Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 22
· monthery · ode3117 · Personne0 · cro
Équipe de gestion
· Nitrox
13660 membres inscrits

Montréal: 29 jan 02:33:23
Paris: 29 jan 08:33:23
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles :: Événement : Poésie japonaise (formes courtes) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
531 poèmes Liste
10744 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 13 jan à 13:02
Modifié:  13 jan à 13:54 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Bonjour à tous,

À compter du mois de février, nous allons vous proposer de poétiser sur des formes japonaises, dont nous vous dévoilerons les noms un peu plus tard.
Ci-dessous un petit condensé, pour vous mettre dans l'ambiance.



Poésie japonaise



La poésie japonaise est très ancienne, les premiers témoignages datent du début du VIIIème siècle, où les Japonais se mirent à publier de nombreuses compilations de textes et poèmes. Ces poèmes se trouvent inclus dans les textes en prose qui composent le Kojiki et le Nihon shoki.

Le terme waka est généralement utilisé pour définir l'ensemble de la production poétique de la langue.

La poésie japonaise ne se résume pas au haïku, cette forme très courte connue pour saisir l’instant présent en trois lignes.
Le haïku a fait le tour du monde et a même conquis les poètes non Japonais. Cependant, la poésie japonaise est loin de se réduire à cette seule forme. Même s’il est difficile de faire le tour du sujet en une seule fois.

Il en existe deux autres principales en plus du haïku : le tanka et le shi. Ce dernier se réfère à la poésie dite "occidentale".
Le tanka quant à lui, correspond à une forme classique de poésie un peu plus longue que le haïku et suit un schéma syllabique 5-7-5-7-7. Il est donc plus long que le haïku, qui lui suit le schéma 5-7-5 (cette notation signifie que le premier vers comporte 5 syllabes, le second 7, etc.).
Le tanka est lui-même une forme qui descend du plus ancien waka, un terme devenu suffisamment générique pour désigner la poésie classique japonaise dans son ensemble. C’est pourquoi les tanka aujourd’hui sont parfois appelés waka.

D’autres formes existent, telles que le renga, le renku ou encore le chōka, la forme longue du waka ancien. Néanmoins, les formes principales appréciées et véhiculées parmi les communautés de poètes aujourd’hui sont bien le haïku, le tanka et le shi.

Formes principales


- Haikai, qui inclut plusieurs sous-genres :
- Haïku forme poétique autonome dérivée du Hokku, première strophe du tanka et du Renga composée de 17 mores ;
- Haibun, composition littéraire mêlant prose et vers (haïku) ;
- Senryū, forme dérivée du Haïkai ;
- Kanshi, vers chinois adoptés et adaptés au Japon, dont le Qijue (en) Renga, poésie japonaise collaborative, à l'origine du Renku.
- Waka, forme poétique traditionnelle dont font partie :
- Tanka
- Chōka
- Sedōka

Formes et genres divers


• Poème d'adieu, poème écrit par l'auteur par anticipation de sa propre mort
• Dodoitsu, quatre vers de structure syllabique 7/7/7/5.
• Gogyōka.
• Imayō, forme de poésie lyrique, type précoce du genre ryūkōka.
• Iroha, traduction japonaise d'un hymne du Sūtra sous forme poétique.
• Kyōka.
• Kyōshi, forme mineure dérivée de vers humoristiques rédigée en chinois.
• Renshi (en), forme moderne de vers de poésie collaborative.
• Ryūka (en), poésie écrite dans les formes ryukyuan des langues japoniques des îles Ryūkyū.
• Shigin, poésie récitée ou chantée à l'oral en chinois ou en japonais, avec ou sans public.
• Yukar, forme de poésie épique qui prend son origine dans la tradition orale des Aïnous.
• Zappai (en), autre forme dérivé du haïkai.

Matsuo Bashô écrivait-il vraiment des haiku ?


Voici le moment de faire un peu d’Histoire. Sans entrer dans les complexités de l’évolution de la poésie japonaise (elles sont nombreuses), nous pouvons en évoquer les grands jalons. Au tout début, comme dans de nombreuses cultures lettrées, la poésie est apparue non pas sous forme écrite, mais orale. Les poèmes étaient d’abord des chansons ou des récits au rythme particulier. Ensuite, avec la mise en écriture et l’influence de la civilisation chinoise, une nouvelle phase a commencé pour la poésie écrite.
Jusqu’au XVIIe siècle, la forme de poésie la plus répandue était le renku (une forme également connue sous le nom de haikai) qui consiste en un poème long - 17 vers successifs de 14 pieds syllabiques - écrit à plusieurs mains. Matsuo Bashō excellait dans l’art de produire des haikai et se retrouvait souvent avec d’autres poètes pour composer. Alors, comment se fait-il qu’il soit connu surtout comme grand poète de haïku ?

Le haïku en tant que forme officielle n’ayant été reconnu qu’à partir du XVIIIe siècle, Matsuo Bashō écrivait en fait beaucoup de hokku, les 3 premiers vers du haikai, qui correspondent à une métrique de… 5-7-5 ! Peu à peu, ces trois vers se sont donc "désolidarisés" du long haikai traditionnel. C’est donc ainsi que Bashō a porté aux nues l’art du hokku, pour finalement le faire devenir une forme à part entière – et en fin de compte, la forme la plus populaire et la plus caractéristique de la poésie japonaise !

L’écriture collaborative de la poésie japonaise


Au Japon, il n’est pas rare que les poètes (de haïku ou autres) se réunissent pour des sortes de réunions de "composition". Cette pratique remonte à une vieille tradition chez les poètes japonais : la composition collaborative. Cela donne lieu non seulement à un exercice de style mais aussi une émulation créative entre les participants.
Cette pratique procède par ailleurs d’une tradition encore plus ancienne, qui faisait s’affronter les poètes dans une sorte de compétition. Ils devaient alors composer autour d’un thème donné sous le regard de juges. Le même principe s’applique aujourd’hui dans ces réunions de composition, même s’il n’y a plus de juge. Il n’y a pas non plus de gagnant ou de perdant, mais le plaisir de la composition artistique entre amis autour d’un thème choisi demeure.

Au cœur de la poésie japonaise : le kigo


Lorsqu’il s’agit d’écriture de haïku, chaque poète doit venir présenter un poème sur un thème défini à l’avance : le kigo. Voilà encore un terme technique : il s’agit d’une expression, un groupe de mots, un concept, relatif au changement des saisons.
Le Japon étant connu pour ses saisons très marquées et une culture où la nature est centrale, rien d’étonnant à ce que les passages entre saisons inspirent littérature et poésie. Par exemple, le moment où les fleurs de cerisiers perdent leurs pétales, qui s’envolent alors dans le vent créant ainsi des bourrasques roses dans le ciel, porte un nom : le sakura fubuki (tempête de fleurs de cerisiers). Ceci est un kigo qui peut se retrouver au cœur d’un haiku.

Les saisons : sources d'inspiration des poètes japonais
Crédit: JNTO
Où lire les poèmes japonais les plus connus ?
Les anthologies de poésie traditionnelle (waka) sont au nombre de 21. Elles répertorient des poèmes depuis la période Nara (710-794 après J.-C.) jusqu’à l’ère Muromachi (1336-1573). Les anthologies de haiku sont moins nombreuses mais tout aussi riches. D’autres recueils existent pour les diverses formes de poèmes évoqués plus tôt et pour celui qui cherche à explorer la poésie japonaise, se plonger dans ces recueils est indispensable.
Pour se familiariser davantage avec l’art de Matsuo Bashō, il faut incontestablement consulter Oku no Hosomichi, son œuvre majeure écrite lors d’un long voyage vers le nord, qu’il entreprit avec son disciple Kawai Sora l’été 1691. En français, cette œuvre à la fois en prose et en haiku (ce sous-genre littéraire est appelé haibun) est traduite par "La Sente étroite du Bout-du-Monde" ou encore "Le Chemin étroit vers les contrées du nord".


Source : Wikipedia
Info du net




Ashimati & Catwoman
pour l'Equipe de Gestion

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 157
Réponses: 0

Page : [1]

État du vote : 0/13263

 

 
Cette page a été générée en [0,0232] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.