Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 19
Invisible : 0
Total : 20
· La Brune Colombe
13216 membres inscrits

Montréal: 30 nov 05:01:27
Paris: 30 nov 11:01:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Saint Fargeau, Carrefour Market, 18h42 vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Vieille Cabane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
33 commentaires
Membre depuis
28 juillet
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 14 août à 05:14
Modifié:  12 nov à 17:46 par Vieille Cabane
Citer vertical_align_bottom

Saint Fargeau, Carrefour Market, 18h42


Tu transpires dehors, comme un cornet Miko
Et tout empire encore, l’homme te dit bonjour,
Alors tu te diriges, vers un froid mis à jour
Les portes, te transportent au pôle Nord, illico.

Les Pastabox bio te disent bienvenue,
La nature en plastique, anime leur message
Et un gnou de métal obstruant ton passage
Avale les genoux, d’un gamin malvenu.

Tu gambades dans un rayon de sucreries :
De beaux raisins pourris touchent le pain rassis,
Le glyphosate sain s’achète en pharmacie
Un lion diabétique et perver te sourit.

Tu descends aux enfers, dans une queue obèse,
Qui par fainéantise, réclame automatisme
Et dans le premier cercle, consomme le traumatisme
De Bultex et Durex, chevaliers de la baise.

Tu entends : « Once again » dégoulinant du ciel,
I miss you you miss me” près du rayon hygiène :
Des filles de Normandie, se voulant Norvégiennes
Chantent des hauts parleurs l’amour artificiel.

« Chers clients, chères clientes » dit une voix saturée
« 25% de moins sur le poisson pané »,
Tu ne vas pas bien loin, pour trouver, sous ton nez,
Le trésor carré et doré de ta virée.

Tu serres la main gelée, d’un capitaine en boite,
Pour prendre ton butin, tu n’éprouves aucune peine,
Cadeau de ces lutins, que la nuit enchaine,
Il est consommation d’une ignorance adroite.

Alors tu te diriges vers ta destination,
La jungle décalée en pleine transhumance,
Au cœur d’une obstruction, lenteur de la finance,
Demeure le point d’ancrage de toute la nation.

« Tut – Tut – Vous avez la carte fidélité ? »
Dit une femme affable sur un tapis volant,
« Non je suis infidèle » dis-tu en rigolant
Tu pleures dans ton crâne, triste réalité.

Tu déjeuneras seul, dans ton lit La Redoute,
Hibernation d’été, dans ta chaude caverne,
Tu toucheras, en vain, l’andouille de tes cernes
Tripotant ton linceul, assiette de tes doutes.

 
Sūrya


Jusqu'à l'amour
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
225 commentaires
Membre depuis
24 juillet
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 14 août à 05:39 Citer vertical_align_bottom

Oui triste surface ou la mort est vendue joyeusement comme au pays des merveilles...
Gardons la foi l'Univers s'allie pour montrer au monde que la vie est avec nous,
Pour toujours

  Pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, pour tous ceux qui ont dans leurs yeux quelque chose d'horizon perdu, car l'amour est plus fort, pour tous les jeunes de l'univers, ce message universel, peace and love 4 ever
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
769 poèmes Liste
16376 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 14 août à 06:39
Modifié:  14 août à 20:36 par Galatea belga
Citer vertical_align_bottom

Ola, Casanova sans Giacomo...
J' ai suivi ton tour au supermaeché et j' ai ressenti beaucoup de mes sensations. Moi aussi je suis infidèle, je ne sais pas quoi faire de coupons e cadeaux. On a les maisons trop pleines et l' esprit à jeune...

Merci pour cet avant Ferragosto. Chez moi, en Italie , c' est le jour de la folie.

galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
129 poèmes Liste
1283 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
10 novembre
  Publié: 14 août à 07:39 Citer vertical_align_bottom

Pour le moins original et pas si loufoque. Hélas, le monde de la grande distribution et l'industrie agroalimentaire ne prêtent pas tellement à sourire.

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
702 poèmes Liste
28415 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 14 août à 11:27 Citer vertical_align_bottom

Quel regret de ne plus avoir ces petites épiceries de village, et comme en Corse et aussi sur le continent la petite camionnette qui passe de maison en maison. Quelle chaleur humaine disparue, pas tout à fait heureusement.
Parler de chaleur en ce moment avec ces 40 degrés, c'est insoutenable et sortir de ces magasins climatisés on peut dire car four il y a à l'extérieur.
Merci pour ce loufoque où on retrouve une ambiance de robots. Berk.
Bien amicalement ODE

  OM
Vieille Cabane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
33 commentaires
Membre depuis
28 juillet
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 14 août à 12:36 Citer vertical_align_bottom

Ce poème suscite pas mal de réactions dites-moi, pas tellement par sa facture mais par son sujet, bon.
Je pense que c'est un peu le rôle du poète aussi de trouver la petite étincelle d'originalité, d'extravagance de fantaisie dans un environnement hostile au bonheur et à l'émancipation de l'individu.
Ma foi

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
279 poèmes Liste
4979 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 14 août à 18:18 Citer vertical_align_bottom

Finalement il ne faisait pas si chaud que ça ce 14/0/2022 à 18:42

Météo France indiquait 21°C mesuré (25°C ressenti)

 
Vieille Cabane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
33 commentaires
Membre depuis
28 juillet
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 14 août à 18:52 Citer vertical_align_bottom

Citation de QUOIQOUIJE
Finalement il ne faisait pas si chaud que ça ce 14/0/2022 à 18:42

Météo France indiquait 21°C mesuré (25°C ressenti)



Ce texte a été écrit en Juin

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13538 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 15 août à 03:24 Citer vertical_align_bottom

Pour ma part j'y lis une satire de la société de consommation... mais je me trompe peut-être !

En tout cas c'est bien vu

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
cro
Impossible d'afficher l'image
Un poète est comme un architectect, il met en perspective le fond par la forme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
140 poèmes Liste
90 commentaires
Membre depuis
7 août 2015
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 15 août à 05:08 Citer vertical_align_bottom

Excellent

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Quel était ton VISAGE ORIGINEL avant la naissance de tes parents ? — Houei-neng (638-713)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
1256 commentaires
Membre depuis
17 mai 2021
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 15 août à 09:31 Citer vertical_align_bottom



La vraie poésie étincelle* toujours celle qui n'en a que le vers l'air...

* ll s'agit d'un jeu de mots très profond...

X.

  La poésie ? Bof... — Xuyozi
Syrille

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
629 commentaires
Membre depuis
25 août 2021
Dernière connexion
29 novembre
  Publié: 15 août à 16:11 Citer vertical_align_bottom

Chers clients, achetez notre produit, sinon il se vendra pas. Poème malheureusement pertinent et évocateur.

Merci!

 
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
4169 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
12 novembre
  Publié: 27 août à 18:40 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir bonjour, j'avais laissé un com' qui me semblait "dériver" alors je l'ai enlevé avec l'intention de remettre cette empreinte...je suis évidemment ok avec le sujet mais c'est dans la façon de le traiter dans cet écrit que j'ai pu l'apprécier...comme un décalage avec les lieux communs. Voilà...
Et continue....le site est bien vide. S'il se remplissait comme ce supermarket, ce serait l'abondance, même hors de prix...
Riagal...

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 316
Réponses: 12
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0324] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.