Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 21
13360 membres inscrits

Montréal: 26 sept 17:42:52
Paris: 26 sept 23:42:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Lettre à ma muse Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ed-Dinnourr Iboha
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
57 commentaires
Membre depuis
4 juillet
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 11 juil à 05:49
Modifié:  18 juil à 08:02 par Ed-Dinnourr Iboha
Citer     Aller en bas de page

Ma chère Muse, qui inspirez mes poèmes,
J’ai quelques fois peur, du parfum des chrysanthèmes.
Quand dans ma tête, sombres pensées se promènent,
Le temps s’efface, et ton absence me malmène.
Avec vous, mon destin est devenu bohème,
À vos côtés tout se résout, plus de problèmes.
Si mes vers, mes pieds, mes rimes sont à la traîne,
C’est que mes mains, essuient mes mirettes fontaines.

Ma chère Muse qui inspirez ma séquence,
Je m’incline, qu’au profit de votre influence.
Je pose une suite de mots, sans connaissance,
Ce n’est qu’après le point, que j’en saisis le sens.
Je construis donc, une suite de conséquences,
Mais, à trop en vouloir, j’en perds la consistance.
Certes, je suis en carence de compétence,
Je ne concours pas, au prix de l’excellence.

Ma très chère Muse, qui m’insufflez la prose,
Ma grammaire, j’en certifie la ménopause.
"Jai cri lé virgul, la ou, je lé, pose,
Et mutil, lé alexendrin, pour la bone cose."
Un minimum d’excuses ma foi s’interpose,
Pour que l’écrit, redevienne une belle chose.
Par souci de la parité, je vous l’expose,
Hé bien en fait, c’est moi, qui souffre d’andropause.

Ma chère Muse, source de mes bons moments,
Comme chrysanthèmes, tu es mon ornement.
De temps à autre, je vis ton enterrement,
Ce n’est pas vrai, j’en ai juste le sentiment.
Je cite, t’implore, te prie indécemment,
Ta discrétion, me mène au déchainement.
Si pour toi, je ne suis pas qu’un simple instrument,
Veille muse, à me coucher sur ton testament.

Ma chère Muse, qui inspire mes poèmes,
J’ai quelques fois peur, du parfum des chrysanthèmes.
Quand dans ma tête, sombres pensées se promènent,
Le temps s’efface, et ton absence me malmène.
Celui-là n’est pas pour toi, la cause c’est moi.
Ma douce et tendre Muse, comme tu le vois.
Cela fait long temps que tous deux, on se côtoie,
Et dans ma tête hélas, parfois, je te tue, toi.




"Jai cri lé virgul, la ou, je lé, pose,
Et mutil, lé alexendrin, pour la bone cose."
Ces deux vers, sont chargés volontairement de fautes de français, il ne s’agit pas d’une erreur.

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
594 poèmes Liste
26075 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 14 juil à 12:10 Citer     Aller en bas de page

Le poème est très agréable mais j'adore la fin, très bon jeu de mots.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Ed-Dinnourr Iboha
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
57 commentaires
Membre depuis
4 juillet
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 18 juil à 15:07 Citer     Aller en bas de page

Merci Odile,
Les muses, hélas n’ont point de fidélité.
Elles viennent et vont aux grés de leurs envies.
Mais chaque fois qu’elles me rendent visite,
Je m’abreuve de leurs éphémères compagnies…
Je vous remercie bien de votre lecture et de votre attention.
Cordialement,
Ed-Dinnourr.

 
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
148 commentaires
Membre depuis
12 juillet
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 25 juil à 14:23 Citer     Aller en bas de page

Ma muse est érotique et puis c'est tout...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
Ed-Dinnourr Iboha
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
57 commentaires
Membre depuis
4 juillet
Dernière connexion
22 septembre
  Publié: 13 août à 14:05 Citer     Aller en bas de page

Les miennes inspiratrice dans tout les domaines..

Cordialement,
Ed-Dinnourr Iboha

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 171
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0237] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.