Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 63
Invisible : 0
Total : 64
· rimarien
13206 membres inscrits

Montréal: 6 oct 12:40:18
Paris: 6 oct 18:40:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Les femmes et la nuit vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 5 août 2002 à 23:17
Modifié:  Il y a 0 minute par Lograth
Citer vertical_align_bottom

Ah les femmes et la nuit!
Belles comme l'éternité amassée
Dans leurs tendres regards épanouis
Où se mirent la lune et autres astres voilés
Qui perlent de leur cils pudiquement abaissés
De sous le noir firmament si joliment étoilé

Mais dans leurs âmes assiégées de vains espoirs
Leurs coeurs soupirent dans la douce brise du soir,
Pleurant les roses fanées de leurs regrets et remords
Où s'étiolent les derniers vestiges de l'amour déjà mort

Et dans ces senteurs de fleurs à l’oraison printanière
Où vos larmes s’évacuent, sur vos joues, en perles de rosée
Je hume votre détresse dans vos moroses et moribondes pensées
Quelle tristesse s’exhale donc de vos enfers solitaires

Quand sur ce site, je vous lis, douloureusement mortifié,
Où se révèlent vos morceaux de vie en pans entiers

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 6 août 2002 à 04:42
Modifié:  Il y a 0 minute par Lograth
Citer vertical_align_bottom

Merci Alinus...
Tellement de malheurs et de détresse dans beaucoup d'écrits du site, d'ailleurs...
Ce qui n'enlève rien à la beauté des poèmes...
Une chance qu'il y a une section "loufoque" pour qu'on se déride un peu aussi ;-)

Évidemment, les femmes sont aussi belles de nuit comme de jour...
En fait, dans nos coeurs d'hommes, elles sont belles toujours!

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 6 août 2002 à 05:09 Citer vertical_align_bottom

Merci aussi de ces charmantes remarques, Étoile...
Comme on le dit, les femmes sont toujours belles dans les larmes comme dans les rires et que dire de leurs cris quand l'orga..., l'orgueil les envahit !

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Sav

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
819 commentaires
Membre depuis
6 mai 2002
Dernière connexion
20 avril 2011
  Publié: 11 août 2002 à 15:49 Citer vertical_align_bottom

encore une fois superbe !
bisous
sève

 
Ange


Olivier que je ne revois plus à mon Carle Coppens Le Grand Livre des Entorses...c'est dommage mais b
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
326 poèmes Liste
1947 commentaires
Membre depuis
5 mai 2002
Dernière connexion
14 avril 2016
  Publié: 12 août 2002 à 14:50 Citer vertical_align_bottom

Ha femme de l’aurore
Qui la tête appuyer contre des rêves moelleux
Les avez inondés de vos réalités pénibles
Voyant votre avenir d’un mauvais angle
De peur de quitter votre nid faussement sécure
En relevant la tête pour voir par la fenêtre

Femme d’un matin au verre givré
Seul entre quatre murs sans portes
Convaincu de l’insonorité de vos cloisons
Criant, hurlant que vous êtes à l’abandon
Enfermez sous scellé de votre propre volonté
Attendant d’être sauvé en gardant dans vos poches les clés

Femme dessiner dans la pénombre
Par les rayons perçant sous les rideaux mal fermer
Atteinte graduellement par l’évidence d’une chaleur bienfaisante
Sous le couvert d’une sécurité rassurante
Étendu sur une réalité concrétiser
Ouvrant les yeux non souillé sur les possibilités

Femme matérialisée, ombre du passé
Femme d’une journée naissante
S’éveillant appuyer contre un cœur palpitant
Non plus contre un espoir absent

  décidément...
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
5042 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 26 août 2002 à 00:14 Citer vertical_align_bottom

Les femmes de midi, couvertes de grisaille
Plus rien ne les grise, le soucis les entaille
Des souvenirs blessés leur tordent les entrailles

Le soleil ne luit plus au fond de leur coeur pâle
Trop de regrets le mange, trop d'images s'étalent
De celui qu'elles voulaient, qui s'est fait la malle

  La musique danse, la poésie chante
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 26 août 2002 à 04:29 Citer vertical_align_bottom

Merci chimay, ces vers sont vraiment très jolis...
Et complètent bien l'ideé qu'on a des femmes, peu importe l'heure du jour, comme les vers d'Ange aussi...

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 3 déc 2002 à 12:23 Citer vertical_align_bottom

Merci, Darine...
Je n'avais pas vu qu'on avait ressorti ce poème...
Mais merci pour ce nouveau commentaire encore une fois...
Très gentil de ta part...

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
un souffle....

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
244 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2003
Dernière connexion
28 octobre 2003
  Publié: 8 oct 2003 à 21:28 Citer vertical_align_bottom

Merci de cette pensée si bien exprimée!

la nuit les âmes solitaires s'ennuient
la nuit le coeur des femmes seules se glace

heureusement que le jour se lève...



Chris

 
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 9 oct 2003 à 11:08 Citer vertical_align_bottom

Merci... Je n'avais pas vu qu'on avait été recherché ce poème aussi loin, mais si vous saviez comment les femmes nous inspirent de si belles pensées (et des fois d'autres aussi!), hi, hi, hi...
Quoiqu'il en soit, merci pour ces nouveaux commentaires...

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 10 nov 2003 à 20:48 Citer vertical_align_bottom

hum....l'avait loupé celui-là....

Bravo ami dragon...

Papemich

  http://papemich.free.fr/
Lénaïs


"Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie Comme on oublie." P.Eluard
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
270 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2006
Dernière connexion
13 décembre 2010
  Publié: 11 nov 2003 à 01:10 Citer vertical_align_bottom

Eh oui, de la tristesse ... Heureusement qu'il y a aussi de l'amour, et de l'espoir.

Quel beau poème ! et de si belles images.
Ah vraiment, quelle beauté ...

Nomination sans plus tarder !

Charlotte

 
Lograth
Impossible d'afficher l'image
L'ire du dragon vert, ivre de flammes et de rage...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
163 poèmes Liste
3561 commentaires
Membre depuis
27 juin 2002
Dernière connexion
23 mai 2011
  Publié: 17 mars 2004 à 20:30 Citer vertical_align_bottom

'Avais pas vu qu'on l'avait à nouveau commenté...
Merci donc pour vos commentaires, Arizona, Michel, Poe et Angélique...
Oui, de belles pensées mélancoliques pour ces femmes qu'on appelle "fleurs aux passés nostalgiques"

  "Nous rencontrons l'amour qui met nos coeurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendres." [Tristan L'Hermite, extrait de "Les Amours"]. "Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres." [Elsa Triolet, extrait de "Le Grand Jamais"].
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19474 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
3 octobre
  Publié: 5 oct 2008 à 16:13 Citer vertical_align_bottom

Superbe hommage

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2017
Réponses: 13
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0246] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.