Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 64
Invisible : 0
Total : 65
· Jules Vieille Cabane
13206 membres inscrits

Montréal: 6 oct 13:07:02
Paris: 6 oct 19:07:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Pour mon père... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
PierreCell


Coeur Orphelin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
74 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 9 oct 2020 à 02:56
Modifié:  9 oct 2020 à 08:35 par Maschoune
Citer vertical_align_bottom



Pour mon père...

16 juin, 2017
20h00


Cette pensée m'est venue
Il y a tout juste quelques instants:


Je n'ai jamais eu l'impression
Que tu t'intéressais à connaitre qui je suis
Ni ce qui m'intéresse
Vraiment.


Ce que je sais par contre,
Par l’addition de tout ce que tu m’as fait vivre
… tes interactions avec moi,
C'est ce que tu aurais voulu que je sois
Et que je ne suis pas ;

Et c'est « là »
Ta grande erreur « Papy »,
Ce qui crée la distance:

« Tu n'as pas appris à être vrai avec moi… »
Et tu ne t'intéresses pas
… au « vrai »
Moi.

C’est triste.

Ton enfance,
Ta propre éducation,
Ce que tu as manqué
... tout ça,
Je suis certain,
En sont la cause

... tu n'as pas reçu cela,
Donc tu n'as pas su l'offrir ;

J'peux comprendre.

( … )

Mais je ne peux rien faire
... c'est ce que je crois.

C'est à toi de te dépasser... devenir meilleur.

Il y a trop de blessures et de déceptions en moi.

( … )

( … )

( … )

On ne bat pas un enfant qu'on aime
Et quand on réalise qu'on l'aime,
On lui dit,
On s'excuse de l'avoir fait souffrir par nos manques,
On cherche à réparer... faire mieux
... on se dépasse... on essaie,
On fait cet effort.

Ce n'est pas normal pour un enfant
D'avoir peur de rentrer à la maison après l'école,
C'est ce que j'ai vécu.

Ce n'est pas normal qu'à l'âge de 23 ans,
Suite à un argument,
Un désaccord,
Qu'au lieu de discuter et comprendre mon ressenti,
Tu choisisses et te sentes permis
De me frapper
(C'était la dernière fois).

Je suis peut-être sévère
Mon père
... mais c'est comme ça.

( … )

Je n'ai rien manqué côté matériel ;
Tu m'as nourri,
Tu m'as vêtu,
Tu m'as logé.

J'ai eu plein de gadgets,
« Ordis »,
Consoles,
Jeux vidéo,
Piscine,
Balançoire
... et pourtant,
J'ai manqué du plus important
Et qui n'est pas tangible:

« L'amour »
… et la confiance en soi
Pour devenir.

( … )

Peut-être que je n'ai rien compris
Au fond
... mais j'ai mal
... tu m'as fait mal
... tu m'as déçu
Dans ce qui est le plus important.

Ai-je de la rancœur?
... Ouais

... je ne suis pas parfait
Je ne suis pas un saint, « puis je me fous de la religion »
... c'est de la merde
... on allait à l'église tous les dimanches
... de la merde.

Je ne m'attends pas à ce que tu le sois (parfait)
... mais je comprends ;

Je peux pardonner,
« Mais jamais faire comme si »
Rien de tout ça
… je n'ai subi.

Tu as été parfois « cruel » ... et tu le sais.

Tu dois l'admettre,
Ce que j’aimerais que tu en sois capable,
Que tu me fasses ressentir que tu veux faire mieux
... réparer ;
Je ne veux rien savoir de toi sans ça
Et pourtant
« Je t'aime ».

Si tu savais l'amour qui se mêle à cette rancœur,
Mais je ne suis pas encore prêt à jouer le rôle
De celui qui va t’enseigner ;
J’ai l'impression que je le pourrais avec ce que je sais,
Ce que je suis devenu aujourd'hui dans mon humanité
... mais j'ai trop mal.

Je suis même en colère,
Une colère qui s'apaise toutefois...
Puis je dois travailler sur moi
… avant.

J'ai aussi accepté la réalité
Que cela n'arrive jamais,
Que ce ne soit pas ma mission
De t'enseigner.

Je suis un adulte maintenant,
Mais c’est « l’enfant »
Qui t’écrit.

Je dirige ma vie,
Mais j'ai décidé que tu n’avais pas de place dans celle-ci.

Tu me fais sentir nul
Inadéquat,
C'est pareil pour « Mamy »
... deux énormes déceptions pour moi.

Je crois
Que j'en suis une aussi pour vous,
Puisque je sais
Ce que vous auriez voulu que je sois.

Si c'est tout ce que vous avez à m'offrir,
Toi et elle,
Bien que vous ne soyez plus ensemble,
Me comparer
À ce cousin
Ou à cette cousine,
Bons chrétiens,
Mariés avec enfants,
Qui sont devenus ceci
Ou cela
... qui gâtent leurs parents
Etc.
... les mettent sur un piédestal
... eh bien,
« Je n'en en veux pas ».

( … )

De ton fils qui ne « peut pas »
Et qui surtout
« Ne veut pas »

... faire semblant





Mise à jour 23h52, (2017-06-16) :
Je viens tout juste de réaliser, en écoutant le show de Jimmy Fallon sur NBC que la fête des pères c'est après-demain... je trouve étrange d'avoir écrit ce texte maintenant sans m'en apercevoir).




  Je suis du type de personnalité INTJ... Les INTJ forment le deuxième type de personnalité le plus rare, constituant environ 2 % de la population.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
382 poèmes Liste
7691 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 10 oct 2020 à 09:27 Citer vertical_align_bottom

Un poème comme une confession de soi...

Cela me touche sincèrement en tout ce que tu exprimes, tellement cela ressemble à ce que j'ai vécu, dans mon enfance, que je ne peux évidemment pas rester indifférent..

Malheureusement, j'imagine que d'autres ont pu vivre la même chose que toi (et moi)...

Amitiés...

Hubix.

 
PierreCell


Coeur Orphelin
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
145 poèmes Liste
74 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 11 oct 2020 à 19:08
Modifié:  11 oct 2020 à 19:27 par PierreCell
Citer vertical_align_bottom

Citation de Hubix-Jeee
Un poème comme une confession de soi...

Cela me touche sincèrement en tout ce que tu exprimes, tellement cela ressemble à ce que j'ai vécu, dans mon enfance, que je ne peux évidemment pas rester indifférent..

Malheureusement, j'imagine que d'autres ont pu vivre la même chose que toi (et moi)...

Amitiés...

Hubix.




C’est à mon tour d’être aussi sincère et admettre que je ne puis aussi rester indifférent à la lecture de votre commentaire.

Vous osez ce que peu osent dans le sujet.
C’est très humain, malheureusement, d’être inconfortable face à la douleur humaine de ce genre, ne pas savoir quoi dire ou faire lorsqu’on la constate… très humain d’éviter le sujet.
Oui ce que nous avons vécu, d’autres l’ont vécu enfant. Il y a une banalisation dans certaines cultures en ce qui attrait à « battre ses enfants » (remarquez que je n’utilise pas « punir » ou « corriger », trop souvent utilisés pour banaliser le geste).

Je ne suis pas enfant unique, mais les autres avec qui j’ai grandi et que j’aime, ont choisi d’avoir une relation avec mon père qui ne ressasse pas ces souvenirs, diminue leurs conséquences, et dans un cas particulier, l'un deux a refait les mêmes erreurs à certains niveaux pour ce qui est de la violence.
Ils ont apparemment favorisé « l’apparence », dans une quête, un besoin (que je comprends) d’appartenance… d’unité familiale. Pas moi.

« La famille avant tout » … que disent certains.
« Respect et obéissance à ses parents », que disent d’autres.


« Respect », ils auront de moi, à ma façon… je ne les confronte pas.

… je n’ai pas besoin de ça (c'est ce que je ressens en ce moment) et comme je l’ai déjà dit à une psychologue quand j’ai enfin pilé sur mon orgueil il y a quelques années pour enfin aller chercher de l’aide durant une dépression majeure (surmenage professionnel entre autres) :

« Ça tuerait mon père si je lui balançais tout ce que j’ai en dedans ».

Je lui disais que selon moi, mes parents sont des « victimes » de ce qu’ils ont reçus.

Mon père a bossé dur toute sa vie, c’est un travaillant, pour lui il n’y a pas de sots métiers, il faut « gagner sa vie », bien paraitre, être respectable et respecté.

Il m’apparaissait, et je le crois toujours, qu’il ne mérite pas ça… qu’un de ses enfants lui balance tout ce qu’il n’a pas bien fait, lui pointe du doigt les conséquences de ses manques à mon égard, comment ça m’a marqué, blessé, « FUCKÉ ».

Il vit dans une réalité différente de la mienne apparemment, où les priorités sont dans « les apparences » et les opinions extérieures;

« Il faut bien paraitre » … c’est ça qui compte.
Tourner la page négative… elle n’a jamais existé !


Ah que c’est beau… et sanitaire tout ça !
Dans cette réalité on ne s’excuse pas après avoir battu un enfant de 14 ans au point ou celui-ci se retrouve dans un état catatonique pendant près de deux jours.
On ne s'excuse pas après avoir fouetté son enfant de 10 ans avec un cable électrique sur le corps et le visage.
On ne s'excuse pas après avoir forcé son enfant à manger le contenu entier de son assiette qui est tombé sur le plancher poussièreux.

Je ne veux pas m’étaler sur tout ce que je lui reproche et que je trouve inacceptable.

Je sais qu’il m’aime, mais… « il m’aime mal ».
J’ai déjà écrit là-dessus.

J’imagine que ce que j’écris en dérange plusieurs… je comprends; surtout de l'avoir mis dans cette catégorie.

Mais la famille pour moi, c’est aussi quelque chose que l’on peut choisir une fois adulte.
Je rejette la proposition de mes parents… c’est tout.

... j’ai une ouverture conditionnelle au changement.

Ce que je comprends aujourd’hui, c’est que « le bonheur » est une fabrication qui sait faire fi de la réalité pour certains.

J’aime mes parents
… et c’est pour ça que je suis triste… pour moi… pour eux.

J’ai reçu « du bon » d’eux, malgré tout
… mais pas assez vraisemblablement,
Selon ce qui émane de mon psyché.

Je ne suis pas certain si mon texte se qualifie de « confession de soi» comme vous le dites, car je ne sais trop ce que c'est;
Mais une amie m'a déjà dit un jour que je suis selon elle « celui qui scande la vérité »... qui ose.
À ça je dis « Oui »... celle que je perçois, celle que j'ai vécue.

Que l’amour nourrisse tes jours Hubix le poète, le survivant… et frère… « humain ».



  Je suis du type de personnalité INTJ... Les INTJ forment le deuxième type de personnalité le plus rare, constituant environ 2 % de la population.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 474
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0265] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.