Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 20
Invisible : 1
Total : 23
· JH.Metz · Avraham
13218 membres inscrits

Montréal: 8 déc 04:47:19
Paris: 8 déc 10:47:19
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Contes fantastiques :: Enigmanuit vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 2 sept 2008 à 03:59
Modifié:  3 sept 2008 à 10:17 par Stegobulle
Citer vertical_align_bottom

Allez, je me la joue Georges Lucas avec ses Star Wars, voici le premier volet de la trilogie dont mon précédent écrit "La médiévale" était le second volet, plus tard suivra le troisième et dernier morceau.


Estrella est une petite fille comme les autres, du haut de ses 11 ans elle regarde le monde avec des yeux qui lui sont propres, s’émerveillant à chaque instant de tout et de rien, s’imaginant les plus belles choses, le monde est pour elle la plus curieuse et la plus merveilleuse des créations.
Mais aussi la plus mystérieuse, Estrella est de nature à vouloir tout savoir, tout résoudre, tout comprendre. Toujours elle pose des questions sur ce qu’elle ne connaît pas, toujours elle demande « Maman, pourquoi ceci… ? Maman pourquoi cela… ? » Oui elle aime poser des questions. Maman le sais très bien. Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, ce sont les énigmes, les petits problèmes de la vie, tout ce qu’elle ne comprend pas…
Sa chambre est remplie de casse-tête chinois, de livres d’énigmes à résoudre, des fois elle y reste des heures, se creusant sa petite tête, sa Maman lui dit souvent « un jour je vais voir de la fumée sortir de tes oreilles à force de réfléchir », la première fois, Estrella sauta sur l’occasion, car ayant pris la remarque au sérieux, se demandait comment cela pouvait être possible. Maman partie d’un éclat de rire tellement spontané que la petite fille se sentit presque honteuse de s’être faite avoir, mais oublia tout ça dans la seconde qui suivit et se mit à rire aussi.

Un long week-end où Papa et Maman devaient s’absenter, elle se vit confiée à ses grands-parents, elle adorait y aller car elle savait que grand-maman cuisinait toujours ce qui lui fait plaisir, sans parler des sucreries et autres biscuits maison. Elle aimait aussi parler avec grand Papa, et pouvait passer des heures à… lui demander « pourquoi ceci et pourquoi cela ».
Et grand Papa, dans son infinie patience, tentait toujours du lui expliquer au mieux ce qu’elle désirait savoir. Il parlait d’une voix douce, toujours entrain de rouler un petit bout de sa moustache blanche qu’Estrella regardait d’un air dubitatif, car elle se demandait sans arrêt pourquoi son grand-père faisait ça. « Ca m’aide à penser lui disait-il, quand je roule la moustache entre les doigts, les réponses me viennent toutes seules » et cela lui suffisait comme explication.

Le soir tombait, Estrella contemplait le ciel entrain de s’assombrir et se parsemer d’étoiles. La constellation d’Orion brillait devant elle, dressée fièrement dans l’immensité. Elle se demandait depuis combien de temps elles étaient là, et combien de temps elles brilleraient encore… Rêveuse et passionnée, une petite larme s’échappa et vint rouler sur sa joue, signe d’un respect profondément ancré dans son âme de petite fille envers une telle beauté.
Elle décida d’aller au lit en pensant à tout ce qu’elle pourrait faire demain, à toutes les questions qu’elle allait encore pouvoir poser à Grand-papa.
Seulement voilà, elle ne trouvait pas le sommeil, son petit esprit ne cesser de fonctionner à la vitesse de l’éclair. Tout le monde dormait, sauf elle. « Si j’allait boire un grand verre de lait chaud se dit-elle, sans doute cela m’aiderait à dormir un peu ». Elle se leva sans bruit et alla en direction de la cuisine. Ses pas ne faisaient aucun bruit sur le parquet de bois tellement elle est légère, car une chose qu’elle avait découverte était qu’on ne faisait pas de bruit sur un parquet en marchant le long des murs.
Mais il semblerait que cette nuit là, Estrella avait autre chose à faire que de boire un verre de lait chaud…
En passant devant la bibliothèque de grand-Papa, qui se trouvait dans une pièce voisine, une chose étrange se produit. Un des livres semblait briller doucement dans la pénombre, d’une douce lueur bleue. Elle se tenait devant la pièce, les deux mains sur les hanches et lorgnant le meuble qui contenait les livres. La lueur palpitait doucement au rythme de sa respiration, elle fit le test pendant quelques secondes, s’arrêta de respirer et s’aperçut que la lumière ne brillait pas. A l’expiration, tout s’éclaira une fraction de seconde, comme si le livre lui-même avait retenu son propre souffle.
Amusée mais fortement intriguée, la petite demoiselle en robe de chambre pris l’unique initiative qui lui paraissait la meilleure…aller voir ça de plus près. Comment diable un livre pouvait émettre de la lumière ? Voilà l’énigme du siècle !!! Mais sans doute pas la plus intéressante…qui sait.
Elle avança à petits pas, la respiration palpitante, se retournant chaque seconde pour être sure que personne ne viendrait troubler ce qui, pour elle, était le plus grand mystère de tous les temps.
Le bouquin respirait aussi, sa lumière filait bon train, suivant en rythme le Sherlock Holmes en herbe. Tout doucement Estrella s’approcha, les yeux comme des billes de verre, aussi pures et grandes que son âme d’enfant.
Quelle étrange chose que ce livre, pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Cette question se retournait cent mille fois à la seconde dans son esprit.
Elle arriva tout près, son joli minois (aussi joli que celui de sa Maman) était totalement éclairé d’un bleu tendre et délicat, doux et attirant.
Elle resta un long moment devant l’ouvrage mystérieux, hypnotisée par le pourquoi, la couleur, le mystère… Elle avança la main dans un geste si lent que ça lui parut une éternité pour l’atteindre, puis posa le bout de son doigt sur la tranche, la remontant jusqu’au plus haut afin de toucher le bord. Appuya dessus puis le fit venir à elle en le faisant basculer sur sa base…Plus rien autour d’elle n’existait que LE livre, le monde aurait pu s’écrouler autour d’elle, qu’elle ne serait pas partie sans découvrir ce qui se cachait derrière tout ça.
Elle le prit dans ses mains, en plus de la lueur, il dégageait une douce chaleur diffuse, sa couverture était faite de cuir brun, avec des empiècements plus foncés sur les côtés, sur la face avant était gravé un gros point d’interrogation, il n’en fallut pas plus à Estrella pour tourner la première page.







La lumière emplit la pièce et recouvrit totalement le visage d’Estrella, elle tenait le livre à pleines mains quand celui-ci se mit à vibrer, déclenchant un bourdonnement sourd. Sous la surprise elle referma l’ouvrage dans un claquement sec puis se réveilla en sursaut dans son lit en plein milieu de la nuit. Etait-ce un rêve ? Elle se demandait vraiment si tout cela venait de lui arriver ou simplement si son imagination ne lui avait pas joué un mauvais tour. En tournant la tête vers sa table de chevet, elle vit le livre posé dessus. Se frottant les yeux, elle alluma la lumière, prit le livre dans ses mains et Ô stupeur, un point d’interrogation était gravé sur le cuir.
Mais il ne brillait point, ni ne dégageait de chaleur, un bouquin tout ce qu’il y a de plus banal si ce n’est que…
Une petite voix dans tête venait de lui murmurer ceci « trouve la réponse aux énigmes et le livre se remettra à briller, tant que tu ne les trouveras pas, rien ne brillera »
La petite fille resta figée un instant puis, sans se démonter, chuchota « qui êtes-vous pour m’imposer cela ? Ce livre ne vous appartient pas !! », « Bien sûr qu’il m’appartient répondit la voix, puisque je suis le livre, veux-tu en savoir un peu plus sur moi ? »
« Oui, j’aimerais savoir à qui j’ai à faire ! » dit-elle avec une pointe d’agacement dans la voix.
« Alors ouvre bien grand tes petites oreilles…
Estrella, toute ensommeillée qu’elle était voilà dix minutes à peine, se retrouvait assise en tailleur sur son lit, les yeux écarquillées et les oreilles ouvertes.
« Ce livre est très ancien, il a été conçut voici plusieurs centaines d’années
Par un magicien de l’ancienne France, un druide. Il s’appelait Victor.
En dehors du fait qu’il était un excellent druide, il était surtout un farceur, alors il créa ce livre. Il écrivit une histoire à l’aide d’une encre magique et lui jeta un sort. Toutes personnes qui désiraient lire cette histoire devaient répondre à quatre devinettes. Sache que je suis l’essence même de la devinette, si tu réponds bien à toutes alors l’histoire apparaîtra d’elle-même et le livre brillera jour et nuit jusqu’à la fin des temps. Par contre, si tu ne connais pas les réponses, il s’éteindra à jamais.
Je te donne quatre jours, un par devinette, et durant ces quatre nuits à la même heure, tu viendras me donner ta réponse. Tu auras droit à un indice pour chaque devinette. Veux-tu commencer tout de suite ? »
Elle était servie, elle qui aimait tant les énigmes se dit que c’était le moment ou jamais de faire preuve d’ingéniosité et de clouer le bec à ce livre prétentieux.
« Ok dit-elle, je suis partante pour résoudre toutes les énigmes que tu me poseras, je suis forte en énigme !! » émis t-elle avec un tout petit doute.
« Alors allons-y voici la première devinette :

Je suis de blé et de sel
Je peux compter le temps
Sombrer dans la folie
Ou n’être que poussière.
Que suis-je ?
Voici l’indice : On m’a posé sur un damier et je me suis multiplié.
On ne recherche que sa forme, pas de quoi il est composé.

« Maintenant je te souhaite une bonne nuit et te dis à demain »
La voix cessa, et Estrella reposa le livre sur la table de chevet, le sommeil commençait à la gagner et elle s’endormit presque sans s’en rendre compte.


(Nous sommes en l’an de grâce 1194, Victor est assis à sa table, une plume à la main, son esprit vagabonde, il à souvent la tête ailleurs. Devant lui est posé un livre, dans lequel il compte y mettre une bien jolie histoire, il en a assez de ces formules magiques à répétition, il a envie d’écrire quelque chose de nouveau. Seulement, son esprit joueur le pousse à faire quelque chose qui l’amuse, il va jeter un sort à ce livre, pour que seuls les esprits les plus malins puisse lire ce qu’il va conter. Il dit tout haut « ça sera le petit grain de sable dans le rouage bien huilé de la magie ».)


Le jour commence à se lever, les oiseaux déploient des trésors d’imagination pour faire du réveil d’Estrella le plus beau qu’il soit.
Toute embrumée, elle à en tête un rêve étrange, un vieux monsieur à la barbe blanche, assis à une table et disant quelque chose à voix haute. Elle se rappelle parfaitement cette phrase, mais elle ignore totalement ce qu’elle signifie. Elle se rappelle très bien aussi de la devinette posée par la voix du livre. Elle sait que si elle veut que le livre dévoile son histoire il va falloir qu’elle se creuse les méninges, au point d’en faire fumer ses oreilles se dit-elle en souriant. En souriant, certes, mais l’heure était grave, comment allait-elle trouver la réponse à la première énigme ?
Grand-papa et Grand-maman étaient assis à la table entrain de prendre le petit déjeuner. « Bonjour ma petit chérie, lui dit son grand-père, as-tu fais un bon dodo ? »
« Oui dit-elle, mais j’ai fait un rêve bizarre » qu’elle s’empressa aussitôt de raconter.
« Tu as donc trouvé le livre lui dit son grand-père, je savais qu’un jour où l’autre tu finirais par mettre la main dessus, je te connais si bien, je me doutais que tu serais tentée de trouver les énigmes, je ne l’ai jamais ouvert, je l’ai acheté il y à bien longtemps déjà, le libraire m’a raconté son histoire, je dois bien avouer qu’au début je ne l’ai pas cru mais l’idée était drôle alors je l’ai pris. Puis un soir où j’étais installé dans mon fauteuil favori, mon regard a été attiré par la lumière qu’il dégageait, et là j’ai compris aussitôt que l’histoire du libraire était vrai. Et comme je sais que tu adores les mystères, je me suis dit que celui-là serait sans doute le plus grand que tu puisses découvrir. Oh mais dis-moi quel joli petit grain de beauté tu as là sur la joue, je ne l’avais jamais vu. »

Puis soudain une petite voix devenue presque familière se fit entendre :
« Ah ah…il semble que le puzzle se mette en place »
Estrella eut l’air tellement surprise que son grand-père lui en fit la remarque « quelque chose ne va pas ? Lui demanda t-il »
« Si si lui répondit-elle avec un petit sourire »
« Allez finit ton chocolat avant qu’il ne refroidisse ».
Une fois le petit déjeuner avalé, elle courra dans sa chambre, sortit un petit calepin de sa table de chevet et commença à écrire : grain de beauté
Quelque chose l’interpellait mais…quoi ?
Sans doute, se dit-elle, qu’il aurait été plus facile de poser la devinette à quelqu’un afin qu’elle obtienne une réponse rapide, mais le jeu état trop beau pour qu’elle en fasse quelque chose de simple.

De retour dans le salon, elle commença à fouiller parmi les livres de la bibliothèque ce qui pourrait la mettre sur la voie, passant de longues minutes, mais au final elle ne savait pas exactement ce qu’elle cherchait.
A mesure que la journée avançait, Estrella commençait à désespérer, regardant le sel dans la cuisine, la devinette en parlait, elle le fixait intensément, faisant chauffer son esprit à blanc.
« Le cuir en possède un » rajouta son grand père, qui la regardait hypnotiser la salière.
Estrella ne comprenait vraiment pas pourquoi grand-papa lui disait ça. Que savait-il de tout ça puisqu’il n’avait jamais ouvert le bouquin ?
Le soir tomba, accoudée à la fenêtre, regardant Orion, elle s’aperçut que la belle étoile rouge scintillait plus que d’habitude, complètement dépitée de n’avoir pu trouvé la réponse, elle se glissa entre ses draps, pris le livre dans ses mains et attendit, attendit encore, puis soudain la voix se fit entendre « alors, as-tu trouvé la réponse à la devinette posée la nuit dernière ? »
D’un ton amer, Estrella répondit que non… « Je n’ai pas trouvé ce que tu m’as demandé dit-elle dans un profond soupir de désolation, je pensais pouvoir mais j’ai échoué, me laisses-tu une seconde chance pour la deuxième devinette ? » demanda t-elle au bord des larmes ?
« Cherche au fond de toi, laisse-toi aller si tu as envie de pleurer, ça te fera du bien, et dis-toi bien que ce n’est pas la fin du monde »
Elle se mit à pleurer sans retenue, cela lui tenait tellement à cœur...tellement, une larme coula sur son visage puis vint s’écraser sur la couverture du livre, elle l’essuya en passa un doigt dessus puis…
« Le cuir en possède un dit-elle tout haut !!!! Le grain, le grain du cuir, de sel, de blé !!! J’ai trouvé, j’ai trouvé dit-elle tout fort au risque de réveiller ses grands-parents qui dormaient non loin de là. »
« Je suis fier de toi lui dit la voix, vraiment très fier, tu vois comme quoi il n’est nullement nécessaire de chercher trop loin, tout vient à point »

Elle en était tellement heureuse, dans la chambre à côté, son grand-père s’endormit avec un léger sourire.

« Bien lui dit le livre, regarde moi à présent »
Estrella regarda le livre puis une partie de celui-ci se mit à briller de la jolie et tendre lumière bleue. Le sourire sur son visage indiquait tout le bonheur du monde.
« Voici donc la seconde devinette dit le livre »

Tu pourras me garder ou bien me partager.
Mais si tu me partages, alors je disparais.
La parole est d'argent
Le silence est d'or
Je suis un véritable trésor

Et voici l’indice : La trahison à de vilaines conséquences parfois.

Maintenant je te souhaite une bonne nuit ma petite. »
« Bonne nuit esprit du livre, dit-elle » et elle s’endormi dans un profond sommeil.

(Victor trouvait cela un peu trop facile et décida de corser un peu le tout. « L’histoire de ce livre ne doit jamais sortir de la famille et personne ne doit en parler, surtout pas »
Et il jeta un second sort.)


Dès son lever Estrella sut que sa journée serait belle et riche car plus que jamais les oiseaux n’avaient autant chanté ce matin là. Et l’échange avec Grand-papa le confirmera. Elle était heureuse d’avoir pu découvrir une partie du mystère. Mais encore une fois, elle se rappela un rêve, pas le même que celui de la nuit précédente, mais toujours ce vieux monsieur à la barbe blanche. Elle se doutait maintenant que ceci avait un rapport avec la devinette posée par le livre…mais jusqu’où cela avait-il un sens ? Bien sur elle était maligne comme un petit singe, mais certaines choses la dépassaient.
Elle pensa de suite à une chose, appeler sa meilleure amie pour lui parler de tout ça, elle tourna en rond un long moment de la journée, se demandant si vraiment il fallait le faire et…Grand-papa passa par là.
« Tu as l’air bien pensive lui dit-il, encore une énigme que tu n’arrives pas à résoudre ? Il éclata de rire et de bon cœur, Estrella esquissa un petit sourire en coin l’air de dire « si toi tu trouves cela drôle, pas moi…puis elle dit à voix haute : Je ne sais pas quoi faire, je suis partagée entre l’envie d’en parler à ma meilleure copine mais, quelque chose me retient de le faire, sais-tu pourquoi ? » Il allait de soi que cette question était loin d’être anodine et sans intérêt, mais cela, Grand-papa l’avait fort bien senti, ce à quoi il répondit :
« Tu sais ma petite chérie, tu as toute la vie devant toi, et tu apprendras avec le temps que de trop parler peu nuire au bien-être de la personne désireuse d’en dire trop, car une fois ce que tu sais partagé, et que la personne à qui tu l’as dit va le répéter à tout le monde, que va-t-il se passer ? »
« Bien, disons que je risque d’en entendre parler longtemps, pas toujours en bien je me dis, surtout si ce que je dis est important à mes yeux mais sujet de moqueries par les autres…alors…encore une fois, Papy, je crois que tu as raison. Mais dis-moi une chose, comment peux-tu m’éclairer sachant que tu n’est pas sensé savoir ce que cache ce livre ? »
« Disons que dans toute une vie comme la mienne, ils arrive souvent qu’on ressente des choses que personne d’autre ne peut sentir, et encore plus quand il s’agit d’aider un membre de sa famille, tu es ma petite-fille chérie et je sens le besoin de t’aider, j’ai juste à… » Il n’eut pas le temps de finir qu’elle reprit « tu as juste a rouler ta moustache entre tes doigts dit-elle avec un immense sourire »
« Voilà tu as trouvé, encore un mystère dévoilé par ma petite chérie, allez, va vite brosser tes dents et faire un bon dodo…bonne nuit »
« Bonne nuit mon Papy…mais Papy !!! Je n’ai pas trouvé la réponse à la devinette »
Il lui fit un grand sourire et un clin d’œil puis alla dans sa chambre.
Estrella, un peu effondrée, n’avait résolu que la moitié de l’énigme, lui manquait LA réponse.
Elle marcha jusqu’à sa chambre en traînant les pieds, les larmes recommencèrent à couler d’elle-même, elle se disait que parfois la vie était vraiment injuste avec les enfants, elle commençait à en vouloir un peu aux adultes d’inventer des devinettes aussi dures…
Elle s’accouda une nouvelle fois à la fenêtre et regarda Orion le grand, son étoile rouge ne brillait guère ce soir, un peu comme si elle accompagnait la tristesse de la petite fille. Estrella dit à haute voix « Vous en faites bien des mystères, vous étoiles, combien de fois a-t-on du vous confier des choses, des bêtises comme de magnifiques sentiments, je comprends qu’il faille garder le secret à propos de ce livre mais à toi je peux le livrer car je sais que tu ne répètera jamais et…Elle parti d’un bond sur son lit et prit le livre en riant aux éclats, elle attendit et la voix se fit entendre :
« Bonsoir jolie petite demoiselle, alors as-tu trouvé la réponse ? »
« Oui oui oui, je l’ai trouvé c’est le secret, le secret !!! »
« Bravo, je vois que tu es quelqu’un de très perspicace, comment as-tu fais ? »
« En parlant à mon étoile favorite »
« A ton étoile favorite ? Montre-moi laquelle est-ce. »
Estrella se leva avec le livre dans ses mains, le cala au creux de son coude face au ciel et dit « tu vois la belle étoile rouge là ? Eh bien c’est elle mon étoile favorite »
« Ho ho dit le livre, je vois, elle s’appelle Bételgeuse »
« Tu en sais des choses toi, mais, si on me prend à parler à un livre on va dire que je suis folle dit-elle en riant, puis son visage se figea puis elle demanda, sais-tu pourquoi elle ne brille guère ce soir ? »
« Il se passe quelque chose de très très important pour elle ce soir, quelque chose en elle est entrain de se produire, elle à besoin de toute son énergie pour arriver à ce qu’elle veut, alors elle se met un peu en veilleuse »
« Rien de grave j’espère ? »
« Non rassure-toi je dirai même qu’il se produit quelque chose de magnifique, mais pour finir, ce que je voulais te faire comprendre c’est qu’un secret ne se partage pas, quand on te fait confiance, ça solidifie les liens entre les humains, ce livre est un secret…tant qu’il le restera, tout ira bien, comprends-tu ce que je veux te dire ? »
« Je crois que oui, même à mon étoile je ne lui en ai pas parlé »
Le livre eu un petit rire et dit « A elle tu pourras lui dire tous les secrets que tu veux, non pas parce qu’on sait qu’elle ne dira rien, mais parce qu’elle est un peu comme toi, elle a un secret, et je crois que ce genre de secret n’est important que pour les gens qui ont une âme comme la tienne, belle et pure et que si elle ne connaît pas le tien ni toi le sien, garde bien en tête qu’il n’y a rien de plus important que de garder de tels trésors rien que pour toi, cela t’aidera à avancer car tu auras vécu des choses qui te permettront d’être plus forte, plus heureuse et compréhensive. Ce que je sais aussi, c’est que cette étoile t’aime autant que tu l’aimes. Maintenant il est l’heure d’aller faire un gros dodo…mais avant ça…la troisième devinette :

Je marche en restant immobile.
Je m'arrête sans avoir bougé.
Bien que jamais je ne descende,
Il faut toujours me remonter.

Et voilà l’indice qui va avec : tu vas être en retard !!

« Bonne nuit petite demoiselle »
« Bonne nuit petit bouquin »

(Victor ne put s’empêcher une nouvelle fois de mettre son « grain de sel » dans le livre. Il est réveillé tous les matins par le chant du coq, cela lui rappelle combien les jours passent…vite, comme ils s’enchaînent.
« Celui ou celle qui découvrira l’énigme de mon livre dans le temps imparti, sera inévitablement touché par le sort le plus grand et le plus beau, celui de vivre heureux jusqu’à le fin de sa vie. A l’aube du cinquième tintement. »)


Ce matin là, les oiseaux ne chantaient pas…l’atmosphère était pesant, il semblait planer quelque menace sur la tête de la jeune fille. Ce matin elle avait peur, rien ne concernant la résolution de ces énigmes, elle venait bien de se rappeler le rêve…celui où le vieux druide promet une vie bienheureuse au découvreur des mystères. Aujourd’hui tout lui paraissait insurmontable. En fait elle n’en avait que faire de la devinette, puisqu’elle avait déjà trouvé la réponse, c’est le réveil. D’ailleurs cela lui sembla très facile, trop, mais sans doute en était-ce ainsi. Rien à voir non plus avec ce qu’avait dit Victor, bien que ça l’interpellait tout de même, elle y réfléchirait plus tard. Non aujourd’hui était un jour particulier. En fait ce qui la perturbait le plus, était ce que lui avait dit le livre la veille au soir, cette « liaison » entre l’étoile et elle, il a bien dit « l’étoile t’aime autant que tu l’aimes », en aucun cas elle ne pouvait savoir ce qui allait se produire bientôt, elle savait juste que quelque chose n’allait pas. Pas comme une catastrophe irréversible, mais comme un enjeu.
Puis cette idée la quitta un moment, puis elle repensa au sort jeté par le vieux druide, quel sort merveilleux pensa t-elle, mais est-il seulement possible de vivre comme il a dit ? Quand on voit tout ce qui arrive dans le monde…et puis si j’y arrive, combien de temps me faudra t-il ?
« Tu sais, si on tient compte seulement de ce que tu es et de ce que tu apporteras aux gens qui t’entourent, je crois que tu y arriveras très vite » lui dit son grand-père, qui se tenait juste à côté d’elle.
Estrella lui tendit un sourire des plus merveilleux, celui d’un ange avec de beaux yeux verts puis dit à son tour « je crois que j’y arriverai ».
Ils passèrent la journée à discuter de tout, de rien, de la vie, Estrella était de loin une petite fille plus qu’exceptionnelle. Tout comme sa Maman d’ailleurs.
Après le dîner, Estrella alla dans sa chambre afin de se coucher bien sur, mais elle était aussi pressée de vérifier ce quelque chose qui la perturbait depuis son levé. Et ce qu’elle pressentait était juste, en s’accoudant à la fenêtre ce soir, elle découvrit que Bételgeuse avait disparu, la panique la gagna, la panique mais aussi la tristesse, celle d’avoir perdu la meilleure amie et confidente qu’elle n’ait eu jusque là et qu’elle ne retrouverait nulle part ailleurs. Puis dans le reflet de la vitre, elle crut voir quelque chose passer, quelque chose d’incertain, puis se disant que ses yeux étaient mouillés, elle en conclut qu’elle avait rêvé. Elle s’assit sur son lit, ses yeux dans le vague comme si la pire des catastrophes venait de se produire, pour elle ça n’était pas comme si, c’était bien LA plus grande des catastrophes !
Elle prit le livre dans ses mains et attendit.
Puis la voix se fit entendre :
« Bonsoir petit étoile » lui dit-il
« Ne m’appelle jamais plus comme ça lui jeta t-elle, plus jamais tu m’entends ? »
« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda le livre
« Tu veux vraiment le savoir ? Eh bien MON étoile ne brille plus, et brillera
Plus jamais ! » Dit-elle dans un sanglot étouffé.
« Mais elle brillera de nouveau, je t’assure qu’elle brillera encore, et ceci
Rien que pour toi, j’en suis certain »
« Tu me le promets ? C’est bien vrai ? »
« Oui c’est promis. »
Estrella sécha ses larmes
« Je sais que tu as trouvé l’énigme du réveil, ceci n’était qu’une simple énigme je te l’accorde, je te savais maligne et intelligente mais je m’aperçois finalement que ça va bien au delà de ça. Je ne parle pas de ta capacité à résoudre, car tes preuves ne sont plus à faire, mais je parle de ta compréhension de la vie. Ce qu’à dit Victor dans ton rêve t’a touché plus que ce que tu aurais pu imaginer n’est-ce pas ? »
« Oui avoua t-elle, le sort dont il a parlé voulait dire bien plus je pense mais je ne comprends pas tout »
« Ne t’inquiète pas le moment viendra »
Elle avait l’impression d’entendre son Grand-papa. Ca lui donnait presque froid dans le dos.
« Bien, je vais te poser la dernière énigme, je compte sur toi

Je suis un homme
Je suis une femme,
Je ne suis ni homme, ni femme

Et voici l’indice : Elle ne sert pas qu’a cacher des choses, mais elle apporte aussi le bonheur, une fois. »
Le livre livra une nouvelle part de lumière bleue. Une partie manquait encore…une seule et unique partie.

(Victor se décida enfin à jeter un dernier sort à son livre pour que tout soit complet et dit à voix haute comme si il écrivait : « Personne n’est derrière elle, mais tu la vois comme telle quand tu ne la regarde pas dans les yeux »…et Victor referma son livre.)

Ce matin-là, Estrella avait l’étrange impression que tous les oiseaux du monde s’étaient donnés rendez-vous devant sa fenêtre pour le concert de l’année.
Autant la veille tout était morne et insipide, autant aujourd’hui elle savait qu’il allait se passer quelque chose…quelque chose de grandiose.
Sauf quand Grand-papa lui demanda d’aller chercher le râteau qui se trouvait dans la remise au fond du jardin. Ce qu’elle fit, partit d’un pas léger et guilleret en direction de la petite cabane.
Elle ouvrit la porte, mais le soleil ne donnait pas dans la bonne direction, toute la partie à droite se trouvait masqué dans l’obscurité, le râteau comprit.
Au moment de se tourner, elle posa le pied où il ne fallait pas, juste sur les dents du râteau et le manche se redressa brusquement, à peine eut-elle le temps de le voir arriver qu’elle tenta de l’éviter. Celui-ci toucha sa tête mais sans grand mal, elle pesta contre lui, se frotta vivement l’endroit touché puis se mit à rire, se disant que la prochaine fois elle ferai plus attention.
Elle revint vers son grand-père, tenant le maudit râteau triomphalement.
« Merci » lui dit-il « maintenant va dans la bibliothèque, je crois que j’ai oublié ma casquette sur le fauteuil, ramène-le moi s’il te plaît »
« Oui Papy c’est comme si c’était fait » puis elle parti en courant en direction de la pièce par laquelle le mystère était apparu.

Tout était sombre là-dedans, les volets étaient baissés au maximum, seuls filtraient de petits point de lumière provenant de l’extérieur. Elle se tenait au milieu de la pièce, il n’y faisait pas particulièrement chaud mais elle senti comme une vague de chaleur, un peu comme à la mer avec un courant passager. Puis son œil fut soudain attiré par une forme dans le coin gauche de la pièce, mais quand elle regardait en face elle ne voyait rien, seulement quand son regard fuyait l’endroit précis.
Elle eut si peur qu’elle s’enfuit à toutes jambes retrouver son grand-père.
« Papy, Papy, criait-elle j’ai vu quelque chose dans la bibliothèque, j’ai vu quelque chose !!! »
« Allons ma petite chérie de quoi parles-tu ? »
« J’ai vu quelque chose dans la bibliothèque, je ne sais pas ce que c’était, y’avait une forme tapit dans l’ombre ! »
« Bon, je suis sur que ton imagination te joue des tours, pour cela je vais te donner un précieux conseil, l’ombre peut jouer des tours alors ne la regarde jamais en face »
« J’ai peur de ne pas tout bien comprendre mais je suis d’accord avec ce que tu dis, ce que j’ai vu m’a fiché une de ces trouilles ! »
« Viens avec moi »
Ils se dirigèrent vers la bibliothèque, Estrella se tenait derrière son Grand-père en lui tenant la main si fort qu’il lui demanda si elle avait mangé des épinards ce midi. Ils entrèrent dans la pièce et Grand-papa demanda « où as-tu vu cette « chose » ?
« Là sur la gauche » dit-elle sans avancer plus que ça.
Il se dirigea donc dans cette direction, fit un geste de la main et tira sur une cordelette. Puis la grande lampe s’alluma.
La petite fille eut un énorme soupir de soulagement puis se mit à rire, et Papy aussi…ils repartirent mais en direction de la cuisine cette fois pour y déguster un bon verre de lait et des gâteau que Grand-maman avait préparé.

Le reste de la journée se passa sans encombre, le soir tombait et Estrella eut un pincement au cœur avant de se ruer sur le ciel étoilé. Elle avait trouvé la solution de la dernière énigme, même si elle ne l’avait pas dit tout haut. Elle ne sait pas ce qu’elle a vu dans le reflet de la fenêtre hier soir, mais même les yeux mouillés, ça ressemblait beaucoup à une ombre.
Elle vint enfin s’accouder sur le rebord et leva la tête doucement, comme pour se dire qu’en faisant ça, ça allait faire réapparaître SON étoile. Elle leva encore, encore, tout doucement puis finalement s’aperçut qu’elle n’était toujours pas là. Profondément déçue, sans même lever les yeux sur le livre, elle s’assit sur le rebord du lit, puis, prit quand même le livre entre ses petites mains et attendit, attendit encore, encore mais aucune voix ne se fit entendre. Double déception ce soir.
Son Grand-père entra dans la chambre, sachant que ça n’allait pas fort pour sa petite fille chérie.
« Papy, pourquoi le livre ne veut pas livrer son histoire ? J’ai pourtant trouvé toutes les énigmes » demanda t-elle.
« Sans doute lui manque t-il un petit quelque chose, un petit quelque chose qui pourrait rappeler le grain du cuir qui le recouvre »
« Encore une énigme n’est-ce pas ? »
« Oui ma chérie, encore une, et la dernière, mais tu ne la trouveras pas »
A ces mots, la petite fille devint toute pâle
« Comment ça je ne la trouverai pas ? » dit-elle sur un ton de panique mêlé à de la peine « pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ? »
« Ne t’inquiète pas, lui dit-il, tu ne la trouveras pas mais c’est elle qui te trouvera »
« Ah bon tu m’as fait peur, j’ai bien cru un instant que mes efforts ne seraient pas récompensés »
« Ils le seront, soit sans crainte, par contre, après tous ces efforts, comme tu le dis, je suis étonné d’une chose ! »
Estrella ouvrit ses grands yeux verts (les même que ceux de sa maman) et dit :
« De quoi peux-tu être étonné ? Toi ! »
« Je suis étonné que tu ne te sois jamais posé la question à savoir pourquoi je m’appelle… Victor »
La petite fille lâcha le livre, bouche bée, et bafouilla » tu… tu… non ce n’est pas possible papy, non non non, pas possible du tout du tout du tout. »
« Pourtant si, tu le sais que je m’appelle Victor, allez maintenant il faut que tu dormes, un jour je te dirai si ce que tu penses est juste ou pas, mais ce n’est pas là la chose la plus importante, crois-moi sur parole »
« Mais… ? »
« Bonne nuit mon Ange »
« Et cette histoire de libraire alors ?»
« Je te dirai un jour »
Estrella avait beaucoup de mal à le croire et pourtant, ça ne paraissait pas si bête, elle trouvait qu’il en savait beaucoup trop sur la vie…des devinettes. Elle resta interloquée un long…très long moment puis finit par se convaincre que cela était impossible.
Au moment d’éteindre la lumière, quelque chose attira son regard dans l’encadrement de la porte, une ombre, elle avait bien vu une ombre, cette fois-ci elle ne rêvait pas. Elle se leva dans sa direction et s’approcha d’elle, l’ombre avança d’un pas vers la petite fille et se découvrant à la lumière, elle apparut sous la forme d’une très belle femme, aux longues boucles brunes, et yeux d’un vert si perçant et pur, qu’Estrella n’eut pas la moindre peur, n’émit pas le moindre cri…elle tenta quand même un « qui êtes-vous » assez maladroit mais la jeune femme lui parla d’une voix douce « Bonsoir Estrella, je m’appelle My-Lha, je suis venu t’apporter un message de la part de TON étoile »
« Co…comment ça ? » bafouilla t-elle
« Je suis sa vie en quelque sorte, une partie de son destin, elle m’envoie simplement te dire qu’il ne faut plus que tu pleures et que ton Amour pour elle sera récompensé très très bientôt, car comme je suis Elle, je suis aussi celle que tu aimes, et je suis celle qui t’aime.
Tu n’imagines même pas ce que tu représentes pour moi Niña Estrella, enfin, oui tu le sais, et je veux que tu saches une chose, c’est que tu es sans aucun doute l’âme la plus pure qu’il m’ait été donné d’avoir, mais je dois maintenant te laisser car j’ai une mission à accomplir.
« Ne pars pas s’il te plaît, ne pars pas… »
« Il le faut si tu veux continuer d’admirer Bételgeuse, lui dit-elle « Sais-tu ce que signifie Bételgeuse ? »
La petite répondit non d’un signe de tête.
« Cela est tiré d’une expression orientale « ibt al-ghül » qui veut dire « l’épaule du géant » et c’est ici même que je dois retourner, quelqu’un m’attends là-haut, quelqu’un que j’aime, et qui, grâce à lui te permettra de voir TON étoile briller à nouveau. »
Estrella baissa la tête, pleine de tristesse puis la releva en disant :
« Tu sais dit-elle il me manque encore quelque chose pour faire apparaître l’histoire » elle montra la page vierge à My-Lha.
Celle-ci la regarda, regarda Estrella, la serra très fortement dans ses bras en lui disant ces mots : Tu es un Ange véritable Estrella, pour un peu, je t’aurai appelé MON Ange, je t’aime. »
En se redressant, la petite fille vit que My-Lha pleurait, pas une larme comme en pleurent les humains, mais une larme bleue, pure et lumineuse, celle-ci roula sur sa joue et vint finir sa course sur la première page du livre. Partant du coin, une jolie lumière bleue se propagea partout et découvrit peu à peu le titre et le début du paragraphe dans une magnifique aura :





BALADE EN FORÊT

Un mystère est un secret, un secret, un mystère, la forêt de Brocéliande en recèle plus d’un. Par delà les millénaires écoulés, les originaires ont chanté ces secrets sans ne jamais les dévoiler…


My-Lha se leva et pris Estrella par la main pour l’accompagner jusqu’à la fenêtre puis elle déposa un baiser sur le front d’Estrella et le temps que la petite fille ferme les yeux, elle avait disparu. Estrella s’accouda à la fenêtre et leva les yeux au ciel. A l’endroit précis où se tenait SON étoile, un petit point rouge commença à poindre, puis de plus en plus vif jusqu’à devenir plus brillant encore que d’habitude. On pouvait lire dans ses yeux tout l’Amour qu’elle portait au ciel, tout l’Amour que le ciel lui portait. Surtout Son étoile…

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Anchentria


Une âme damnée pour une plume en rédemption
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
187 poèmes Liste
1522 commentaires
Membre depuis
18 juillet 2007
Dernière connexion
16 novembre 2021
  Publié: 5 sept 2008 à 12:12 Citer vertical_align_bottom

Il m'a fallu un peu de temps pour trouver la suite, ou plutôt le début, de ton histoire !

Et je regrette pas ma lecture.

A quand la troisième partie ?

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 5 sept 2008 à 13:07 Citer vertical_align_bottom

J'ai compris... Tes trois histoires fantastiques sont liées...


Et ben... Je ne suis pas déçue du voyage, c'était même grandiose, merci...


(Et je te dédie mon 10000ème commentaire !)

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Stegobulle


Entre mon ombre et sa lumière
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
142 poèmes Liste
341 commentaires
Membre depuis
11 décembre 2007
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 5 sept 2008 à 16:35
Modifié:  5 sept 2008 à 16:37 par Stegobulle
Citer vertical_align_bottom

Holà holà holà je ne sais plus quoi dire !! Merci mille fois, vraiment !!


La troisième partie sera livrée très bientôt ! J'espère que ça vous plaira tout autant car rien de tout cela n'est parfait, j'aime autant le dire, fautes d'idées, de temps etc...

  Quand on observe des ruines, on se dit qu'il n'y a que l'extérieur qui n'ait pas été rongé...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1272
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0337] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.