17 juil 2013 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,

Une très belle poésie que je viens de lire avec beaucoup d'émotion

Bisous James

  Membre de la Société des poètes Français.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 17 juil 2013 à 04:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de James
Bonjour Aude,

Une très belle poésie que je viens de lire avec beaucoup d'émotion

Bisous James



Merci James, ça me fait plaisir de te revoir sous mes vers. Bisous

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 juillet
  Publié: 17 juil 2013 à 05:03 Citer     Aller en bas de page

Cette poésie me touche beaucoup, des vers que j'affectionne,
" La prochaine clé " nul doute qu'elle ouvrira le coffre aux trésors, c'est mon voeu le plus cher.
Merci AUDE, pour ce merveilleux poème
Bise amicales ODE 31 - 17
Un coup de coeur

  OM
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 17 juil 2013 à 09:39 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Cette poésie me touche beaucoup, des vers que j'affectionne,
" La prochaine clé " nul doute qu'elle ouvrira le coffre aux trésors, c'est mon voeu le plus cher.
Merci AUDE, pour ce merveilleux poème
Bise amicales ODE 31 - 17
Un coup de coeur



Merci Ode, j'ai, pour une fois abandonné la métrique et les rimes. Je me suis laissée écrire et j'ai peu retravaillé mon texte.
Le naturel est-il plus touchant ? Peut-être. Plus vrai sans doute aussi.
Celui pour qui j'ai écrit y a été sensible en tous cas…

Bisous à toi mon amie et merci de ton commentaire

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
16 avril 2020
  Publié: 18 juil 2013 à 10:30 Citer     Aller en bas de page



J'aime

C'est (encore une fois) très bien écrit Aude !

  Vers Cassés
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 18 juil 2013 à 14:46 Citer     Aller en bas de page

Citation de Vers cassés


J'aime

C'est (encore une fois) très bien écrit Aude !



Merci je rougis de plaisir

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Clélia-13


J'ai volé à un oiseau, La plume d'un moineau, Pour m'envoler plus haut, Et alléger mon fardeau.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
232 commentaires
Membre depuis
17 mars 2013
Dernière connexion
24 avril 2016
  Publié: 19 juil 2013 à 08:50 Citer     Aller en bas de page

Idem j'ai beaucoup aimé tes mots !

  La vie, cette pochette surprise
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 19 juil 2013 à 13:10 Citer     Aller en bas de page

Citation de Clélia-13
Idem j'ai beaucoup aimé tes mots !



Merci Clélia

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 24 juil 2013 à 14:42 Citer     Aller en bas de page

Lorsque la curiosité est satisfaite, et que l'on délaisse l'objet sans y revenir, l'objet ne s'en courouce point...

chouette

... Black desire...

Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 25 juil 2013 à 03:33 Citer     Aller en bas de page

Citation de Philippe de Commynes
Lorsque la curiosité est satisfaite, et que l'on délaisse l'objet sans y revenir, l'objet ne s'en courouce point...

chouette

... Black desire...

Philippe



Merci de ta lecture, Philippe

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2152
Réponses: 10
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Amour (Cit. perso. & courts)
Auteur : Sybilla
Heartbreaker ou Coeur Brisé... (Amour)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Le seigneur des vents (Tristes)
Auteur : ladysatin
Miroir sans tain (Poèmes par thèmes)
Auteur : Sybilla
La poésie (Cit. perso. & courts)
Auteur : Sybilla
A toi qui me la prends (Amour)
Auteur : Ossette
Serai-je encore belle pour aller danser ? (miroir) (Poèmes par thèmes)
Auteur : Catwoman
Osmose...(essai de glose.) (Amour)
Auteur : Alphonse BLAISE.
La rose et les épines... (Poèmes par thèmes)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Le Vieux (Autres)
Auteur : Maman Luciole
Papiers de Vers (Amour)
Auteur : Nitrox
Un géant aux yeux d'océan (Tristes)
Auteur : Ossette
Lettre à la muse (Poèmes par thèmes)
Auteur : Sidonie
Heure promise (Poèmes par thèmes)
Auteur : Narcissange

 

 
Cette page a été générée en [0,0373] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.