Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 12
Invisible : 0
Total : 12
13223 membres inscrits

Montréal: 27 jan 19:44:49
Paris: 28 jan 01:44:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes loufoques :: Tgv Inoui Paris-lyon, 12h42, quelque part en France vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Vieille Cabane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
34 commentaires
Membre depuis
28 juillet 2022
Dernière connexion
25 janvier
  Publié: 27 oct 2022 à 06:15 Citer vertical_align_bottom

TGV Inoui Paris-Lyon, 12h42, quelque part en France


Le bruit d’un paquet froissé m’arrache à ma transe,
C’est le tiers du voyage analogue et pensif
De ces gens inconnus, ce tube digestif
Qui connaissent à tout âge un moment laxatif
Ma voisine regarde cette série rance.

Le monde interne à cette boite de conserve
Courant à toute allure, sur ses pieds invisibles
Est cette fois à l’heure, banalement paisible
Et commun, le moi devient le nous, insensible
Et puissant, un milieu sans réserve s’observe.

Et puis nous sommes projetés à l’extérieur
Le verre disparait, nous sommes dans les champs
Le bocage plissé, râle, devient méchant
L’openfield apparaît soudain en l’arrachant
Et la grande étendue fait peser sa terreur.

Des ouvriers de fer portent des câbles aviens
Dans la file infinie du produit électrique
Consommé par un tiers, dans un moment critique
Pour charger son portable et nous parler d’éthique
Le clocher en deçà fut puissant, s’en souvient.

Et le ciel s’assombrit, le vert se répartit
Des cases de béton dictent le paysage
Le contrôle revient, a grand coup de dressage
Une enseigne prévient, et marque le passage
Le nous décapité redevient en parties.

Fin de partie.

 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
400 poèmes Liste
7976 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
22 janvier
  Publié: 5 nov 2022 à 12:45 Citer vertical_align_bottom

Train à grande vitesse, oui, comme la lecture à son rythme, bien cadencé...

Le métal, conducteur, de rêve, de transe, chaud et froid, selon, est présent, dans ce voyage...

Traversée du subconscient, envie d'air autre, besoin de tranquillité, d'être invisible, peut-être...

Les trains fantômes sont rares sur cette ligne là...

Amicalement...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 131
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0175] secondes.
 © 2000 - 2023 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.