Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 19
Invisible : 0
Total : 20
Équipe de gestion
· Catwoman
13323 membres inscrits

Montréal: 14 mai 00:58:40
Paris: 14 mai 06:58:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Triste Nature. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 15 juil 2005 à 09:04
Modifié:  14 nov 2010 à 14:08 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Triste Nature.

« Le soleil se lève et réchauffe ma peau… »

Brillant, cet astre enflammé, répand une douce chaleur,
Il m’offre ses plus beaux rayons, et caresse mon âme,
Un voile de plénitude se pose délicatement sur mon visage,
Et je m’enivre inlassablement de ce présent bonheur.


Ah ! Le ciel, fin menteur, aujourd’hui comme hier, sourit.
Et les oiseaux chantent encore sa fausse joie !
Sur un air étrange, semblant cacophonie,
La Nature se cache. Ayant perdu toute foi.

Mais trop lourd est le mensonge…

Ce n’est pas un de ces merveilleux songes,
Où le bonheur domine. Ici le malheur ronge…
Si fort, si vrai, se retenir encore, reviendrait à se suicider
Elle le sait déjà, il faut en finir, elle le sait…

Ils sont ses fils… (Si indignes !)

Mais les aider encore, les laisser s’entretuer…
Serait pure folie,
ils finiraient par la tuer.
Elle a fait une erreur. Une grave erreur avec eux.
Il faut la corriger. Tout de suite. Restez courageux,

Je vous châtierai, avant qu’il ne soit trop tard…


La Nature se rappelle amère, de tous ces malheurs,
Que les hommes lui ont fait sans jamais s’excuser.
Elle s’en rappelle, et ne veut plus cette fois oublier…
Ce n’est plus un jour ordinaire. Pitié, pardonnez ma noirceur…

Le ciel changea brusquement de couleur.

La douce brise se fit vent violent, puis tempête,
L’orage éclata de colère, et sa rage le fit bête,
Et tous fuirent, terrorisés par ces hurlements,
Chassés par cette averse, assaillis de tourments,

Tous fuirent, et pourtant…

Malgré les pleurs incessants d’un ciel perturbé,
Les cris frénétiques, les silences prolongés,
Malgré la fureur coulant des nuages,
En larmes de sang, comme ultime présage…

Malgré tout,

Je me tins debout dévisageant le ciel déchiré,
Et bientôt je me figeai, droite, les poings serrés.
Mon cœur bouillonnant, mon corps palpitant,
Témoins de l’acharnement de la Nature contre ces enfants.

Un souvenir, une pensée…

Nous payons simplement le prix à payer…
De notre passé trop souvent raté, de notre haine
Injustifiée, envers tout ceux qui nous ont aimés…
La Nature nous fait ravaler notre puérile haine…

« Tout est fini pour nous, »

La Nature se venge aujourd’hui,
Et impose sa gloire, amère, et humiliée,
A contre cœur, elle retire ce qui nous lie
Elle nous arrache d’ici, et nous renvoie à l’éternité.

Trop juste ciel… l’averse sévit pour plus vite nous achever…

« Rien ne sert encore d’espérer.
La pluie rattrape tout le monde, pourquoi courir ? »
Je m’agenouille, et je ferme les yeux, consternée…
« J’ai trop vécu, inutilement, maintenant je dois mourir… »


C’est ainsi que notre histoire prit fin,
Et devint souvenir oublié…
C’est ainsi que les hommes délaissés
Disparurent du monde malgré tout attristés…

La Nature déversa son averse destructrice,

Mouillant ainsi les hommes de leur propre sang,
Les lavant de leurs vices, effaçant leurs sentiments.
L’encre de la vie coula sur leurs visages dépités,
Et vint lentement se mêler à la boue… désolée…




- Monologue intérieur.
- L’omniprésence.
- La Nature.
- Post-scriptum.


P.S : C'est un vieux truc que j'ai retrouvé, c'est un peu embrouillé j'trouve mais bon...

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Jo


«Le baiser est le petit point rose que nous mettons sur le «i» du verbe aimer...» Cyrano
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
2966 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2003
Dernière connexion
1er octobre 2014
  Publié: 15 juil 2005 à 09:07 Citer     Aller en bas de page

Je trouve ce poème très beau, très vrai ... J'ai aimé te lire.
Au plaisir.
Amitiés.
Johanny

  ~ Je L'aImE à MoUrIr ~
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 15 juil 2005 à 09:35 Citer     Aller en bas de page

Merci de ton passage Johanny . Ravie que ça t'ai plu.

Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
JPH21
Impossible d'afficher l'image
Nous sommes nés pour mourir, Alors brûlons cette vie sans regrets
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
4761 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2003
Dernière connexion
26 août 2018
  Publié: 25 juil 2005 à 12:44 Citer     Aller en bas de page

Tants de merveilles dénaturées par le despotisme de l'homme!!!
Nous sommes sur la même longueur d'ondes.
Amicalement
Jean-Paul

  Amoureux de la vie, des femmes et du vin (Car je suis fier d'être Bourguignon
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 25 juil 2005 à 12:54 Citer     Aller en bas de page

Hélas oui, l'homme a fait et fera sans doute encore beaucoup de dégats... Maintenant à part le fait de le dire, encore faut-il réagir soi même, et faire réagir...

Merci pour le passage, et contente de voir que nous sommes du même avis à ce sujet.

Amicalement,

Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Julie


Rien n'est plus vrai que ce que je ne dis pas...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
72 poèmes Liste
748 commentaires
Membre depuis
19 juin 2005
Dernière connexion
15 mars 2013
  Publié: 30 juil 2005 à 06:50 Citer     Aller en bas de page

Merci Rachid d'être passé me faire une 'tite visite lol.

Ça fait plaisir de se sentir comprise (malgré le fouillis qui règne la dedans ^^, dans ma tête tout comme dans ce que j'ai écris). Contente aussi que ça t'ai plu

Amicalement,
Julie.

  Savoir qu'on n'a plus rien à espérer n'empêche pas de continuer à attendre.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1789
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0213] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.