Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 17
13217 membres inscrits

Montréal: 3 déc 01:32:52
Paris: 3 déc 07:32:52
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Archéologie de notre identité vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
ramon78

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
60 commentaires
Membre depuis
5 décembre 2020
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 30 juin à 06:47 Citer vertical_align_bottom

Archéologie de notre identité !
______ . ______

Nous portons tous en nous
Les vestiges de nos états biologiques passés.
Strates après strates ils se sont superposés.
Et composent l’être, l’entité, l’individu, amalgame de vices et de vertus !
Petit enfant, enfant, adolescent, adulte, adulte en voie de sagesse !


Nous trépignons de ne posséder pas
Ce que l’on souhaite !
Nous jouons à la marelle
Pour conquérir le ciel.
Nous croyons à l’impossible
Bien que sachant l’idée futile.
Une naïveté folle nous fait espérer ce qui est irréalisable.
Nous simulons la joie, la tristesse,
Pour ne pas trahir nos profondes faiblesses.
Plein d’énergie nous sommes prêts à conquérir le monde.
Ignorant tout des menaces qui grondent.


Lorsque l’on souffre qu’on a mal
On crie, on pleure : Maman !
Le seul recours lorsque le désespoir nous prend.
Et que les dieux et les saints montrent leurs incapacités à nous aider !


La sagesse acquise
Nous modérons nos comportements ;
En limitant nos prétentions !
Connaissant la réalité vraie des ouvrages des projets
Fragiles, éphémères, car écrits à la craie.
Raymond 30 06 2022

 
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
794 commentaires
Membre depuis
12 juillet 2021
Dernière connexion
3 octobre
  Publié: 30 juin à 10:07 Citer vertical_align_bottom

J'ai aimé cette réflexion toute en rimes, l'Homme est cette accumulation qui devra se délivrer de ses héritages ancestraux, pour renaître en science, logique et raison...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
ramon78

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
111 poèmes Liste
60 commentaires
Membre depuis
5 décembre 2020
Dernière connexion
2 décembre
  Publié: 30 juin à 12:36 Citer vertical_align_bottom

Oui bien vu bien dit !
A quand l'âge de la raison de la logique, des faits scientifiques, de la maitrise des pulsions nocives, de la connaissance véritable se passant des fictions, des fables,des rumeurs des mythologies !
nous ne sommes qu'au "moyen âge " de l'évolution humaine !!...
ray

 
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
2599 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
6 novembre
  Publié: 2 juil à 11:53 Citer vertical_align_bottom

"A quand l'âge de la raison de la logique, des faits scientifiques, de la maitrise des pulsions nocives, de la connaissance véritable se passant des fictions, des fables,des rumeurs des mythologies !"
La réponse est simple : cette époque serait celle ou nous serions devenus des robots.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 189
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0189] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.