Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 12
Invisible : 0
Total : 13
· Jean-Claude
13323 membres inscrits

Montréal: 14 mai 00:23:28
Paris: 14 mai 06:23:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: En es-tu sûr ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 12 août 2005 à 18:06 Citer     Aller en bas de page

En es-tu sûr ?

Je suis celui qui te démange, et qui te ronge,
J’aspire tes sentiments, je suis cette éponge
Qui retient ta réalité et la rend songe…
Inespéré, enfin tu crois… - « Mon Dieu, tu replonges ! »

Je suis l’ombre qui recouvre tes envies d’un froid
Linceul. Je glace ton sang, et pétrifie ton cœur,
Comme pour le conserver, hélas il se meurt.
A trop vouloir le ménager, je le blesse « sans foi ».

En effet, je ne crois en rien, et toi non plus.
Je suis cette corde qui serre tes mains.
Et t’empêches d’agir, « oublie ton but »
Ne risque rien : tes rêves sont peut-être vains.

Je suis aussi celui qui fait de tes choix un défi.
Les réponses ne viennent plus t’aider.
Je les ai remplacées par « Tu ne sauras jamais »
Je suis de loin, le pire de tous tes ennemis…

Je suis le grain de trop, tu veux me jeter,
Dans une grande fosse noire, m’abandonner.
Tu es pourtant celui qui sème, et tu me hais,
Tu ne veux plus du tout à présent me récolter !

Mais, tu n’es pas sûre de toi, jamais,
Je suis trouble, et tu es troublé,
Je suis juste tout ce que tu redoutes,
« En es-tu certain? » Je suis ton doute...

09/03/05

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 13 août 2005 à 04:24 Citer     Aller en bas de page

Oh...

Fait une petite pose à l'ombre d'un grand arbre. Pour te reposer.

Une sieste, ça ne peut que faire du bien. Prends des forces pour la suite.

Et continue ta route, qui sais, tu la croiseras peut-être par hasard...

Tant que tu avances, rien n'est finit. Tout arrive... Pas forcément ce que tu attends, mais tout arrive...

Sinon, contente d'avoir croisé ton chemin, ça me fait plaisir que tu laisses un mot ici

Amicalement,

Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 14 août 2005 à 08:28 Citer     Aller en bas de page

Merci Pascal

Contente que tu ai apprécié.

Oui, le doute... qui tantôt nous pousse à réfléchir, tantôt nous empêche d'avancer...

Ça me fait penser (ça n'a presque rien à voir) avec une phrase qui m'était venue une fois : "Aime moi ou déteste moi, le doute fait que tout me conviens maintenant."

Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1754
Réponses: 2
Réponses uniques: 1
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0177] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.