Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 109
Invisible : 0
Total : 109
13208 membres inscrits

Montréal: 30 sept 19:06:21
Paris: 1er oct 01:06:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Redis-le moi vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 28 juil 2021 à 17:45
Modifié:  29 juil 2021 à 02:36 par AllantVers
Citer vertical_align_bottom

Redis-le moi


Irradiée d'Amour
L'énergie fatale
Libérée de ses cendres.

Une croix sur les épaules
Chacun la sienne.
Ne serait-ce que la mort.

Allez viens, posons nos croix un instant, trinquons ensemble, et la terre roulera sous la table.

De grâce pas l'immortalité
Et puis on peut toujours y croire
Il n'en reste pas moins

Maintenant ou jamais
Un ordre de contraires.
J'en joins les deux bouts.

Allez, viens, pose ta croix toi aussi. Le repos existe, je l'ai rencontré.

Dans le temps
Où nous nous aimions
Où nous nous aimons.

C'est réel
Même si nous rêvons
Redis-le moi.


  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Tirons-les d'abord vers le haut ; la compréhension suivra plus tard... ou pas... — Salt And. Pepper (1832-1972)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
156 poèmes Liste
1214 commentaires
Membre depuis
17 mai 2021
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 29 juil 2021 à 00:26 Citer vertical_align_bottom

Je ne peux vous le redire, je ne vous l’ai jamais dit, et je ne suis pas l'objet de vos réminiscences, mais l’Amour est réel, la vie est réelle, nous sommes réels, cependant nous rêvons cet Amour, cette vie et nous-mêmes.

Tout cela est une illusion, mais une illusion bien réelle, produit de nos cerveaux engrammés par nos expériences, modelés par la nature et la culture, inscrits dans un Univers qui nous façonne et que nous façonnons en le projetant TEL QUE NOUS VOUDRIONS QU’IL SOIT. Ce jeu de va-et-vient entre le Monde et nous, entre le nous et le soi... Rien ne nous appartient de nos corps, de nos âmes, de nos esprits, de la cellule à nos organes, à nos sensations, à nos émotions, à nos sentiments, à nos actions et à nos esprits. Tout est joué conformément au déroulement de l’évolution et du legs de tout le temps passé qui nous a faits ce que nous sommes, mais dont, ici un quasi-miracle, nous pouvons infléchir le cours par une projection plus juste et plus lucide de nos esprits, à la fois produits et producteurs, dans une boucle sans fin d'influences réciproques. Un Monde qui nous fait et que nous faisons, quasi-miracle.

Ce mini-délire passé, votre poème a quelque chose de déconcertant, il part et va dans de multiples directions, avec des images surprenantes, comme l’énergie (fatale, celle de la mort…) réduite en cendres, mais ressuscitée par l’Amour. Et la mort comme croix sur les épaules, comme si la mort, non encore advenue, pouvait nous peser maintenant ou une fois qu'elle sera bien « réelle et vécue ». Votre poème tient d'un onirisme à la fois amoureux et philosophique. Et cette trinquerie qui donne de l'espoir et qui vient comme sauver les meubles et qui invite à nouer les contraires...

Un poème qui se ramifie hors des cadres usuels et des esthétismes convenus, bref, un poème original, qu’il faut lire au moins deux fois pour s’en imprégner, sans lui chercher un modèle de référence.

Je lui décerne deux étoiles et un ange, en haut à gauche du titre.



X.

  La poésie n'est pas une thèse, ni ce que vous pensez, ni ce que vous croyez... — Xuyozi
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
17504 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 29 juil 2021 à 11:45 Citer vertical_align_bottom

Beaucoup de
sensibilité

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
788 commentaires
Membre depuis
12 juillet 2021
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 29 juil 2021 à 17:23 Citer vertical_align_bottom

J'ai adoré ce poème...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 29 juil 2021 à 18:00
Modifié:  29 juil 2021 à 18:06 par AllantVers
Citer vertical_align_bottom

Citation de Xuyozi
Je ne peux vous le redire, je ne vous l’ai jamais dit, et je ne suis pas l'objet de vos réminiscences, mais l’Amour est réel, la vie est réelle, nous sommes réels, cependant nous rêvons cet Amour, cette vie et nous-mêmes.

Tout cela est une illusion, mais une illusion bien réelle, produit de nos cerveaux engrammés par nos expériences, modelés par la nature et la culture, inscrits dans un Univers qui nous façonne et que nous façonnons en le projetant TEL QUE NOUS VOUDRIONS QU’IL SOIT. Ce jeu de va-et-vient entre le Monde et nous, entre le nous et le soi... Rien ne nous appartient de nos corps, de nos âmes, de nos esprits, de la cellule à nos organes, à nos sensations, à nos émotions, à nos sentiments, à nos actions et à nos esprits. Tout est joué conformément au déroulement de l’évolution et du legs de tout le temps passé qui nous a faits ce que nous sommes, mais dont, ici un quasi-miracle, nous pouvons infléchir le cours par une projection plus juste et plus lucide de nos esprits, à la fois produits et producteurs, dans une boucle sans fin d'influences réciproques. Un Monde qui nous fait et que nous faisons, quasi-miracle.

Ce mini-délire passé, votre poème a quelque chose de déconcertant, il part et va dans de multiples directions, avec des images surprenantes, comme l’énergie (fatale, celle de la mort…) réduite en cendres, mais ressuscitée par l’Amour. Et la mort comme croix sur les épaules, comme si la mort, non encore advenue, pouvait nous peser maintenant ou une fois qu'elle sera bien « réelle et vécue ». Votre poème tient d'un onirisme à la fois amoureux et philosophique. Et cette trinquerie qui donne de l'espoir et qui vient comme sauver les meubles et qui invite à nouer les contraires...

Un poème qui se ramifie hors des cadres usuels et des esthétismes convenus, bref, un poème original, qu’il faut lire au moins deux fois pour s’en imprégner, sans lui chercher un modèle de référence.

Je lui décerne deux étoiles et un ange, en haut à gauche du titre.



X.



Je retiens :

un monde qui nous fait et que nous faisons, quasi-miracle...
Je crois que si le Monde nous fait, alors nous faisons le monde, et réciproquement. La réciprocité s'impose, dans tout processus de vie.

Et :

...comme si la mort, non encore advenue, pouvait nous peser maintenant
La mort est advenue, advient, et adviendra.

Merci pour l'intérêt manifesté à l'égard de ces quelques vers.



Citation de mido ben
Beaucoup de
sensibilité



Merci beaucoup, mido, d'être passé


Citation de Morteüs
J'ai adoré ce poème...


J'en suis ravie ! Merci, Morteüs

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
140 poèmes Liste
6124 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
19 août
  Publié: 30 juil 2021 à 02:56 Citer vertical_align_bottom

Tout est bien réel.
La vie, la mort et ces croix que l'on porte...
Restent les mots d'amour.
Merci pour le partage

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19467 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 30 juil 2021 à 10:35 Citer vertical_align_bottom

Même le rêve est une réalité effectivement.
Un texte sur la complétude nécessaire de l'abandon

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Filiquier
Impossible d'afficher l'image
Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
78 poèmes Liste
575 commentaires
Membre depuis
3 octobre 2019
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 31 juil 2021 à 05:33 Citer vertical_align_bottom

Tout est beau dans ce poème, hors des sentiers battus : la force des mots, le choc des images, une forme libre mais bien maîtrisée.
Et puis ce jeu, ce combat entre la mort et la vie. Qui vaincra ?
Mais comme dit l'autre : " On ira tous au paradis ! ". Pardi !
Filiquier

  TF
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 1er août 2021 à 10:29
Modifié:  1er août 2021 à 10:35 par AllantVers
Citer vertical_align_bottom

Citation de Lacase
Tout est bien réel.
La vie, la mort et ces croix que l'on porte...
Restent les mots d'amour.
Merci pour le partage


Si tout est réel, rêvons d'amour !
Merci à toi pour ton passage.


Citation de Bestiole
Même le rêve est une réalité effectivement.
Un texte sur la complétude nécessaire de l'abandon


Quand on rêve seul, le rêve reste un rêve. Quand on rêve ensemble, le rêve devient réalité. John Lennon (je ne garantis pas la traduction)
Bibises


Citation de Filiquier
Tout est beau dans ce poème, hors des sentiers battus : la force des mots, le choc des images, une forme libre mais bien maîtrisée.
Et puis ce jeu, ce combat entre la mort et la vie. Qui vaincra ?
Mais comme dit l'autre : " On ira tous au paradis ! ". Pardi !
Filiquier


Oh merci, Filiquier !
Bien sûr, qu'on ira tous au paradis, j'espère que ce sera sympa.
Bises

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6891 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 1er août 2021 à 11:31 Citer vertical_align_bottom

Il y a ce temps suspendu, entre illusion et réalité, où poser sa croix.
Je trouve un petit fond bouddhiste à ton poème. Beau, je précise.

Bibizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 2 août 2021 à 23:29 Citer vertical_align_bottom

Citation de In Poésie
Il y a ce temps suspendu, entre illusion et réalité, où poser sa croix.
Je trouve un petit fond bouddhiste à ton poème. Beau, je précise.

Bibizzz JB



Un petit fond bouddhiste, pour un poème qui parle de croix, c'est tout moi, ça !
Merci pour ton appréciation.
Bibises

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6891 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 3 août 2021 à 02:42 Citer vertical_align_bottom

Citation de AllantVers

Citation de In Poésie
Il y a ce temps suspendu, entre illusion et réalité, où poser sa croix.
Je trouve un petit fond bouddhiste à ton poème. Beau, je précise.

Bibizzz JB



Un petit fond bouddhiste, pour un poème qui parle de croix, c'est tout moi, ça !
Merci pour ton appréciation.
Bibises



Rien d’étonnant à l’ère du supermarché spirituel.

Bibizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
188 poèmes Liste
4122 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
28 août
  Publié: 8 août 2021 à 18:45 Citer vertical_align_bottom

Un goût d'entre deux-mondes dans cette poésie qui flirte avec le vif 'amor. J'aime beaucoup cette "narration" toute en images ("Allez viens, posons nos croix un instant, trinquons ensemble, et la terre roulera sous la table", par ex.) et qui appelle à des questionnements hors certitudes.

L'immortalité est un fléau pour celui qui reste et qui ne craint pas la mort et ce, depuis qu'il pense, ce philosophe enfant, depuis une naissance qui n'est qu'une suite de renaissances. Naissance sanglante. Un trauma plus fort ce que l'on nomme l'inéluctable mais qui n'est pas une fin, f'in on n'en sait rien et pour cause.
Le réel, qu'est-il vraiment. Une illusion, un rêve dans un rêve de cauchemars et de sommeils plus heureux que le jour. Les cauchemars. Une réalité, ceux-là. Un peu comme des "Cassandre" ; ils en est qui se répètent et s'ouvrent sur le néant et ses béances. Alors, parfois, -souvent-, on le réclame ce voyage, hors toutes croyances religieuses.
Comme une aventure, comme - et j'en profite pour répondre à une question que JB m'avait posée restée sans réponse, à propos de Jean d'O en conseil de lecture (il y en a beaucoup). Mais j'ai toujours sous la main : "Et moi, je vis toujours". L'Histoire revisitée de siècles en siècles par l'écrivain curieux de tout et embrassant toutes civilisations, événements, découvertes, révolutions, etc...comme un Ulysse qui n'en finit pas de voyager. On y retrouve le sel du "vivant"...et une ironie amoureuse et allègre. N'est-ce pas la roue de l'éternité qui jamais ne s'arrête ?

Un trop long com'...et c'est de ta faute ; -). Ton écriture m'y a poussé (et les com's aussi)... sans trahir mes silences.




  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 9 août 2021 à 01:55 Citer vertical_align_bottom

Citation de RiagalenArtem
Un goût d'entre deux-mondes dans cette poésie qui flirte avec le vif 'amor. J'aime beaucoup cette "narration" toute en images ("Allez viens, posons nos croix un instant, trinquons ensemble, et la terre roulera sous la table", par ex.) et qui appelle à des questionnements hors certitudes.

L'immortalité est un fléau pour celui qui reste et qui ne craint pas la mort et ce, depuis qu'il pense, ce philosophe enfant, depuis une naissance qui n'est qu'une suite de renaissances. Naissance sanglante. Un trauma plus fort ce que l'on nomme l'inéluctable mais qui n'est pas une fin, f'in on n'en sait rien et pour cause.
Le réel, qu'est-il vraiment. Une illusion, un rêve dans un rêve de cauchemars et de sommeils plus heureux que le jour. Les cauchemars. Une réalité, ceux-là. Un peu comme des "Cassandre" ; ils en est qui se répètent et s'ouvrent sur le néant et ses béances. Alors, parfois, -souvent-, on le réclame ce voyage, hors toutes croyances religieuses.
Comme une aventure, comme - et j'en profite pour répondre à une question que JB m'avait posée restée sans réponse, à propos de Jean d'O en conseil de lecture (il y en a beaucoup). Mais j'ai toujours sous la main : "Et moi, je vis toujours". L'Histoire revisitée de siècles en siècles par l'écrivain curieux de tout et embrassant toutes civilisations, événements, découvertes, révolutions, etc...comme un Ulysse qui n'en finit pas de voyager. On y retrouve le sel du "vivant"...et une ironie amoureuse et allègre. N'est-ce pas la roue de l'éternité qui jamais ne s'arrête ?

Un trop long com'...et c'est de ta faute ; -). Ton écriture m'y a poussé (et les com's aussi)... sans trahir mes silences.






Bonjour, Riaga.
Je suis bien heureuse que mon modeste poème t'ait inspiré cette foison de pensées et que tu sois venu les partager, merci.
À bientôt

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
In Poésie


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
6891 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 9 août 2021 à 23:53 Citer vertical_align_bottom

Citation de RiagalenArtem
…la roue de l’éternité…



symbole, s’il en est, de tout le tralala bouddhiste. Donc le brother est d’accord avec moi. Puis t’en fais pas va, les bouddhistes portent eux aussi leur croix, eux qui ont réussi à faire passer leur endoctrinement-conditionnement de malade pour de la sagesse.

Bibizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 10 août 2021 à 00:18 Citer vertical_align_bottom

Citation de In Poésie

Citation de RiagalenArtem
…la roue de l’éternité…



symbole, s’il en est, de tout le tralala bouddhiste. Donc le brother est d’accord avec moi. Puis t’en fais pas va, les bouddhistes portent eux aussi leur croix, eux qui ont réussi à faire passer leur endoctrinement-conditionnement de malade pour de la sagesse.

Bibizzz, JB



Coucou JB
Il n'est nullement question ici de la roue de l'éternité, autre réincarnation et, comme tu dis, tout le tralala.
Si référence bouddhiste il y a, ce serait dans la compassion inspirée par une certaine souffrance universelle ( chacun sa croix, posons-la un instant, et allons "trinquer" -double sens- ensemble)...mais ce n'est pas une exclusivité bouddhiste, si ?

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
269 poèmes Liste
927 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 12 août 2021 à 05:55 Citer vertical_align_bottom

Bonjour MariePaule,

Un poème tout simplement superbe, dans son dépouillement, dans sa force, dans ce qu'il suggère.

Merci pour ce partage que je glisse dans mes favoris.

Mes amitiés

Pierre-Emmanuel

 
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 12 août 2021 à 16:53 Citer vertical_align_bottom

Citation de doux18
Bonjour MariePaule,

Un poème tout simplement superbe, dans son dépouillement, dans sa force, dans ce qu'il suggère.

Merci pour ce partage que je glisse dans mes favoris.

Mes amitiés

Pierre-Emmanuel



Oooooh, merci beaucoup Pierre-Emmanuel, j'e suis très touchée, sincèrement
MP

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
103 poèmes Liste
2269 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 30 août 2021 à 07:50 Citer vertical_align_bottom

AllantVers,
Un très beau poème dont j'apprécie le thème car l'amour est vainqueur de la mort symbolisée par cette " croix sur les épaules", victoire à laquelle les vers de la fin du poème rendent hommage.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
AllantVers Cet utilisateur est un membre privilège

Correctrice


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1281 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
30 septembre
  Publié: 30 août 2021 à 09:48 Citer vertical_align_bottom

Citation de Flora Lynn
AllantVers,
Un très beau poème dont j'apprécie le thème car l'amour est vainqueur de la mort symbolisée par cette " croix sur les épaules", victoire à laquelle les vers de la fin du poème rendent hommage.
Amitiés sincères


Merci d'avoir apprécié, Flora Lynn !
Bibises
MP

  Photo de profil : Alvaro Dominguez
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 700
Réponses: 19
Réponses uniques: 11
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0486] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.