Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 24
· Xuyozi · In Poésie · André
13738 membres inscrits

Montréal: 28 juil 06:54:02
Paris: 28 juil 12:54:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Les nuits mêlées Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 5 mai à 07:55
Modifié:  5 mai à 15:29 par pluriels
Citer     Aller en bas de page

L E S N U I T S M Ê L É E S






Se rosant voici sur la joue le signe
Du plaisir en rupture sur le pâle nu
Précédent de ta peau vêtue d'un tant
Fort troublant parfum en magnificat.

Se jouant colifichet cher à ta nuque
Voici posé ton doigt au bouclant fin
Duvet où ma lèvre entonne les bijoux
Du chant d'amour au plus doux bombé.

Se love dans la main immense la nuit
De tous tes désirs tus passionnément
Soudain révélant l'autre beauté émue
Alors du plus parfait de ton visage.

Se scelle d'un regard au souffle bas
Du coeur une vivante mélodie mariant
Sur le transport des gestes l'infini
Des tendresses patientes floraisons.

Se polit sous la paume la chaleur où
S'invite mon corps à son corps comme
Un monde voisin des mêmes prodigieux
Émerveillements parant nos fabuleux.

Se marque vénération le choix à l’or
Des prunelles d'un élan au sortilège
De l'étreinte des yeux se crucifiant
À la seule source de leurs abandons.

Se doublent les ombres dans le chant
D'un merveilleux de langages léonins
Aux épousailles des rythmes ordinaux
Sur l'identique parler de nos corps.

Se brisent les surprenantes routines
À l'imaginaire des gestes légers vol
Et spirale à nos peaux frissonnantes
Aux cris du corps à son plain-chant.

Se changent les accords sous le plus
Des lampes rayonnantes opalines sans
Voix dans ce bain lumineux où chante
À l'unisson notre identique stupeur.

Se donnent les ferveurs soudainement
Sans limites au partage des pupilles
Confondues dans la même douceur nous
Liant nus en ce lieu l'un à l'autre.

Se vivent les jamais-dits des amours
Sur la davantage candeur des enfants
Que nous sommes alors redevenus sous
La foudre des sens nous tuant lents.


*Il s'agit, ici, d'un "poème en vers justifiés", forme de poésie dont tous les vers comportent le même nombre de lettres, signes ou intervalles


Extrait de "Chavirements" dans "LES CORPS NECESSAIRES"

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
23704 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
6 juin
  Publié: 5 mai à 12:39 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Pluriels,

Une très belle inspiration ce poème, une réalisation ou je suis toujours en admiration
devant tes écrits.


  Membre de la Société des poètes Français.
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
275 poèmes Liste
7358 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 8 mai à 05:19 Citer     Aller en bas de page

Un style bien particulier et une écriture qui se rapproche de l'orfèvrerie...

bien qu'il ne soit pas si facile d'entrer dans ton poème, une fois le pas franchi, le ressenti surprend, avec ce choix de mots, cette disposition qui crée comme un effet d'étonnement et d'admiration devant l'ensemble...

Amitiés...

Hubix.

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 13 mai à 10:55 Citer     Aller en bas de page

James : merci de ton suivi ...toujours aussi fort

Hubix-jetée : merci d'avoir osé plonger dans les vagues de mes vers et d'avoir fini par aimer
Je sais que je ne suis pas toujours facile à lire ou à comprendre ce que je veux faire ressentir


A tous mes Pluriels d'un de mes rêves où je vis

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 13 mai à 10:55 Citer     Aller en bas de page

James : merci de ton suivi ...toujours aussi fort

Hubix-jetée : merci d'avoir osé plonger dans les vagues de mes vers et d'avoir fini par aimer
Je sais que je ne suis pas toujours facile à lire ou à comprendre ce que je veux faire ressentir


A tous mes Pluriels d'un de mes rêves où je vis

 
Dominique Bouy

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
547 commentaires
Membre depuis
19 novembre 2013
Dernière connexion
22 juin
  Publié: 14 mai à 17:04 Citer     Aller en bas de page

J'aime la vague de tes mers, merci. Amicalement

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
763 poèmes Liste
3092 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 16 mai à 14:22 Citer     Aller en bas de page

Dominique Bouy : du moment que tu n'as pas le mal de mer...
Merci pour ta promenade
Mes Pluriels de mes rivages

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 213
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0223] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.