Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Les parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 238
Invisible : 1
Total : 244
· Philippe MANGOT · Rose des Vents · Mathilde · Lykan · messaisons
13295 membres inscrits

Montréal: 21 février 16:52:00
Paris: 21 février 22:52:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Croire en Paix vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 12 juin 2005 à 07:18
Modifié:  12 juin 2005 à 08:06 par petitealex
Citer vertical_align_bottom



Combien étions-nous ?
A naitre cette heure-là
D'une contraction de ventre
D'un spasme du néant
A rejaillir du tunnel
Contraints ou consentants
Pour prendre place,
A la table du temps

Combien étions-nous ?
Fermés à la dilatation
A l'autonomie réfractaires
Ou gobant l'atmosphère
Explosant de sensations
Le nez et le coeur palpitants
Baptisés d'eau et de sang

Je nous imagine au départ
Certains, yeux respirants
Certains, yeux éblouis
Certains, déjà meurtris
Chaloupés par des mains
A la mémoire enfouie

Je nous imagine
Un peu plus de candeur
Un peu plus de confiance
Un peu plus dans l'inclinaison
A savourer l'insouciance
Mais a-t-elle une saison ?

Je nous imagine
En passe d'amnésie
Assis à califourchon
Entre hier, nous étions
Et aujourd'hui, devenons
Explorateurs sous contrat
Prisonniers de trois kilos trois

Combien avons-nous été ?
A courir les dix premières années
Dans l'amour et la tendresse
Sans collection de claques aux fesses
A avoir nos deux parents
Unis, présents et rayonnants

Combien avons-nous été ?
A faire le chemin des écoliers
Etre libre, ce n'est pas très compliqué
Mais que faire de sa liberté ?

Combien sommes-nous aujourd'hui ?
De ses frères et soeurs de début de vie
A être en corps, encore
A être en amour, ce jour
A croire avec raison
A n'avoir peur de la maison

Je crois aux dieux, de chairs fragiles
En la volonté, des hommes de bien
Au coeur desquels coulent dociles
Les forces vives du genre humain

Je crois aux ombres sous le courage
A la demi-planète, toute en sommeil
En l'inertie, aux grands ouvrages
En la mouvance du monde intemporel

Je crois en l'effet papillon
En l'utile de toute création
En l'influence universelle
De nos individuels

Je crois comme je respire
Je suis paix comme j'y aspire

2003-12 juin 2005

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 12 juin 2005 à 12:10 Citer vertical_align_bottom

Merci Jennifer

Je te réciproque le souhait, avec un beau ruban tout autour pour tes jours "un peu moins"

A bientôt

Anne

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 12 juin 2005 à 17:51 Citer vertical_align_bottom

Comme tu dis Pascal, pas facile tous les jours. Peut-être a-t-on besoin de s'eloigner de ces croyances, pour mieux les apprécier. mettre de la distance pour en mesurer l'ampleur ou pour ne pas les étouffer, nous y étouffer.

Merci

Belle nuit !

Anne

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
Marine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
4952 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2002
Dernière connexion
23 mars 2015 à 03:20
  Publié: 14 juin 2005 à 05:23 Citer vertical_align_bottom

Oui, combien sommes-nous à vivre ce que nous sommes vraiment....
euh..je fais ce que je peux

Croire, croître en Paix... commme j'aimerais plus souvent !
Sommes-nous toujours maître de cela?

Anne, j'aime tes poèmes !


Marie

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
7288 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
Il y a -288 minute
  Publié: 14 juin 2005 à 05:47 Citer vertical_align_bottom

Chère Anne,
qu'importe que la vie soit éphèmère
en quelque chose on se doit de croire,
c'est dans le doute de nos chimères
qu'on se construit de belles histoires!
bises


  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 15 juin 2005 à 05:06 Citer vertical_align_bottom

Je ne sais pas Marie. Maîtres, certainement pas, je pense, enfin en toute conscience quoi ... Je pense qu'on se choisit de quoi nous permettre d'accomplir certains pas. Que nous sommes toujours, en certaines parts de nous-mêmes, des nouveaux-nés. Avec un fond de mémoire de notre vie symbiotique, de nos expériences.
Etre nouveau-né est une situation douloureuse. On apprend la mesure de notre dépendance, la pesanteur, le temps s'inscrit en nous par le silence de la nuit et ... nos sens qui réclament autant que nos estomacs. Avant d'apprivoiser cette situation et s'y adapter, il y a quand même souffrance.
Il me semble que nous pensons au fur et à mesure que l'on vieillit être dans le plus difficile alors que le plus difficile fut ce coup de pied au c... primal et que toutes ces fichues étapes qu'on s'impose et croit maîtriser ne sont que tentatives de comprendre ce qui nous est arrivé à ce moment-là.



Pouf vais prendre un café moâ,


affecteux

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 15 juin 2005 à 05:11 Citer vertical_align_bottom

Dans le doute de nos chimères, quelle belle formule !
Tenter de vivre sans croyances c'est déjà s'en créer une, n'est-ce pas ?

Alors, à quoi bon ... allonsss-z-y joyeusement

Merci

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 15 juin 2005 à 05:18 Citer vertical_align_bottom

Bonjour Valter,

C'est en effet un thème qui me trotte en tête et coeur ces temps-ci. C'est l'âge
C'est peut-être parce que j'ai recommencé à regarder le journal télévisé. Cet angle à une dizaine de morts, 5 malheurs par jour qui aurait tendance à me faire oublier le reste.

Nous faisons tant partie des privilégiés, même lorsque des drames nous tombent dessus.

Merci, amicalement

Anne

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
21 juin 2021 à 22:13
  Publié: 21 févr 2006 à 20:12 Citer vertical_align_bottom

Mon commentaire se fera bref : il faut croire qu'il est bon d'y croire encore!

Amicalement!

yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
angetine au sol


J'ai juste rêver un jour que je pouvais rêver pour de vraie.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
195 poèmes Liste
3034 commentaires
Membre depuis
22 mars 2005
Dernière connexion
4 août 2016 à 16:21
  Publié: 2 mars 2006 à 08:34 Citer vertical_align_bottom

moi j'y crois avec toi friendshipalways!!
je suis de ceux que tu as décrit!

cette lecture a été superbe et j'y ai reconnu ma petite vie bien entamé!

angetine au sol

  Le parfum subsiste toujours au creux de la main qui offre la rose
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 jan 2010 à 14:15
  Publié: 2 mars 2006 à 10:40 Citer vertical_align_bottom

Merci à vous

Cela m'a fait plaisir de vous lire et de le relire. C'est comique, il y a quelques poèmes qui, j'ai beau vieillir, demeurent dans mon présent.

Je vous envoie un rayon de soleil miroitant sur la neige de la colline penchée à ma fenêtre.

Anne

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2184
Réponses: 10
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0162] secondes.
 © 2000 - 2024 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.