Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 133
Invisible : 0
Total : 135
· C.j.Kiin · Lafleurquirime
13200 membres inscrits

Montréal: 21 sept 02:14:26
Paris: 21 sept 08:14:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Loubnan Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 26 juil 2006 à 12:57
Modifié:  17 nov 2010 à 10:39 par Lunastrelle
Citer     Aller en bas de page

Loubnan.


Cent fois mort, cent fois ressuscité.
Face à l’éternité, dans Tes bras de prophète
Tu caches la mémoire d’un souffle immuable,
Car Tu viens d’un âge où la lune était jeune.

Tu sais le langage des étoiles déchues
Qui bandent Ton front, écorché d’aubes rouges.
Sur Ton flanc, Tes monts ne peuvent être ébranlés.
Car Seul le temps présent est moment périssable,

Tout se meurt sauf Toi sur Ta terre assoiffée
De souvenirs salés telles les plages d’Enfeh
Tes pieds et mains percés saignent sur cet été,
Mais Ton âme est plus forte que ces faibles marées.

Ne crains donc pas le mal car il est éphémère.
Chère patrie inconnue, aux accents familiers,
Sous le feu des bombes nos racines s’embrasent;
Recueillons de leur cendre un germe de destin!

Que sous ton écorce nous ne fassions plus qu’un :
Pour ne plus t’échapper,
Pour ne plus t’égarer,
Pour ne plus t’oublier.

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5973 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
17 juin
  Publié: 26 juil 2006 à 18:49
Modifié:  26 juil 2006 à 18:52 par Andjik
Citer     Aller en bas de page

Hello notre chèr Mehdi dit Ulysse Baudelaire, ce poème me touche beaucoup connaissant ton attachement à l'Afrique mais avant tout à ta terre d'origine, à cette "chère patrie inconnue, aux accents familiers". D'autant plus impressionnant que le Liban est la terre qui a plus d'habitants à l'extérieur du pays que sur son sol. Je comprends d'autant mieux la dernière strophe. Un retour au bercail devrait être envisageable comme l'on a vu un retour des Juifs au sortir de la Seconde guerre.

"Que sous ton écorce nous ne fassions plus qu’un :
Pour ne plus t’échapper,
Pour ne plus t’égarer,
Pour ne plus t’oublier."

Il est très regrettable de voir toutes ces attaques. Les Libanais ne sont pas responsables des affres du Hesbollah, d'ailleurs serait-ce juste de croire que tous les allemands ont été nazis à leur époque? Des phrases très fortes, trop nombreuses pour être citées mais je garderai bien au fond de moi celles-là :

"Ne crains donc pas le mal car il est éphémère."

"Sous le feu des bombes nos racines s’embrasent;
Recueillons de leur cendre un germe de destin!"

Toutes mes salutations au Poète que tu es!

Fraternellement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 janvier 2010
  Publié: 26 juil 2006 à 18:53
Modifié:  26 juil 2006 à 18:54 par petitealex
Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé cette lecture/redécouverte d'un style puissant.



Anne

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
(...) Cet utilisateur est un membre privilège

Impossible d'afficher l'image
De deux choses Lune.. l'autre c'est le soleil... (Prévert)
   
Statut: Hors ligne
Statistiques de l'utilisateur
253 poèmes Liste
12928 commentaires
Membre depuis
24 mai 2005
Dernière connexion
4 novembre 2009
  Publié: 26 juil 2006 à 21:42 Citer     Aller en bas de page

Des mots qui résonnent et qui touchent très loin...
Le rêveur de terre revient en puissance...

"Mais Ton âme est plus forte que ces faibles marées"

  Si l'amour s'écrivait avec des grains de sable, j'en écrirais des plages et des plages...
Ulysse


Nos ailes ne sont pas trop grandes, le monde est trop petit!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
145 commentaires
Membre depuis
9 mai 2005
Dernière connexion
25 mars 2020
  Publié: 27 juil 2006 à 12:46 Citer     Aller en bas de page

On peut oublier ses origines pour un temps, mais dès que le sang se met à couler sur les tombes de nos ancêtres, c'est tout un pays qui nous parle qui hurle dans nos coeurs... un pays que l'on ne connaît pas mais qui est pourtant gravé dans chaque parcelle d'âme.
Je suis heureux que ce poème vous ait touchés, soyons optimiste et voyons toutes ces morts comme des renaissances, un sacrifice pour un futur meilleur.
Je ne veux pas faire de politique car cela gâcherai ce poème mais je crois que tout le monde peut reconnaître que nous servons encore une fois de caisse de résonance aux conflits des autres...

Mehdi

  Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage
Vers cassés


Dans tout ce qui vit, sommeille une belle poésie !!!
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
65 poèmes Liste
1984 commentaires
Membre depuis
29 décembre 2012
Dernière connexion
16 avril 2020
  Publié: 4 févr 2013 à 15:31 Citer     Aller en bas de page




Celui là je ne l'oublierai pas

Très belle poésie, en rythme,

Nostalgique et sentimentale, belle plume

Amitiés


Vers Cassés

  Vers Cassés
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 889
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0236] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.