Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos publications
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 72
Invisible : 0
Total : 75
· Alphonse BLAISE. · JYL · Avraham
13345 membres inscrits

Montréal: 21 avr 15:33:32
Paris: 21 avr 21:33:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes d'horreur :: histoire d'un vendu Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 8 mars 2005 à 05:43
Modifié:  18 août 2008 à 14:03 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Pas plus haut que trois pommes,
ma première vente à la récré: trois pommes volées.
Pas plus haut que six pommes,
j'étais déjà à la tête d'un verger de six pommiers,
d'un empire enfantin de sacs de billes, yoyos, bonbons;
né gosse de pauvres j'voulais faire du négoce de riches.
L'âge et la ruse aidant j'ai vendu des tas d'invendus à l'étal,
de tout de rien, mais sûrement pas pour rien.
J'étais un peu plus haut que mon père
quand, j'ai même vendu la peau d'un ours sans l'avoir tué!
Vint la guerre, avant qu'elle vienne, je savais qu'elle viendrait, je l'avais préparée;
j'vendais de plus en plus,de mieux en mieux cher,
pour mieux m'étaler, j'avais vendu mes étals,
le pays manquait de tout, moi de rien et surtout pas d'air!
Sans faire de détail je vendais de tout aux gros;
la renommée aidant, j'ai vendu ma collaboration à De Gaulle avec l'aval de Pétain;
en partant du principe que si tout s'achète alors tout peut se vendre:
j'vendais de tout,caviar Russe, des grands crus, des communistes, des tsiganes
j'ai même vendu des juifs, rien ne résistait à ma boulimie pas même la résistance,
j'avais mes oeufs dans deux paniers et les poules me faisaient des yeux d'or!
L'embonpoint aidant, j'ai fini la guerre dans l'opulence, puis il fallut reconstruire le pays;
en bon citoyen je me suis promu promoteur de biens, l'avenir était prometteur alors,
je promotais, promettais beaucoup, j'vendais des cages à lapins à prix d'or,
j'ai même fait du blé en vendant des pavillons sur plans qui sont restés en plan,
j'avais bonne conscience sur ma carte c'était quand même écrit: marchand de biens donc,
forcément je ne voyais pas où était le mal de vendre du bien!
Les relations aidant, j'ai pu vendre à l'échelle du monde:
viande avariée à des pays affamés, du sable à des sahariens j'étais le marchand de sable, même des glaçons à un constructeur d'igloos, un lapon un tantinet fripon que j'ai vendu au fisc pour récupérer mon pognon, on m'appelait le marchand de glace!
J'ai vendu des femmes blanches à des noirs qui affamaient d'autres noirs et des femmes noires à des blancs mal famés, j'étais le marchand d'bonheur, j'ai même fait d'une poudre blanche mon héroine du moment, j'étais un gros bonnet et où était le mal? la femme en a bien deux pour camoufler ses seins!
J'ai vendu des chasses-neige dans des coups Afrique-frac, des croix de surcroît gammées au mur des lamentations, des canons avec la chair avec:des volontaires désignés, des armes à des nations désarmées avec les cercueils en prime, des mines par milliers à des tribus, des rebelles pas très rebelles mais j'ai tenu à fournir les prothèses qui allaient avec.
J'ai vendu du vent de l'air à ceux qui en manquaient, ils brassaient de l'air, moi j'brassais l'pognon! j'ai même vendu du sang que des gens donnaient bénévolement, des bênets volés qui ont vendu la mèche comme quoi tout se vend!
J'étais si bon vendeur, qu'on disait: il vendrait de la merde!
ni une ni deux, alléché par l'odeur du gain, j'ai vendu de la merde, beaucoup de merde, de celle
qui ne laisse ni trace ni odeur, les jaloux, envieux disaient: il vendrait père et mère, hélas
les pauvres, un soir de 42,la gestapo les a emmenés, ils étaient juifs, je ne les ai jamais revus.
L'âge n'aidant plus, j'étais gros, moche, et con qu'ils disaient, cependant le fric aidant on m'encensait; aucun, surtout aucune ne résistait à ce charme!
J'étais au tournant de ma vie, et tous m'y attendaient j'en ai eu marre de vendre, une boulimie acheteuse me prit, j'ai acheté, acheté encore acheté, des actions, des tas d'actions sans bourse déliée
et même des actions humanitaires, j'ai acheté des hommes influents, des femmes confluentes
je ne payais pas de mine mais elles me payaient attention en échange d'un peu d'intention!
J'ai acheté une parcelle de terre de dix mille hectares, inconstructible, à mon grand regret j'ai du acheter le maire de Port-Vendres, j'y ai construit un palais des mille et une farces, n'étant pas les pieds dans l'eau mais ayant les pieds bien sur terre, j'ai acheté la mer, le maire l'a faite venir à mes pieds; une belle marina avec héliport où la jet set vient me visiter!
J'ai acheté des hommes politiques de tous bords aux abords respectables au fond véreux,
acheté des chefs d'états et des sous-chefs de tous les états dans tous leurs états.
Mon magot fondait comme neige au soleil, faut voir ce que ces hommes là dépensent avec l'argent de autres, alors j'ai décidé qu'ils devaient acheter mon silence au triple de mes dons!

Et tout ça pourquoi, pour qui, pourquoi?
pour cette mulâtre rencontrée il y a vingt ans;
elle m'aurait demandé la lune, je l'aurais décrochée,
j'ai voulu la couvrir de diamants, de bijoux, lui promettre des palais
des servantes, de la soie de l'or, elle m'a toujours jeté,
rétorqué que l'amour ne s'achetait pas, qu'elle n'était pas à vendre.
Par lassitude de l'argent de la vie, j'ai donné toute ma fortune pour le franc symbolique,
j'ai voulu faire un dernier coup, une dernière vente:
vendre mon âme au diable qui l'a refusée: invendable,
alors avec mon franc symbolique je suis parti
m'acheter une bonne conduite, me racheter:
c'était pas cher payé mais c'est tout ce que je "valet".
Elle est là, toujours aussi belle malgré ses vingt ans de plus,
elle m'a enfin ouvert ses bras:
elle est ma reine, je suis son esclave.

JCE 06/03/2005

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 8 mars 2005 à 06:57 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Hypérion,

D'abord je me réjouis que ta poésie plaise parce qu'elle le mérite, pour ce qui est de ce poème il est made in China d'où je reviens d'un périple de 4 jours, c'est Kafka là-bas mais en plus c'est l'avenir! alors voilà où on en est!
amicalmement
jc

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 8 mars 2005 à 09:11 Citer     Aller en bas de page

Je partage ton point de vue, ici ça fonce ça fonce 9,5% de croissance l'année dernière, les poissons sur le ventre, les arbres à l'agonie, des millions de paysans qui se ruent vers les villes, c'est un désastre, un jour ils diront vous aviez raison mais ça sera peut-être trop tard!
bien à toi
jc

 
Jocsim
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
886 commentaires
Membre depuis
30 mai 2004
Dernière connexion
12 décembre 2015
  Publié: 9 mars 2005 à 19:48 Citer     Aller en bas de page

Ce n’est pas de l’humour, c’est de la satire… De la satire? Non! C’est du cynisme… et j’adore! Parce que tu vises juste et tu dénonces. Je trouve ça audacieux, et ça ne rime-pas-à-rien.

J’ai souris malgré tout à cause de cette manière désinvolte de dire les choses... Je te soupçonne même d’avoir eu du plaisir à écrire ça!

Alors bravo!

Jocsim

  La tendresse est princière; je veux être son roi.
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 9 mars 2005 à 21:15 Citer     Aller en bas de page

Salut Jocsim,

Tu as vu juste, quant au plaisir que je prends a ecrire meme sur des sujets graves, je suis comme un gosse avec un jeu de lego, je mets d'abord tout en vrac sur le papier apres j'essaie de classer tout ca selon les affinites, sur le papier tout ca s'arrange a peu pres par contre dans la tronche ben ca reste en vrac, un jour va quand meme falloir que j'aille y faire un peu l'meninge euh l'menage.
A+ Jocsim

 
Tharrek


A man can be himself only so long as he is alone.”
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
1289 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2004
Dernière connexion
17 février 2017
  Publié: 10 mars 2005 à 09:25
Modifié:  10 mars 2005 à 09:26 par Tharrek
Citer     Aller en bas de page

Un texte très percutant, d'actualité, et tu t'exprime d,une facon hautement inteligente, hautement structuré. Une telle recherche des mots et de leur utilisation pour donner de la force aux images et au sujet. L'humour noir, l'abus de pouvoir, quel tacte et quelle rafinement.

Avant tout une excelent texte, qui présente l'horreur de façon bien différente. Nul besoin de sang ou de de torture poussé a l'extrème pour montrer l'horreur. Ce texte montre habilement que l'horreur peut avoir un visage bien plus proche de nous que nous pouvons le penser.

Une réalité peinte avec poésie, talent et beaucoup de rationalisme. Les métaphore sont puisante, très bien empoyé, avec une structure qui n'a pas d'embuche. ce texte ce lit très bien, et se laisse savourez du début à la fin.

Bravo... un excelent texte!!

Tharrek
Juge de la catégorie "Conte d'horreur"

  Vivre de larmes pour me nourir de ses lèvres!!
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 10 mars 2005 à 10:17 Citer     Aller en bas de page

Ce que je retiens surtout de ton commentaire trop élogieux
c'est que tu as vu très juste, l'horreur ça n'est pas que le sang, les cadavres les vampires etc etc, j'ai mis volontairement ce texte dans conte d'horreur et je constate que le juge de cette section fait bien son boulot et a eu la perspicacité de ne pas le déplacer ailleurs texte d'opinion ou tout ou rien, par provocation j'aurai pu le glisser dans poème d'amour pour l'audimat(après tout c'est soi-disant pour une femme tout ça!), tu parles si ça je m'en fous, je préfère dix lecteurs qui pigent que cent qui visitent au pas de charge sans en comprendre le quart.
amicalmement
jc

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 2 avr 2005 à 20:31 Citer     Aller en bas de page

Bonjour ptite Mésange

Tu me fais beaucoup plaisir de commenter ce poème, il est passé inaperçu peut-être parce que volontairement je l'ai mis dans conte d'horreur, pourtant c'est un de ceux que je préfère de tous ceux qui sont sur LPDP, pas par l'inspiration poétique mais par le thème abordé.
Merci Nad, j'aurai franchement été déçu que tu ne me parles pas de ce poème.
bisous
jc

 
erasmus

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
44 commentaires
Membre depuis
8 avril 2005
Dernière connexion
7 septembre 2013
  Publié: 14 avr 2005 à 16:32 Citer     Aller en bas de page

horreur ironique d'un vampire pas très onirique
dans un monde cynique sortit d'un drôle d'alambic...
j'aime beaucoup ce ton et cette rythmique,
préface apocalyptique pas très symbolique
d'un monde plein de tiques ou seul compte ce que l'on fabrique

bravo

  l'espoir est un risque à courrir
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 29 avr 2005 à 21:39 Citer     Aller en bas de page

Merci Erasmus de ton com en tics pour cet écrit antique pas vraiment pot éthique mais pot merdique
amicalement
jc

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 21 sept 2006 à 22:40 Citer     Aller en bas de page

Non Alhéna celui ci n'a pas été écrit en deux fois, mais ta question est justifiée car comme pour le combattant le beurre il y a ce décalage entre deux parties, et pour quasiment tous les écrits sur des choses ou des êtres abjectes on retrouve ce décalage à croire que ce " contrepied de la fin des histoires est toujours là comme une pudeur, un désir de ne pas aller jusqu'au bout de l'horreur du vice, un peu comme La Fontaine tirait toujours une morale de ses fables, je vais te dire c'est toi qui me fait penser à cela par tes questions plus qu'une démarche vraiment consciente.
Merci de ton passage Alhéna, tes coms souvent pertinents parfois ironiques, parfois sarcastiques m'enchantent vraiment.
amitié
jc

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
297 poèmes Liste
18853 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 18 août 2008 à 14:04
Modifié:  18 août 2008 à 14:04 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

(commentaire écrit le 26 juillet 2008 à Bastia)

Que dire apres cette lecture?
Je suis en corse quand je lis ce texte (en fait j'ai copié plusieurs textes placés en horreur pour pouvoir les corriger à tete reposée, tu vois le hasard des circonstances fait que je tombe sur des textes très bons en plus !) , posément, il est 23h35 du mat et mon amour est bien loin de moi, mais je le sens qui palpite tout près. Par bien des cotés, je crois que l'attachement est effectivement une sorte d'esclavagisme consenti ....
Merci JC, pour l'émotion et pour d'autres choses que cette lecture a remué en moi.

Bisous
Vinie

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 23 août 2008 à 08:01 Citer     Aller en bas de page

Ralala! déjà pour pouvoir lire ma prose d'horreur il me faut certifier avoir 18ans
Bon j'espère que ton amour n'est plus très loin de toi et qu'il pourra mieux te ''remuer'' que moi avec mes pitoyables jeux de mots!
tu m'intrigues, tu as modifié quoi au juste ?
des fotes sûrement
bisous Vinie
jc

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
297 poèmes Liste
18853 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 1er sept 2008 à 13:45 Citer     Aller en bas de page

2/3 fautes mineures

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 6 sept 2008 à 01:51 Citer     Aller en bas de page

Ah Vinie, la majorité est donc passée à 18 fotes
un foteur de trouble

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
16 mars
  Publié: 21 sept 2008 à 06:28 Citer     Aller en bas de page

Finalement la pire des horreurs c'est nous même... Ce ne sont pas des cadavres mutilés par je ne sais quel monstre ou vampire...


Nous le sommes tous, d'une certaine façon... Un texte qui (ça veut rien dire je sais^^)


Amitiés


Justine

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
63 poèmes Liste
6137 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 1er oct 2008 à 02:51 Citer     Aller en bas de page

"Finalement la pire des horreurs c'est nous même... Ce ne sont pas des cadavres mutilés par je ne sais quel monstre ou vampire...


Nous le sommes tous, d'une certaine façon... Un texte qui (ça veut rien dire je sais^^)

Mais si Justine tes mots veulent dire quelque chose, la preuve c'est que pour ce texte j'utilise le je ce qui m'a valu pas mal d'antipathie en son temps!
De plus je trouverais injuste de dire que tu fasses des commentaires vides ou non constructifs
amitié
jc

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 7116
Réponses: 16
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0298] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.