Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 117
Invisible : 1
Total : 118
13208 membres inscrits

Montréal: 30 sept 17:51:22
Paris: 30 sept 23:51:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Suivre une conversation vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
cro
Impossible d'afficher l'image
Un poète est comme un architectect, il met en perspective le fond par la forme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
88 commentaires
Membre depuis
7 août 2015
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 9 mars à 12:37
Modifié:  11 mars à 03:33 par Emme
Citer vertical_align_bottom

Aujourdui, je vais suivre la conversation
Voir où elle me mène
Même si j'ai une grande aversion
Pour les balades qui me filent la migraine.
Chaussant mes plus beaux souliers de vers
Je commence à marcher prudemment
Je la suis, de loin, innocemment,
Prenant, à chaque pas, l'air
Le plus détaché que je puisse offrir.
Au loin, j'aperçois un S souffrir :
Il a du mal à marcher et suivre la troupe
Devant lui, un O, rond d'admiration
Roule sa bosse jusqu'à entrer en collision
Avec un I, qui, relevant sa houppe
avait sorti un sachet de T.
Le A, quant à lui regardait
Béa d'indignation,
Le S qui se trémoussait, aguicheur.
Le R, d'une voix entourée,
Roulait des sonorités
Pleines d'hivernale fraîcheur.
Et Eux, luisant de narcissisme
Ponctuaient leur diatribe d'un ton hâbleur.
Toujours sous le prisme,
Indifférant des vers en V
Cette conversation se mit à courir,
Et, mon français marchant ne put suffire
À cette conversation arrivée
À son terme, que je pris avec délice

 
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
688 poèmes Liste
28004 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 9 mars à 15:58 Citer vertical_align_bottom

Un alphabet bien manipulé.
Tu converses bien, ça conserve les neurones.
Les T, les O ET les A deux personnages qui préfèrent l'été à l'i vers
qui les mène vers la froidure. etc...
Bien amicalement ODE

  OM
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
4105 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
23 juin
  Publié: 10 mars à 02:18 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Cro;

Je viens très rarement dans la rubrique des loufoques.
Et peut-être bien à tort.
Car je me suis régalé à voir toutes ces lettres déambuler avec grâce et agilité dans l'avenue de la créativité poétique!


Au loin, j'aperçois un S souffrir :
Il a du mal à marcher et suivre la troupe
Devant lui, un O, rond d'admiration
Roule sa bosse jusqu'à entrer en collision
Avec un I, qui, relevant sa houppe
avait sorti un sachet de T.
Le A, quant à lui regardait
Béa d'indignation,



Merci pour le partage cette prouesse de personnalisation des lettres alphabétiques.
actuaire
amicalement

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
374 poèmes Liste
6730 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
28 septembre
  Publié: 10 mars à 12:11 Citer vertical_align_bottom

J'aime bien - très original - bravo!

Amitiés
Yvon

  YD
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
363 poèmes Liste
11710 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 17 mars à 16:24 Citer vertical_align_bottom

je n'ai pas tout compris.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 241
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0215] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.