Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 308
Invisible : 0
Total : 310
· QUOIQOUIJE · Jean-Claude
13185 membres inscrits

Montréal: 5 déc 15:43:07
Paris: 5 déc 21:43:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: La fille du train Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
FREDER


Essayons d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
14 novembre 2015
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 5 jan à 11:44
Modifié:  17 oct à 04:58 par FREDER
Citer     Aller en bas de page

Le train allait de tout son long.
Elle demeurait immobile.
Des champs de blé mûr aussi blonds
Que ses cheveux passaient à la file.

Il ne voulait rien ajouter,
Rien retrancher à sa personne,
Gardant toute la volupté
De la perfection qui se donne.

Elle avait d'admirables yeux
Avec du bleu dans les prunelles
Qui reflétait l'azur radieux
Que l'on contemple dans le ciel.

Le dernier volant de sa robe
Laissait apparaître son pied,
Et qu'une bottine l'enrobe
Donne une grâce qui lui sied.

Il regardait sans retenue
Les effilés de sa coiffure
Caressant son épaule nue
Comme une authentique gravure.

Comme elle lui souriait alors,
Une fossette se creusait
Dans sa joue, ajoutant encore
Plus de charme à ce qu'elle était.

Ses doigts glissant dans ses cheveux
Découvraient un grain de beauté
Contre la tempe et cet aveu
Augmentait sa félicité.

A son poignet, un bracelet
Accompagnait les mouvements
de sa main tournant les feuillets
D'un roman de Chateaubriant.

De temps en temps, elle collait
son front rêveur contre la vitre.
Le mystère qui l'entourait
Le fascinait à plus d'un titre.

Tout ce qui l'animait tombait
Dans son esprit comme de lourds
Métaux dans un four, avivaient
La flamme et faisaient de l'amour.

Elle arrêtait sur lui ses yeux
Un instant. Alors, il sentait
Son cœur s'embraser, prendre feu,
Ses regards pénétrer d'un trait

Son âme comme ses rayons
De soleil au fond de l'eau vive.
Il ressentait un abandon,
Une dépendance exclusive.

Il tournait dans son désir comme
Un prisonnier dans son cachot.
Pris d'une émotion que l'on nomme
"Passion", il n'osait pas les mots.

Mais le train arriva à quai.
Toutes les histoires s'achèvent.
Il ne la revit plus jamais.
C'en était fini de son rêve.








































 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
304 poèmes Liste
19146 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
5 décembre
  Publié: 5 jan à 15:08 Citer     Aller en bas de page

Un bel hommage à cette fugitive inconnue. Un thème récurrent en poésie mais j'aime toujours autant qu'on évoque les amours impossibles

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 261
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0162] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.