Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 10
Invisible : 0
Total : 12
· Andesine · James
13402 membres inscrits

Montréal: 10 avr 18:54:51
Paris: 11 avr 00:54:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Voyant désir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
733 poèmes Liste
3030 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 6 avr à 02:22 Citer     Aller en bas de page

V O Y A N T D É S I R





Chauds polis des choses dans la chambre dormant
disant bleu leurs émaux sous l'opaline en blanc

Sous le feutre des mots souvent d'un rien saisi
le plus humble plaisir projette à l'oeil séduit
ses beaux gestes éclos sur des anciens vieillis

S'éveille à l'acajou comme un voyage aux flancs
d'un meuble en un rouge miroir dedans s'ouvrant

Les mains ont des désirs sous les doigts inouïs
soudain comme un sésame aux lumières sans bruit
longtemps portant le coeur vers ses autres pays

Un bronze dort couché - deux chevaux écumants -
qu'un imaginaire au vol enfourche aux - comment
dire ? - extrêmes passions du rêve le plus lent

Trois fois rien d'un plaisir juste pour l'alibi
d'aller vivre un ailleurs à ce jour aujourd'hui
froid et venteux au soir officiant à ses pluies

Silence au cercle rond des coffrets fraîchement
rassemblés sous la lampe et céladons troublants
dans leur paix endormis vers leur Chine voguant

Les yeux en promenade et puis des choses-fruits
s'en vont vers tes yeux clos où tu rêves zombie
un sourire aux lèvres dont j'ai soudain l'envie

Innocence du cou prompte aux violents tourments
et c'est un feu d'enfer qui à son tour me prend

C'est ensuite une main tant tendue vers moi qui
creuse t'éveille en l'étreinte dans ma main cri
d'un voyant désir qui nous prend le corps folie

Douceur ensemble aux bras sur les mêmes moments
de la nuit presque nuit nus même corps en blanc



*Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie dont tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles


Extrait de "Nudités" dans "LES CORPS NECESSAIRES"

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
296 poèmes Liste
18843 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 6 avr à 05:21 Citer     Aller en bas de page

Un texte crescendo, la fin est une explosion de sens

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
206 poèmes Liste
703 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 6 avr à 10:00 Citer     Aller en bas de page

Un poème superbe, déluge d'images fluides et fortes comme un stimuli des sens...

Merci pour ce partage.
Pierre-Emmanuel

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
733 poèmes Liste
3030 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 7 avr à 01:55 Citer     Aller en bas de page

Bestiole

et

doux18 : Merci de vos mots qui sonnent fort

Mes Pluriels du jour

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 115
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0170] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.