Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 85
Invisible : 0
Total : 88
· saldday · JYL
Équipe de gestion
· Emme
13226 membres inscrits

Montréal: 8 févr 13:03:38
Paris: 8 févr 19:03:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes d'horreur :: Le réveil perdu (ch.3) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
477 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
10 novembre 2021
  Publié: 23 avr 2006 à 18:52
Modifié:  29 juil 2010 à 18:35 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

CHAPITRE TROISIÈME





« Quel est votre nom et prénom ? » demanda le commissaire d’un air sombre et quelque peu méfiant. L’adolescente semblait perdue, son regard accroché à ses pieds, son esprit se perdait lui aussi dans un vaste espace de questions qui s’entrechoquaient de plein fouet. Le commissaire voyant sa question lui faire du mal, changea soudainement son regard, il devint compatissant, il s’abaissa face au beau visage de la jeune fille et il lui prit chaleureusement la main en lui disant : « ne t’inquiète donc pas ! Je te questionnerai plus tard, d’accord ?... pour l’instant je vais t’emmener te reposer au poste. » Elle leva son visage pour lui donner un sourire d’une grande tristesse et acquiesça légèrement.
Le commissaire se leva en direction des promeneurs : « Je vous remercie sincèrement, vous pouvez rentrer chez vous, on va s’occuper d’elle, tenter de savoir ce qui s’est passé.
- pourrai-je passer au bureau pour prendre des nouvelles de cette jeune fille ? Demanda la promeneuse sincère.
- Mais certainement, madame. »
Aussitôt elle s’approcha de la malheureuse pour lui dire au revoir et lui donner un baiser sur le front pour la rassurer. La jeune fille la regarda, ses yeux brillaient et lui disaient merci.
Les promeneurs partirent, le commissaire accompagna la jeune fille jusqu’à la voiture. Elle peinait pour marcher correctement, pourtant, un soulagement venait de naître au fond d’elle, elle-même ne savait pourquoi, un sourire vint se poser sur ses lèvres cachées derrière ses cheveux. Assise dans la voiture, le commissaire ferma la porte, la vitre arrière vint ajouter ses reflets sur le visage de celle-ci qui regardait le lac et ses alentours, par curiosité ?
Ainsi, tout le monde s’en alla, le lac retrouva son calme, on entendit de nouveau le vent léger dans les feuilles et les oiseaux chanter.


« Réveille-toi ! » s’exclame un homme qui ne tarde pas à brandir sa main pour donner avec élan une gifle à la jeune femme extirpée brutalement de son sommeil. Prise de panique, elle se débat avec force, espérant se libérer de ce fou allié, lui aussi, cherche à la saisir à sa merci, une lutte, tous deux assis sur un lit dans une chambre lugubre, très sale, renfermée aux couleurs de sang séché. L’inconnu parvient au bout de quelques secondes à lui porter un coup de poing dans le ventre avec force. Il la prend par le col, la soulève sans trop de peine, elle ne lutte plus et semble au bord de l’évanouissement de par sa douleur. Le violent inconnu, passe une main autour de la taille pour la tenir en équilibre tandis que l’autre s’agrippe fermement aux cheveux de celle-ci qui ne lutte toujours pas, le corps comme une poupée désarticulée. Ils sont tous les deux face au mur près du lit : « Tiens ! Regarde où tu vas finir, tu as vu ? C’est fini pour toi ! Je t’avais pourtant bien dit de ne pas revenir, hein ?
Ce n’est pourtant pas faute d'avoir essayé ! » Dit-il d’une voix forte touchant l’hystérie pour finir ensuite en éclat de rire. La jeune fille ouvre ses yeux et tombe nez à nez avec un crochet à viande fixé sur le mur, elle panique à nouveau, elle veut se débattre mais n’y arrive pas, le coup de poing semble lui avoir été fatal, l’homme semble à l’inverse heureux d’un tel moment, il prend le temps de bien lui montrer le crochet, il tient fermement sa tête face à l’instrument de torture, la jeune femme tente désespérément de lui échapper mais fini de jouer l’inconnu dans sa folie, la retourne brusquement et la soulève en hurlant de toutes ses forces, le crocher fini par tailler la peau et se faire une place mortelle dans les chairs de la jeune femme qui hurle à la mort, la douleur est intense et cruelle, elle se tortille dans tous les sens, le crocher pénètre plus profondément à chaque geste de la victime, ses pieds ne touchent plus terre et deviennent rouges de part le sang qui coule à torrent ; une flaque ne tarde pas à prendre forme sous le regard de l’homme qui la contemple dans sa mort lente. Il se baisse, prend du sang dans ses mains et le verse sur le visage de la jeune femme : « tu es morte ! »
Ses gestes sont de moins en moins vifs laissant place à de violentes convulsions, elle suffoque car son cœur lâche sous la douleur de ses chairs arrachées. Ses yeux révulsés tout devient peu à peu flou et sombre […]


La jeune femme se réveille et se lève à grande vitesse en criant de tout son être, assise à même le sol, sa respiration est haletante, elle est en sueurs… quelque seconde après, elle jette un regard autour d’elle toujours affolée. Elle constate que ce n’est plus le même endroit, mais le retour dans cette pièce malsaine, la femme passe par une porte derrière un autel où sont posées de grandes et belles bougies allumées avec au centre un plat en vieil argent. Sa soit disante « mère » s’approche d’elle en lui chuchotant calmement et avec douceur : « Ce n’est rien trésor, tu as fait un cauchemar.
- Que s’est-il passé ?
- Et bien tu t’es évanouie, ce qui explique ton cauchemar…
- C’était si réel (en se massant le haut de son dos)
- Veux-tu me le raconter ?
- Non ! J’ai peur.
- Tu ne crains rien avec moi » (en lui posant une main sur sa joue)
Dès l'instant où la main frôle sa peau, la jeune femme se sent étrange, comme si ce n’était pas la première fois que cette femme la caressait. Elle la regarde fixement, à son tour l’inconnue croise ses yeux : « As-tu compris mon trésor ? »

 
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
477 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
10 novembre 2021
  Publié: 27 avr 2006 à 14:22 Citer vertical_align_bottom

Merci MARYJO!

Espérant que la suite te plaira aussi.

Bises de BJORANGELK.

 
frozen heart
Impossible d'afficher l'image
il n'y a de pire anémie que celle de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
277 commentaires
Membre depuis
11 mars 2006
Dernière connexion
17 septembre 2016
  Publié: 28 avr 2006 à 22:07 Citer vertical_align_bottom

youhoouuuuuuuu!!!!!!!!!!!!!
j'adore ton histoire....
mélange de silent hill et de souviens-toi l'été dernier pour le crochet.......

ça me plaît trop.....
la suite, la suite, la suite, la suite et viiiiiiiite.
on s'impatiente.

alex, l'ami poète

  seul remède contre les maux du monde: la douceur d'une femme
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
477 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
10 novembre 2021
  Publié: 30 avr 2006 à 14:49 Citer vertical_align_bottom

C'est cool!

Je ne veux pas te décevoir, toi et les autres poètes(es).
A la suite!!!!!!!

Amicalement, BJORANGELK.

 
BJORANGELK
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
477 commentaires
Membre depuis
18 décembre 2005
Dernière connexion
10 novembre 2021
  Publié: 7 juin 2006 à 07:13
Modifié:  7 juin 2006 à 07:13 par BJORANGELK
Citer vertical_align_bottom

Merci NEMESYS pour ces mots!

Je suis ravi que l'horreur de plaise (hihihi!)
la suite est en en train de voir le jour, ça vient doucement mais sûrement.


Bises de BJORANGELK.

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai 2022
  Publié: 31 mars 2008 à 15:24 Citer vertical_align_bottom

Mince, je dois attendre la suite... Et elle n'est pas prête de venir!


Je me retrouve avec plein de questions dans la tête!


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1967
Réponses: 5
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0269] secondes.
 © 2000 - 2023 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.