Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 37
Invisible : 0
Total : 39
· Xuyozi · AllantVers
13734 membres inscrits

Montréal: 23 juil 18:56:58
Paris: 24 juil 00:56:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Les folles dingues sont lâchées Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 18 juil à 04:02 Citer     Aller en bas de page

Les soldes ! moi le chariot de supermarché, je les vois toutes, comme elles s'affolent.
Je suis resté toute la nuit à me les cailler sur le parking, avec mes frères d'infortune, encastrés les uns dans les autres et on s'est dit
" Demain les fauves vont se lâcher"
Voilà, c'est l'heure fatidique, c'est l'arrivée des hystériques. Certaines n'ont pas dormi de la nuit, cauchemars et rêves réunis.
Elles courent, elles volent avec une heure d'avance sur l'ouverture du magasin, elles s'épient, se dévisagent, le carnet de chèques à la main, et les petites cartes bleues se disent "elles vont nous faire valser"
Le rideau de fer se lève, s'entrechoquent les chariots qui pour l'instant sont vides, mais pas pour longtemps.
Un homme,( il y en a quelques uns,) s'est couché sur un téléviseur vendu à moitié prix.
Des cris se font entendre, deux furies se disputent une robe et soudain crac! une manche cède.
"Ma parole, elles vont se battre pense le chariot qui commence à se remplir pour des fringues qui ne sortiront jamais du placard.
C'est la folie dans tous les rayons, le vigile n'en peut plus.
Le chariot pense qu'il n'y a rien pour le frigo.
Le passage aux caisses c'est pas triste et l'autre qui attend désespérément un vendeur, est toujours couché sur le téléviseur.
Retour à la voiture, en courant. "doucement " dit le chariot, j'en ai plein les roulettes .Ah ! mon dieu, il faut mettre de l'essence dans la bagnole, elles n'y avaient pas pensé et la carte bleue s'est épuisée et la première question du mari? Qu'est-ce qu'on va manger? ...énervement...un sandwich.

ODE 31 - 17

  OM
Jean-Claude Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
50 poèmes Liste
286 commentaires
Membre depuis
4 mars
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 18 juil à 07:00 Citer     Aller en bas de page

Je ne comprends pas?...la France est heureusement un pays où il y a beaucoup à manger et les gens étrangement ont toujours faims de n'importe quoi et surtout de superflu...Ils sont conditionnés à une boulimie de besoins artificiels!!! Atteint de Psychose alimentaire et matérielle...On appelle cela "égoïsme" des Nantis...C'est ton avis aussi ODE? Où va le Monde?...Merci pour ce "PARTAGE"... JC

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
271 poèmes Liste
6262 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 18 juil à 07:39 Citer     Aller en bas de page

Eh oui ! Et c’est deux fois par an ce triste spectacle.
Sans moi cependant.
Sobriété heureuse choisie et vécue avec responsabilité.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 18 juil à 09:46 Citer     Aller en bas de page

Merci JB, sans moi non plus, mais parfois on assiste involontairement quand on fait ses courses tranquillement à des spectacles de "tauromachie".
Ah ! où sont les vieux commerces de nos parents. Il en reste encore, ils vivotent.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
1849 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 18 juil à 21:41 Citer     Aller en bas de page

Chère Ode,
Un très beau style qui rend votre récit très animé et lui confère un aspect visuel qui nous donne l'impression d'assister à ces scènes frénétiques où chacun se hâte pour accéder le premier à la marchandise, ce qui accentue aussi son côté comique. J'aime beaucoup aussi cette personnification du chariot qui devient spectateur de toute cette effervescence, ce qui lui inspire des réflexions perspicaces et il est vrai que la conclusion à en tirer est que souvent ces achats sont inutiles et que les clientes en oublient même d'acheter l'indispensable, les aliments nécessaires à apprêter leur repas quotidien.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 19 juil à 02:56 Citer     Aller en bas de page

Merci chère FLORA, je tenais à faire parler le chariot, j'aurais pu intensifier ses dires, mais le spectacle je le voulais plus important.
C'est fou, de voir cela, comme tu le dis, c'est au détriment de choses nécessaires que d'acheter pléthore d'habits.
Mais le phénomène se répète tous les ans et c'est l'effervescence, pour le moins cocasse.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 19 juil à 03:00 Citer     Aller en bas de page

Merci JEAN-CLAUDE, je suis de ton avis bien sûr, quelle tristesse quand même.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
744 poèmes Liste
15868 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 19 juil à 04:35 Citer     Aller en bas de page


Tristesse, beaucoup de triostesse en voyant ces foules " se battre" pour la haine, les divisions...
Merci chère, Ode.

lilia

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
cartouche


… Mais la voix me console et dit : Garde tes songes
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
178 poèmes Liste
1191 commentaires
Membre depuis
19 mars 2005
Dernière connexion
21 juillet
  Publié: 19 juil à 04:54 Citer     Aller en bas de page


LOL !

  Cartouche
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 19 juil à 06:58 Citer     Aller en bas de page

Merci GALA, je ne sais si on peut parler de haine, je ne sais que penser, les divisions peut-être.
Bises ODE 31 - 17

Merci CARTOUCHE, c'était un petit sourire pour moi, de faire parler le chariot, qui lui s'est laissé entrainer.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Ed-Dinnourr Iboha Nouveau membre!
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
9 poèmes Liste
12 commentaires
Membre depuis
4 juillet
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 20 juil à 16:17 Citer     Aller en bas de page

Odile,

J’ai adoré votre reportage sur les quelques moments de la vie d’un caddie de supermarché.

L’idée est belle, le récit exquis.

Concernant l’homme couché sur le téléviseur, je vous remercie de ne pas avoir cité mon Prénom.

Je me suis vraiment régalé de votre écrit.
Merci.

Cordialement,
Ed-Dinnourr.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
573 poèmes Liste
25557 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: Avant-hier à 03:20 Citer     Aller en bas de page

Merci EL- DINNOURR, en espérant que vous n'êtes pas resté toute le nuit sur ce téléviseur, de plus si vous n'aviez pas les programmes (humour)
Je crois que les hommes sont moins hystériques quand viennent les soldes.
Au plaisir de pouvoir sourire encore.
Le chariot vous remercie d'avoir une pensée pour lui
ODE 31 - 17

  OM
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 98
Réponses: 11
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0274] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.