Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 96
Invisible : 1
Total : 98
· Jevousaime
13206 membres inscrits

Montréal: 5 oct 07:55:21
Paris: 5 oct 13:55:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Corps Bizarre vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Jules Vieille Cabane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
28 juillet
Dernière connexion
5 octobre
  Publié: 6 août à 18:00
Modifié:  19 août à 04:34 par Emme
Citer vertical_align_bottom

Corps Bizarre


Un écrin de verdure, où chantent les oiseaux,
Ici cuit la nature, sous un soleil d’avril,
Ça vole en filature, au-dessus de la ville
Pourvu que cela dure, belles ombres en ciseaux !

On marche sur un sol, pavé de notre ivresse,
Des êtres sans boussole, n’en ayant pas besoin,
On pioche dans le jour, la source de nos soins
Reflet de notre amour, envers notre déesse.

Et moi je vis, dans cette peine, voulant la voir
Alors je fuis, brisant les chaînes de l’être avoir,
Allons, je suis, pensant ma reine, pour me mouvoir,
Dans cette nuit, cela me mène à m’émouvoir.

On est tous éblouis par Anne !
Elle puise dans notre âme, tout notre réconfort.
On est tous éblouis par Anne !
Dans le sein de Paname, c’est notre château fort.

Allez viens mon amour, je sais que tu m’entends,
Entre ces murs de bruit, je sens que tu m’attends,
Pour nous deux, pour toujours, on sera réunis !
Allons quoi réponds-moi ! Mais quoi ? Tu me punis ?!

Tu veux ma liberté ? Voyons, je l’ai donnée !
Je suis à toi, ma rose, je suis ton abonné !
N’écoute pas ces choses, cessons de marmonner !
Je cesse bien, j’arrose, tous tes vœux bétonnés.

Tu trouveras ailleurs toutes ces jérémiades :
Ma folie est plus pure, mais pas spectaculaire ;
Voilà que tu m’épures, beauté tentaculaire.
Moi je te livre un cœur, tu es ma camarade !

Me voilà embrassé par Anne !
Malédiction subtile et peu désagréable,
Me voilà embrassé par Anne !
Que ma diction fébrile qualifie d’indomptable.

Fille pâle de raison, ma vie est tienne, saine,
Que dans cette maison, tu m’offres ton séjour,
Que dans toute saison, toute semaine, jour,
De notre floraison, tu sois la gardienne !

Une porte se ferme, sur un lit monoplace :
On m’apporte le terme, de toutes mes angoisses.
Amour et mort en germe, fanés, tu les remplaces,
Je brûlais comme une herbe, voilà que je me glace.

Tu le sais, tu le sais plus que tout le monde, Anne,
Qu’en misère et dieu sait qu’elle m’inonde, j’ère,
Je suis dans ta prison, et toi tu te pavanes,
Je t’en supplie, tais-toi, tais-toi vieille mégère !

Nous sommes tous dans les bras d’Anne !
Nous n’avons pas le choix, voilà notre problème.
Nous sommes tous dans les bras d’Anne !
Et pour combien de temps ? Tout ça parce qu’elle nous aime !

 
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Tirons-les d'abord vers le haut ; la compréhension suivra plus tard... ou pas... — Salt And. Pepper (1832-1972)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
156 poèmes Liste
1217 commentaires
Membre depuis
17 mai 2021
Dernière connexion
3 octobre
  Publié: 16 août à 08:51 Citer vertical_align_bottom



Joli, j'aime.
Je relirai.

X.

  La poésie n'est pas une thèse, ni ce que vous pensez, ni ce que vous croyez... — Xuyozi
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 183
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0179] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.